Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

   Mr Ben Salem HIMMICHE philosophe et ecrivain marocain, grand militant pour l'arabisation d'un peuple amazigh.

Apropos de la question berbère.

Celui qui veut tuer son chien l'acuse de rage.

Lors d'une émfssionde Radio France-Culture sur le Maroc, l'après-mididu samedi 3 décernbre 1994, un plateau consacré à la diversité linguistique, cultuerlle et confessionnelle réunissait au Centre Culturel Français de Casablanca les chercheurs marocains suîvants : Mme Houria Lahlou, linguiste et enseignante à la Faculté des Lettres de Ben Msik (Casablanca), Mr Mohammed Janjar, animateur de la reVue Prologues et conservateur à la Bibltothèque de la Fondation Abdelaziz (Casablanea), M. Salem Himmlch, phîlosphe et romancier, M. Simon Lévy, linguiste et secrétaire général de la communauté juive de Casablanca.

Ce qui nous a interperlés, surtout scandalisés dans ce débat, ce furent les prises de position de M. Himmich concernant la dimension, berbère de l'identité marocaine. Elles relèvent plus de la mauvaîse foi, des procès d'intention et de la langue de bois que de toutes autre chose. "pour permettre au grand nombre de prendre connaissance de ces positions, nous voudrions reprondre point par point  ses différentes interventions et essayer d'en démonter le mécanisme pour le moins surnois d'en éclairer les références qui puisent  dans le chauvinisme le plus élémentaire. Nous aurions aimé lui répondre en Tamazight, mais nous avons opté pour une langue qu il estime mieux que notre « patois »  d’arrièrés. 

1. un premier point révèlateur devrait être souligné tout au long de ses prises de parole, S. Himmich ne cesait pas de nomer la revendication amazigh par des termes tels que « la question du berbère», «cétte question» ou pire «brouhaha journalistique et médiatique» ...Le moins que l'on puisse dire ,

c'est que, poùr lui, elle relève du domaine de l'innommable. Comment  s’expliquer alors la terreur qu il a fait régner sur le plateau en martelant avec un air hautain des «je voudrais qu’on ne s’attarde pas trop sur cette question » ou encore des «je voudrais qu'on dépasse» Iet … Les invités de l'animateur de ce plateau étaient venus discuter de la diversité linguistique, culturelle et confessionnelle de notre pays et voilà que l'un d'entre eux les sommait de dépasser le débat sur l'amazighité qui est, on ne Ie dira jamais assez, le socle de notre pluralité et de notre richesse,  

2. Himmich parlait de «dérapages» et de «dérives »  dans lesquels la revendication s’enlise dès qu'elle mord sur la politique. En fait, qu'est ce qui n'est pas politique ? Lui qui se définit comme philosophe ne devrait certainement pas ignorer la formule célèbre d'Aristote «zoom politikon» -«I'homme"est un animal politique». Quand il parle de partis, au Maroc ou en Algerie, qui «sont fondés sur une base ethnique et linguistique», il pèche doublement. D'abord, tout parti reconnu comme acteur de la vie politique dans les pays concernés - et ce n'estpas pour les défendre -a le droit d'inscrir dans son Programme la nécessité de reconnaître les langues nationales. La langue Tamazighte n’est qui que ce soit, elle appartient à tous les Nord-Africains.

(tiré du jouranle Al Bayane du 7/3/1995 )

 

حميش ..الحقد الأسود الذي بيننا

 
Headquarters: Amazigh World (Amadal  Amazigh), North America
Copyright 2002  Amazigh World. All rights reserved.