Tamazgha states nations
 Algeria
 Canary Islands
 Libya
 Marocco
 Mauritania
 Niger
 Tunisia
 
 CMA
 Petitions
 

 

Mali: for a definitive solution for the conflict in Azawad

Since a few days ago, North-Mali is aware of a renewed tension between the malian regular army and the fighters of the National Movement of Liberation of Azawad (MNLA).

The Amazigh World Congress (CMA) regrets and condemns the use of weapons as a solution for the political conflicts and is strongly worried about the consequences of the military escalation on the inhabitants of the region. The CMA particularly warns the malian army to avoid any temptation to go against the civil populations, already strongly deteriorated by the life conditions in these arid territories.

It is important to remind that this new rebellion of the Tuaregs, headed this time by the National Movement of Liberation of Azawad (MNLA), was predictable so much since the same was preceded by a large number of peaceful initiatives and calls to the dialogue sent by the Tuareg representatives to the Malian government, but without any answer. It is regrettable that today, the State chooses the method of the repression.

In October 2010, the young people of the territories of Azawad had met in Tombuktoo and establishing the National Movement of Azawad (MNA) which opted for "the way of the political and legal action for recovering the rights of the indigenous people living on this part of the territory" and which "reject and condemns the violence and the terrorism under all their forms". In its first declaration dated November 1st, 2010, the MNA invited "the Malian State to recognize this movement which proposes solutions for a peaceful and definitive resolution of the questions relative to the populations of Azawad". But instead of trying to accept the dialogue, the Malian government opted for the violent way of arresting Mossa Ag Acharatouman and Boubacar Ag Fadil, considered as the main responsibles for this initiative. The two young Tuaregs remained 15 days in detention in the premises of the police in Bamako where they underwent interrogations and tortures.

Generally speaking, more than two decades ago, the Tuaregs of the Azawad (territory of North-Mali which includes the administrative regions of Timbuktoo, Gao and Kidal) denounced their political, socioeconomic and cultural marginalization and demanded the right for the recognition and dignity for the people of this territory.

In answer to the justifiable demands of the representatives of the population, the State always replies with manipulations (creation of civil militias, incitement to the racial hatred) and sending military reinforcements to the territories of Azawad. Everybody still remembers the massacre by the malian army of 10000 persons among the civil populations of Azawad at the beginning of 1990s.

This is the cause of the exasperation of the Tuaregs and their armed rebellions, in particular during the last two decades. These ended by negotiations, after the peace agreements signed in 1992 and 2006. These agreements included a security point which consists in disarming the fighters and integrating them into the various security services of the State, an institutional reform which had to give a status of autonomy for this region and a program of economic recovery. All the observers agree on the fact that only the security sector was of interest to the malian authorities. The project of autonomy was abandoned at the request of the Algerian State which wishes to avoid "the contagion effect" on its own territories (Sahara and Kabylia particularly). Concerning the economic and social aspects, Ibrahim Ag Mohammed Assaleh, deputy of Bourem, asserts that "during the last twenty years, the North-Mali has been provided by international donors of many billions of CFA Francs paid to the State for the development of the northern region. Unfortunately, we consider that less than 10 % of these funds was invested in North-Mali" (1).

As noted by Philippe Hugon, a researcher at the IRIS, "this rebellion is the heir of decades of political claims which alternately collided with the French colonization, the Malian power and the multiple disappointments inherent to the plans of exit of the crisis launched in recent years" (2).

Neither the murders committed by the malian army nor the non compliance with the peace agreements aroused the slightest reaction of the international community. Clamped between hostile States, the global warming and the insecurity bound to the Islamist terrorism and to the crime, the Tuaregs are abandoned in their fate.

Specially Mali, but also the nearby States and particularly Algeria as well as international community (among which are France and the United States), are thus responsible for the decay of the situation in this region and have to assume all the consequences.

This new push of revolt of these people of the desert was not surprising. It is a logical reaction to the slow death threat which watches this people and a cry for help as much as of dignity.

There are not necessary the assertions nor the fallacious on suposed links between the Tuaregs and Alqaida or that this rebellion is caused by the return of the fighters from Libya.

Concerning Alqaida, the Tuaregs who know better than nobody their territory, are always beside the State to fight the Islamist terrorism and the smugglers in Sahel. The culture of Kel-Tamacheq is peaceful and hospitable and does not admit the extremists ideas. Furthermore, the local populations of North-Mali are the first ones to be affected by the insecurity (drying up of the tourism and the limitation of the movements of the persons and the goods). For all the specialists of the question, "not only there is no complicity between the Tuaregs and Alqaida but on the contrary, the Tuaregs are the only ones to fight the Islamist terrorists and any type of crime in North- Mali" (3). The agreements of 2006 had planned well the special units intended for the fight against the insecurity but were constituted only in 2008 and equiped in 2010 with only 5 vehicles to cover a territory bigger than France and without armament! On the other hand, the Malian government, which claims to have no means to fight Alqaida, spreads enormous strengths in men and in equipment as soon as it is a question of repressing the Tuaregs. We are then entitled to doubt the real will of the State to return the peace and the stability in the North of the country.

Also, the malian authorities try to attribute this revolt in Azawad to the only fact of the return of the fighters Tuaregs from Libya after the fall of Gaddafi. But the government omits voluntarily to say on one hand that an important part of these fighters asked to join the malian army and that the MNLA is mainly formed by members of the MNA which was created in 2010 thus well before the revolution in Libya and that this young movement succeeded the other movements which constituted the touareg resistance during the last twenty years (democratic Alliance for the change borned in 2006, the Popular Movement of Azawad of the 1990s, etc.). Consequently, the real motives for the dissatisfaction of the Tuaregs have nothing cyclical, but the recover of fundamental political former and never heard satisfied demands.

What it really new there, is that the MNLA claims henceforth and in a clear way, the right to self-determination of the people of the Azawad. Fifty years after the creation of the Malian State, this one turns out incapable to assume his responsibilities. The conditions of social, educational, sanitary life, degrade from day to day. Three regional capitals of Azawad (Timbuktoo, Gao and Kidal) are today still connected by runways. In this context of obvious defeat of the State of Mali, nothing can oppose to the justifiable right of the people of the Azawad to take its fate in hand if they wish, according to the international law.

The armed conflict which sets at present the fighters of the Azawad against the malian governmental strengths, risks to deteriorate the distress of the populations which already suffer from the famine and the effects of the political and economic marginalization. This is why it is for each party involved, internal and external, to resolutely take its responsibilities to quickly end the war escalation. The international community and in particular the European Union and the UNO, must take emergency initiatives to preserve the civilian population and to begin a process of dialogue for a final settlement to the conflict between the people of the Azawad the Malian State.

Paris, 10 Yennayer 2962 – January 22nd, 2012
The CMA Board

(1) Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, député de Bourem, lors de la «Concertation sur les crises du Sahel», Bamako, 10/12/2011
(2) Philippe Hugon, directeur de recherche à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), cité par Radio France Internationale (RFI), 19/01/2012, www.rfi.fr
(3) Pierre Boiley, chercheur au Centre d'études des mondes africains (CEMAF), cité par Voice of America, 18/01/2012, www.voanews.com


Auteur: CMA
Date : 2012-02-04 11:30:00


Follow us on Facebook
 

 
Communicate
Share on Facebook
 
 
Articles of the same author
Invite someone to read this article
Article lu 43902 fois
Subscribe to our Newsletter

your email here:

 

Readers comments : NB: Please note that the comments represent the views of their authors and that AmazighWorld don't endore them

 
AZAWAD  
Rébelion touareg et percée d’aqmi
le Mali au bord de l’implosion
le 24.03.12 | 10h00 Réagissez

zoom | © AFP

ImprimerPDF Envoyer à un ami Flux RSS Partager La situation chaotique dans laquelle le Mali est en train de basculer n’est que le résultat de la politique du Président, qui a consisté à livrer les trois quarts du territoire de son pays à AQMI, au cartel de la cocaïne colombienne et aux anciens loyalistes armés à El Gueddafi.

Une insurrection militaire dans une caserne de la ville de Kati, dans l’après-midi de mercredi dernier, suivie d’un mouvement de protestation avec jets de pierres dans les rues de la capitale malienne, Bamako, se sont transformés, dès la nuit tombée, en un coup d’Etat. Le général Amadou Toumani Touré (ATT) – qui avait organisé le putsch contre le général Moussa Traoré le 26 mars 1991 pour avoir «mal géré» le pays en proie à une révolte armée des Touareg – vient d’être mis aux arrêts par un capitaine, Amadou Sanogo, inconnu au bataillon et, ironie du sort, pour le même motif : son «incapacité» à gérer la crise au nord du pays. La situation reste très confuse, d’autant que jusqu’à présent, les officiers supérieurs de l’armée malienne auraient refusé de se joindre aux mutins. Ont-ils été dépassés par les événements ? Au fond, voulaient-ils eux aussi précipiter le départ de ATT à quelques semaines de la fin de son mandat ? On n’en sait rien.

Certaines sources ne donnent pas de crédit à ce putsch et n’hésitent pas à voir le retour d’ATT par la grande porte, une fois les esprits calmés. D’autant que lors du siège de la Télévision nationale (tard dans la soirée de mercredi), les putschistes avaient déclaré : «Nous ne voulons pas le départ du président de la République, c’est notre Président, mais il faut qu’il règle les choses.»
Mais d’autres sources craignent le pire avec un Nord (représentant les deux tiers du pays) livré aux groupes terroristes, aux cartels de la cocaïne et aux séparatistes du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA).

Depuis son accession au pouvoir à l’issue de son élection en 2002 (après s’être retiré le temps de deux mandats de ses prédécesseurs élus à la suite du coup d’Etat de 1991), ATT n’a fait que cumuler des erreurs. D’abord en permettant aux terroristes d’Al Qaîda de s’installer avec armes et bagages au nord du pays, un territoire que se partagent les cartels de la cocaïne sud-américains, les trafiquants d’armes et les contrebandiers qui sous-traitent leurs activités criminelles. La plus grave erreur du général ATT aura été d’avoir permis le retour d’un millier d’anciens loyalistes à El Gueddafi, lourdement armés, auxquels des camps ont été affectés dans le but, explique le président déchu, de mieux les contrôler.

Or, l’écrasante majorité de ces derniers s’est retrouvée dans les rangs d’AQMI, des organisations de trafic de drogue et d’armes et des indépendantistes touareg. Profitant de ce contexte, feu Ag Bahanga, chef de la rébellion touareg de 2002 (qui avait pris fin en juillet 2006 avec l’Accord d’Alger), désabusé par le refus de Bamako de respecter ses engagements, avait réorganisé ses troupes avant de mourir dans des conditions suspectes, au mois d’août 2011. L’option de l’insurrection armée était prévisible. En janvier de la même année, de nombreux cadres de ce mouvement s’étaient réunis à Alger, exigeant l’ouverture du dialogue avec Bamako sur l’application de l’Accord d’Alger.

Toutes les médiations ayant suivi cet appel se sont heurtées au refus d’ATT de se mettre à l’écoute de la population du nord du pays, confrontée à la sécheresse, au sous-développement, aux maladies et à la pauvreté. Au même moment, les prises d’otages d’Occidentaux par AQMI se multiplient et deviennent un commerce très lucratif pour de hauts responsables militaires et civils, souvent très proches du cercles présidentiel. Ces derniers se bousculent pour servir de «négociateurs» et libérer les captifs en contrepartie de rançons.

Pour ATT, le Mali n’a pas les moyens de s’attaquer aux groupes terroristes qui écument la région. Pourtant, ses voisins nigérien et mauritanien, qui sont aussi pauvres que lui, mènent une bataille sans merci contre ces phalanges de la mort. Interpellé sur les opérations de prise d’otages commises par Al Qaîda, le président malien crée un précédent en permettant à la France, puis à la Mauritanie, d’intervenir militairement sur son territoire. Une dérive qui n’a d’autre explication que l’existence d’un deal avec AQMI : pas d’acte terroriste sur le sol malien contre un asile au Nord. L’arrivée d’un millier d’hommes puissamment armés de Libye n’était pas attendue. Mais ATT, certainement mal conseillé, tente de les gagner en leur permettant de garder les armes. Certains d’entre eux vont même être intégrés dans les rangs de l’armée avec des grades d’officiers supérieurs.

La situation devient explosive et surtout complexe. Ce qui facilite la tâche aux indépendantistes de l’Azawad, qui cumulent les succès sur le terrain. Des villes comme Ménaka Aguelhok, Tinzawatin, Léré et Tessalit tombent vite entre les mains des combattants du MNLA. Un affront pour bon nombre d’officiers du Sud, qui voient la partition de leur pays comme une «trahison». Manifestement sous-équipés en moyens de communication et de transport, mal formés, les militaires maliens envoyés au nord du pays se considèrent comme de «la chair à canon». Beaucoup ont préféré rejoindre la rébellion ou refusaient d’aller au front, alors que d’autres sont restés dans leurs camps. Se sentant abandonnés, ces derniers ont préféré exprimer leur colère par des manifestations publiques.

Le 19 mars dernier, leurs épouses ont occupé les rues de la ville garnison de Kati pour revendiquer des armes pour les militaires restés au front, la prise en charge des blessés de guerre et la démission du président de la République. Pris de court par cette sortie, le ministre de la Défense, le général Sadio Gassama, et le chef de l’état-major général des armées, Poudiougou, ont tenté, jeudi dernier, de calmer la situation dans la caserne de Kati, située à près de 15 km de Bamako où les soldats s’étaient rebellés. Dès leur arrivée sur les lieux, ils ont été hués par les mutins très en colère contre le commandement, accusé d’avoir abandonné les troupes aux mains des indépendantistes du Nord.

Les discussions tournent au vinaigre et le ministre de la Défense est vite séquestré, ce qui a conduit ses gardes à faire usage de leurs armes, blessant légèrement un des assaillants. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Venant de partout, soldats et sous-officiers de la première base militaire du Mali mettent à sac les magasins d’armes et de munitions. Armés jusqu’aux dents, ils se sont dirigés vers Bamako pour manifester leur colère. Leur première destination a été le siège de la Télévision nationale, puis la Présidence.

La révolte gagne également la ville de Gao, au nord-est du pays, où siège le commandement des opérations militaires contre le MNLA. Les officiers récalcitrants sont emprisonnés et les indisciplinés sont violemment réprimés. En colère, ces jeunes soldats envoyés au Nord ne comprennent plus les décisions «d’évacuation préventive» des camps militaires présentées par ATT comme étant «une stratégie de protection» de la population civile. Or, tout le monde sait que celles-ci cachaient, en fait, l’impuissance d’une armée rongée par la corruption et le favoritisme face à son adversaire.

En réalité, ATT n’a fait que créer une situation qui ressemble étrangement à celle qui prévalait chez le voisin, la Guinée, avant le coup d’Etat contre le général Lansana Conté, et la Mauritanie, avant le putsch contre le colonel Mahaouya Ould Sid Ahmed Taya. Pensait-il partir, dans un mois, et laisser le chaos à son successeur ? Vraisemblablement, tout porte à le croire quand on voit les complicités dont bénéficient les gros bonnets de la drogue et du terrorisme. Les négociations avec AQMI pour la libération des otages et l’affaire de l’atterrissage de trois gros avions, dont un Boeing, déversant des quantités colossales de cocaïne sud-américaine au nord du pays, sont révélateurs de la politique du chaos adoptée par ATT.

Les subalternes qui l’ont déchu de son poste ont, en réalité, été encouragés par cette même déliquescence qui leur a permis d’accéder au palais présidentiel de Koulouba sans aucune résistance. Peut-on croire que même sa garde voulait son départ ? La réponse sera connue dans les jours à venir…


Salima Tlemçani




resume de l\'article par Salima Tlecani. L\'AZAWAD a beau crier fort quil n\'a rien a foutre avec l\'AQMI ni les Islamistes ni Ghadafi mais Salima insiste autrement. Pourtant c\'est tres clair que c\'est le regime de son pays ( l\'Agerie qui a creer les Islamistes, par commencer a donner naissance au GI, GPR puis maintenant au un AQMI que l\'Algerie a installer dans le Sahel et infliger ses voisins de sa contagion pour ainsi donner raison aux nations etrangeres ( l\'Occident et l\'USA ) a venir s\'installer en Afrique et foutre la grande pagaille. L\'AZAWAD MLNA doit t\'il faire confiance au regime Algerien? D\'apres cet article il faut que l\'AZAWAD MLNA se mefie.
 
Par: el gitano
 

 
Merci pour un article eocrne une fois bien renseigne9 et bien re9fle9chi sur la situation au Mali, e0 l\'heure of9 les me9dias occidentaux s\'empare du  
Merci pour un article eocrne une fois bien renseigne9 et bien re9fle9chi sur la situation au Mali, e0 l\'heure of9 les me9dias occidentaux s\'empare du sujet sans rien en comprendre, se contentant de resservir les de9clarations d\'A. Juppe9 sans inte9reat.Au Mali, les journaux continuent de s\'inquie9ter du soutien qu\'ils imaginent de la part de la France envers le MNLA. Cette hypothe8se est alimente9e par les de9clarations officielles frane7aises, qui n\'accusent jamais le MNLA, ou eocrne par l\'invitation du MNLA au re9cent de9bat organise9 par France 24. Tout cela semble donner raison e0 la presse malienne : tout se passe comme si cf4te9 frane7ais, on e9tait tre8s sensible aux charmes du MNLA, que l\'Azawad semblait une bonne ide9e, et que l\'avis des maliens du Sud, on s\'en fout pas mal. On semble se diriger vers une coope9ration MNLA-occident pour lutter contre les re9seaux islamistes.Mais si la condamnation des putschistes e0 Bamako a e9te9 imme9diate et tre8s partage9e, pourquoi aucune condamnation des rebelles du MNLA ? pourquoi les occidentaux semblent trouver normal qu\'un mouvement arme9 s\'empare de la moitie9 d\'un pays souverain ? (il y a d\'ailleurs le0 un important de9saccord potentiel entre France et CDEAO, non ?) Tout cela va faire renaeetre les sentiments anti-frane7ais au Mali, et malheureusement les maliens n\'auront pas tout e0 fait tort Qui expliquera e0 Juppe9 que Tombouctou et Gao ne sont pas des villes touaregs ? qui lui dira qu\'un pays compose9 de sables et de roches aura bien du mal e0 survivre (sauf pe9trole ou autres richesses eocrne e0 venir) ? Qui lui dira que le Mali, pays e0 la population varie9e, est un cadre of9 les populations touaregs pourront eatre aussi heureuses que dans ce mythique Azawad , qui semble plus plaire aux diplomates europe9ens que aux populations de Gao et Tombouctou ? c\'est la corruption et les trafics qui nuisaient aux populations du Nord, et qu\'il fallait combattre dans le Mali d\'ATT. Mais de9couper les pays ne fera que les affaiblir dans le grand jeu des rapports de force internationaux. Je n\'ose imaginer que c\'est ce que cherchent certains pays  
Par: Martina
 

 
That really captures the sipirt of it. Thanks for posting.  
That really captures the sipirt of it. Thanks for posting.  
Par: Nhia
 

 
Your comment here :
Name
Email
Title
Comment
 
 

 

 

 

 

 
Azawad: open letter to the candidates for the French presidential election
Since the independence of Mali in 1960, Bamako turns the back to Azawad, traditional territory of the Tuareg people. At this socioeconomic marginalization wanted by the malian governments were added periods of drought with the dramatic consequences for the populations. Calls for help in favour of North-Mali were never understood by Bamako. Besides, the Tuareg did not stop alerting the malian authorities on the injustices, the discriminations, the corruption and the violations of the human rights which they undergo as well as the not democratic governance which leaves them no place in the management of the affairs of the country. The accumulation of these grievances to which the Malian power brought no answer, except the repression, provoked a series of revolts of the Tuaregs which repeat since the beginning of 1990s.... Full story - - Auteur: CMA - Date : 2012-04-12 22:47:00

 

 
The Congrès Mondial Amazigh greets the total victory of the MNLA and the freedom found by the populations of Azawad in their homeland.
Independent Azawad
Having freed all the historic territories of Azawad, the National Movement of Liberation of Azawad (MNLA) immediately ended the military operations and proclaimed on April 6th, 2012 the independence of the country.
... Full story - - Auteur: CMA - Date : 2012-04-09 01:36:00

 

Headquarters : Amazigh World, North America, North Africa

  amazighworld.eng@gmail.com

Copyright 2002  Amazigh World. All rights reserved.