Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

Histoire d'Afrique du Nord revisitée
Une des façons -pour mieux comprendre l’histoire- est de la lire à grande échelle dans le temps et dans le contexte avoisinant. Ici le cas de Tamazgha (Afrique du Nord) en dates clés :

Page : 6 / 14

 
Année 1853 : Napoléon III, tente de créer un royaume, Arabe, en Algérie, mais se heurte à l’hostilité de l’armée, des civils français et des indigènes musulmans.

 

 
Année 1854 : Ce jour là est né le futur Maréchal Lyautey, le résident général français ou le colon français qui va bouleverser l’histoire des Imazighen au Maroc. Il va leur faire la guerre de 1912 a 1925, après il va détruire les structures sociales et politiques des Imazighen. Par la suite il va faire un drapeau rouge avec une étoile a cinq branche verte pour le futur Maroc et donnera le pouvoir aux arabes andalou de Fès et la famille royale alaouite.

 

 
Année 1854 : Fadhma N’soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon

 

 
Année 1857 : Soumission de la Kabylie. La Kabylie perd son indépendance.

 

 
Année 1857 : Conquête de la Kabylie par le général Randon.

 

 
Année 1857 : Fadhma N'Sumer à 27 ans est obligée à la rédition, après une résistance sanglante (long-métrage La Montagne de Baya)

 

 
Année 1859 : Insurrection des Aurès.

 

 
Année 1860 : Napoléon III met le pied sur le sol algérien. Il a un grand projet en tête : un royaume arabe, qui s’étendrait d’Alger à Bagdad, sous la protection de la France. Un royaume où règnerait l’égalité entre indigènes et Européens. Et on connait la suite de la politique coloniale française, notamment l’arabisation des noms de lieux et des prénoms en Tamazgha (les Ait en Beni ou Oulad, les Ighil en Draa, etc...). La confiscation des terres du littoral, des plaines, la déportation massive des Amazighes en Calédonie et en Guyanne, après la révolte de 1871

 

 
Année 1861 : Naissance du précurseur du berbérisme moderne Si Amar U Said Boulifa à Larbaa Nath Irathen.

 

 
Année 1863 : Un sénatus-consulte instaure la propriété individuelle chez les indigènes d’Algérie. De ce fait beaucoup vont revendre à des Européens, les terres dont ont les a fait propriétaire. En effet jusque la, la propriété individuelle n’existait pas les terres appartenaient à la collectivité c’est à dire aux Tribus.

 

 
Année 1863 : Mort de Fadhma N'Sumer à Tablat dans le lieu de son internement à 33 ans. Instauration de la propriété individuelle chez les indigènes d’Algérie. De ce fait beaucoup vont revendre à des Européens, les terres dont ont les a fait propriétaire. En effet jusque la, la propriété individuelle n’existait pas les terres appartenaient à la collectivité c’est à dire aux Tribus.

 

 
Année 1870 : lors de la guerre franco-prusienne, notamment dans les batailles de Woerth et de Wissembourg, 80.000 spahis kabyles sauvent l'armée française d'un désastre et d'une boucherie sans précédent.

 

 
Année 1870 : Le décret Crémieux, promulgué le 24 octobre, accorde la nationalité française aux Juifs d’Algérie.

 

 
Année 1871 : A la suite d’une insurrection de Mokrani, sauvagement réprimée. Les biens des insurgés, 2.000.000 d’hectares, sont mis sous séquestre, 500.000 ha, seront rachetés, le reste sera vendu par les Domaines.

 

 
Année 1871 : L’Alsace et la Loraine sont annexées par l’Allemagne, 10% de leurs habitants, entament un long voyage pour aller s’établir en Algérie où on leurs alloue 100.000 hectares de terre mais les 2/3, non agriculteurs, vont les revendre.

 

 
Année 1871 : L’islamisation et l’arabisation des régions berbères, dont certaines sont chrétiennes, est favorisées par l’Administration française

 

 
Année 1871 : L’Alsace et la Loraine sont annexées par l’Allemagne, 10% de leurs habitants, entament un long voyage pour aller s’établir en Algérie où on leurs alloue 100.000 hectares de terre mais les 2/3, non agriculteurs, vont les revendre.

 

 
Année 1871 : L’islamisation et l’arabisation des régions berbères d'Algérie, dont certaines sont chrétiennes, est favorisées par l’Administration française

 

 
Année 1871 : Insurrection d'El Mokrani et de Haddad (Mohand Amezziane Ihaddeden de Seddouk) qui lèvent une armée de plsu de 100 000 combattants - Des milliers de mort et déportation des Kabyles en Syrie et Nouvelle Calédonie. Confiscation de près d'1 million d'hectares, amendes de 36 millions de franc-or. Le souvenir en est véhiculé par le barde itinérant Si Mohand U'Mend.

 

 
Année 1871 : L’Alsace et la Loraine sont annexées par l’Allemagne, 10% de leurs habitants, entament un long voyage pour aller s’établir en Algérie où on leurs alloue 100.000 hectares de terre mais les 2/3, non agriculteurs, vont les revendre.

 

 
Année 1871 : L’islamisation et l’arabisation des régions berbères, dont certaines sont chrétiennes, est favorisées par l’Administration française

 

 
Année 1871 : Début de la révolte kabyle des frères Mokrani, en mars, contre les projets de confiscation des terres. Mokrani est tué le 5 mai. Près de 500 000 hectares de terres sont confisqués et attribués aux colons.

 

 
Année 1880 : Conquête des Oasis et du Sud Les hommes valides kabyles sont forcés à quitter la Kabylie, en quête de ressources pour survivre. Des pays de l’Afrique du Nord, les Kabyles ont été les premiers nord-africains à émigrer en France dès la fin du 19ème siècle.

 

 
Année 1881 : Jules Ferry fait adopter en juin le code de l’indigénat, qui instaure un régime juridique spécial pour les Algériens de confession musulmane. L’Algérie est entièrement intégrée à la France par le « système des rattachements ».

 

 
Année 1882 : Cette année va voir la naissance du nationalisme juif, le médecin Léon Pinsker a publié à Berlin le premier vrai manifeste Sioniste «Auto-émancipation» qui parle de la sortie des Juifs des ghettos va concurrencer leur voisins ce qui accentuera la haine des juifs, ils ne doivent par conséquent que quitter l’Europe, mais ne dit pas forcement la terre sainte.

 

 
Année 1889 : La loi du 26 juin accorde la nationalité française à tous les descendants d’Européens présents en Algérie,

 

 
Année 1900 : M'touggi, fut l'un des trois grands caids qui, à partir de 1900, on établi leur hégémonie sur les tribus de l'Atlas et des plaines du Sud du Maroc, dont le Souss. L'apogé du cadi M'touggi ce situe entre 1908.

 

 
Année 1906 : La conférence d’Algésiras réunit treize pays, dont les USA et le Maroc. L’indépendance et l’intégrité du Maroc sont réaffirmées mais la position française est renforcée puisque Paris est désormais en mesure de contrôler les finances marocaines et donc le makhzen c’est-à-dire l’État.

 

 
Année 1908 : Lyautey impose l’autorité française aux tribus installées entre la frontière algérienne et la Moulouya. Dans le même temps, le général d’Amade prend le contrôle de la Chaouïa.

 

 
Année 1909 : Il y eut un accord entre la France et l'Allemagne, qui débouta provisoirement celle-ci de ses prétentions sur le Maroc.

 

 
Année 1909 : création de plusieurs associations arabes qui ont comme objectif la destruction de l'empire musulmane sous l’autorité Ottoman. Ce qui est remarquable est que ces associations apparaissent uniquement au Caire qui est sous l'autorité Britannique ou complètement à Paris et jamais dans l’empire musulman sous autorité musulmane. Ce qui veut dire la connexion des arabes avec les colons européens.

 

 
Année 1911 : Devant la progression de la conquête militaire du territoire marocain par les français, l'Allemagne décida de ré-intervenir : elle débarqua un contingent dans le port d'Agadir.

 

 
Année 1911 : Un accord fut alors conclu en vertu duquel l'Allemagne reconnut les « droits » de la France sur le Maroc en échange de la satisfaction de certaines de ses prétentions en Afrique noire.

 

 
Année 1911 : En répondant au pacha de Tanger, le Sultan Alaouite Moulay Hafid ait justifié l'aide militaire de la France en lui écrivant: « Les Amazighs sauvages ont une nature telle qu'on ne peut se fixer à leur bonne foi. Jamais depuis l'origine des temps, ils n'ont accepté aucune discipline. Qui examinera la question de ces Amazighs ne jugera que faire appel contre eux à l'aide étrangère était illicite 9. » D'ailleurs, toute l'action de pacification entreprise par l'armée française au Maroc, jusqu'en 1934, pour ramener les tribus dissidentes dans le giron du Makhzen se fera au nom du Sultan.

 

 
Année 1911 : Il éclata une nouvelle crise, l'incident d'Agadir. Le sultan du maroc Moulay Hafiz, assiégé dans Fès par des tribus amazighes révoltées, avait fait appel à la France. L'Allemagne, opposée à une intervention française, dépêcha immédiatement une canonnière dans le port d'Agadir. La crise trouva rapidement une solution politique: en échange d'une partie du territoire du Congo français, l'Allemagne abandonnait ses prétentions au Maroc, laissant désormais le champ libre à la France.

 

 
Année 1911 : Devant la révolte des tribus qui a gagné Fès, le sultan demande aux Français d’aller y rétablir l’ordre mais il semble que ceux-ci lui ont pour le moins forcé la main. La colonne Moinier entre à Fès le 21 mars. Meknès est prise en juin. En contrepartie, l’Espagne occupe Larache et Ksar-el-Kébir et l’Allemagne réagit en envoyant la canonnière Panther à Agadir « pour protéger ses intérêts économiques » S’ouvre alors, après ce « coup d’Agadir », la troisième crise franco-allemande à propos du Maroc, finalement réglée par le troc proposé par Joseph Caillaux qui voit l’Allemagne laisser les mains libres à la France dans le royaume chérifien contre le rattachement d’une partie de l’Afrique équatoriale française au Cameroun allemand. La convention est signée le 4 novembre.

 

 
Année 1912 : Signature du protectorat entre les français et les habitants de Fès

 

 
Année 1912 : Le Sultan de Fès (MOULAY HAFID) qui était assiégé par des tribus Amazighes du Moyen Atlas, fait appelle au Français et signe avec eux le 30 mai 1912 le traité de protectorat, dit traité de Fès. La France pénètre le Maroc pour protéger le Sultan de Fès et son entourage politique contre les populations Amazighes. La France coloniale déclare donc la guerre aux Amazighes et l’alliance Arabo-française se dessine.

 

 
Année 1912 : La personnalité du Le Sultan de Fès (MOULAY HAFID) inquiète Lyautey, qui lui préfère son jeune frère MOULAY YOUSSEF, et il le force à abdiquer pour "raisons de santé".

 

 
Année 1912 : Les tribus du Sud, "les hommes bleus" (les Touaregs), sous la conduite de El Hiba, se soulèvent et se dirigent vers Marrakech. Pour les contenir et les repousser vers le Sud, Lyautey obtient la neutralité des chefs de tribus de l'Atlas. Parmi ceux-ci, THAMI EL GLAOUI : il est récompensé de sa collaboration en étant nommé Pacha de Marrakech, par un dahir du Sultan. Ce n'est qu'en 1934, que la dernière région, le jbel Saghro, fut "pacifiée". La résistance à l'occupation Française fut donc continue de 1912 à 1934.

 

 
Année 1912 : Les algériens sont astreints au service militaire en vertu de décrets promulgués en janvier.

 

 
Année 1912 : Le traité arabo-français de Fès (arabe : المعاهدة العربية الفرنسية فاس), conclu entre deux puissances coloniales au Maroc signé à Fés le 30 Mars 1912 entre le diplomate français Eugène Regnault et le sultan arabe Hafid El Alaoui, pour la protection du pouvoir arabe au Maroc des Amazighs qui ont révolté et ont siégé Fés quelle qualifient de la source du mal du Maroc. Ce traité sera par la suite nommé le traité de protectorat français.

 

 
Année 1912 : Soulèvement des habitants de Fès qui rejoigent les tribus Amazighes du Moyen-Atlas qui entour Fés et qui refusent la signature du contrat du protectorat. La ville est déjà occupée par la France depuis un an. Le soulevement a durée 3 jours.

 

 
Année 1913 : La création à Paris du mouvement nationaliste arabe, ou ce qui est connu sous « Al Qawmiyya Al Arabiyya ». Il faut noter qu’à cette date les pays arabes dont sont issus les fondateurs de ce mouvement et les pays qui vont devenir arabes après cette date sont sous la domination française et britannique. Comment des états coloniaux peuvent ils accepter la création d’un mouvement sur son territoire sans leur accord et implication. Ce mouvement fondé par un chrétien Michel Aflaq et un musulman va donner par la suite la ligue arabe.

 

 
Année 1913 : naissance du 1ere congrès du nationalisme arabe à Paris, 22 congressistes ont assisté dont 11 chrétiens arabes. Sur ce, l'empire ottoman a énergiquement protesté auprès des autorités françaises pour réclamer l'ingérence chrétienne dans les affaires islamiques

 

 
Année 1914 : La bataille d’Elhri le 13 Novembre 1914 est, de l’aveu même des français, le plus grand désastre connu par leur armée dans toute sa campagne en Afrique du Nord. Mais si l’on connaît le nombre de morts et de blessés côté français, les pertes côté amazighe ne sont pas encore connues. Les témoignages directement recueillis auprès des survivants parlent de dizaines de tués dans chaque tribus. Et quand on sait que des dizaines de tribus avaient participé à cette bataille, on peut se faire une idée sur le nombre de tués : des centaines, sans parler des blessés. Cette bataille s’est déroulée en deux phases : la première où Moha Ouhammou et les siens ont été surpris, désorganisés, et tous leurs biens pillés ainsi que deux de ses femmes emmenées; la deuxième commence avec l’arrivée des combattants de toute part et la défaite cinglante des français.

 

 
Année 1921 : En 1921, la tribu Amazighe des Aït Wariaghel de la région d'Al-Hoceima, sous la conduite du jeune héros Abd el-Krim Ait Khettab, se soulève contre les Espagnols. Le général espagnol Sylvestre dispose alors d'une puissante armée, forte de 60 000 soldats espagnols, pour contrer les Ait Wariaghel. En juin, la presque totalité de cette armée trouve la mort dans la bataille d'Anoual. Face à ce désastre, le général se suicide.

 

 
Année 1921 : Un mois après la bataille d’Anoual et le suicide du général espagnol Sylvestre après sa défaite, En juillet 1921, Moulay Moh'and proclame la République confédérée des Tribus Amazighes du Rif. Les Rifains espèrent rallier les tribus de la zone sous protectorat français au sud du Rif à commencer par la région de Fés.

 

 
Année 1921 : La tribu des Beni Ouriaghel dans le Rif central, se soulève sous la conduite du fils du Cadi, ABD EL KRIM. Ce dernier a une culture européenne, il parle parfaitement l'Espagnol et a une vision moderne du monde. Abd El Krim, contrairement aux autres résistants, a un projet politique précis. Profitant d'une lourde défaite de l'armée espagnole venue réprimer le soulèvement (3500 morts et 5000 blessés), il s'empare d'un armement lourd impressionnant : des dizaines de canons, des milliers de fusils et leurs munitions lui permettent d'équiper ses compagnons d'armes. Il n' aucun mal à s'adjoindre l'alliance des chefs de tribus qui refusent le protectorat : il proclame la République Confédérée du Rif. Il en devient le Président, constitue un gouvernement, lève une armée et organise une administration.

 

 
Année 1921 : La tribu des Beni Ouriaghel dans le Rif central, se soulève sous la conduite du fils du Cadi, ABD EL KRIM. Ce dernier a une culture européenne, il parle parfaitement l'Espagnol et a une vision moderne du monde. Abd El Krim, contrairement aux autres résistants, a un projet politique précis. Profitant d'une lourde défaite de l'armée espagnole venue réprimer le soulèvement (3500 morts et 5000 blessés), il s'empare d'un armement lourd impressionnant : des dizaines de canons, des milliers de fusils et leurs munitions lui permettent d'équiper ses compagnons d'armes. Il n' aucun mal à s'adjoindre l'alliance des chefs de tribus qui refusent le protectorat : il proclame la République Confédérée du Rif. Il en devient le Président, constitue un gouvernement, lève une armée et organise une administration.

 

 
Année 1921 : Le 18 Septembre 1921 : les Amazighs Rifains après leur victoire sur le colonialisme espagnole qui a pris le nord du Maroc, ont déclaré la naissance de la République du Rif. La capitale est Ajdir la monnaie est le Rifain le président est Mohamed Abdelkarim Khettabi.

 

 
Année 1922 : En février 1922, Mohamed Ben Abd El-Krim Khattabi proclame la République confédérée des Tribus du Rif (nord du Maroc actuel). Les Rifains espèrent rallier les tribus de la zone sous protectorat français.

 

 
Année 1924 : La France fonde au Maroc le collège berbère d’Azrou (aujourd’hui les nationalistes arabes ont lui a changé de nom pour Tarik Ben Zayyad). On réserve aux Imazighen un seul lycée alors qu’ils sont majoritaires!. Le jeune amazigh qui avait obtenu le certificat d’études l’école des notables pouvait faire des études secondaires Azrou, mais a Azrou seulement. A la différence avec les lycées destines aux notables arabes comme Moulay Youssef et moulay Idris, le collège berbère n’allait pas jusqu’au a la première partie du baccalauréat mais s’arrête au brevet. (Lacouture, le Maroc .., p85)

 

 
Année 1924 : Les Espagnols n'occupent plus que quatre ports et se sont retirés des terres sous la pression des troupes d'Abd El Krim. Le gouvernement Français s'inquiète, car les troupes sont proches de Fès et Taza. Des renforts sont nécessaires. PETAIN est envoyé sur place. LYAUTEY n'apprécie pas son rival. Il démissionne et est remplacé par un civil, THEODORE STEEG, nommé Résident Général.

 

 
Année 1925 : En 1925, Mohamed Ben Abd el-Krim Khattabi lance une offensive vers le sud du Rif Marocain contre les forces françaises du général Lyautey qui sont battues sans difficulté et doivent se replier sur Fès et Taza. Paris envoie alors Philippe Pétain en lui accordant les moyens qui avaient été refusés à Lyautey. Le « vainqueur de Verdun » allié au général Primo de Rivera lance une vaste offensive. Des armes chimiques larguées par avion furent massivement utilisées. Elle firent des milliers de mort et les séquelles perdurent encore aujourd'hui chez la population du Rif. Le conflit, extrêmement dur, pousse les hommes de Mohamed Ben Abd el-Krim Khattabi à demander à leur chef d'engager des négociations. Des pourparlers s'engagent à Oujda mais, face à l'intransigeance des Français et des Espagnols, Mohamed Abd el-Krim Khattabi est contraint à la rédition.

 

 
Année 1925 : LYAUTEY rentre définitivement en France. Pétain et son adjoint Naulin parviennent à bloquer l'offensive sur le Front Rifain.

 

 
Année 1926 : Au prix d'une effroyable boucherie dont sont victimes les populations civiles, et sous un déluge de bombardements, ABD EL KRIM se soumet. C’est pour la 1ere fois au monde deux états coloniaux unies contre une résistance de libération. Il est aussitôt exilé à l'Ile de la Réunion dont il « s'évadera » en 1947. Il se réfugiera alors en Egypte où il y meurt en 1963. Cette évasion est très douteuse car d’une part une evasion d’une personne est possible mais de toute une famille d’autre part certaines analystes politiques soupçonnent la France de vouloir aider les mouvements nationalistes arabes à récupérer à leur compte les combats d’ABD EL KRIM, il l’ont d’ailleurs nommé Amir. Ce qui a été réalisé, il suffit de remarquer les déclarations d’ABD EL KRIM avant et après 1947.

 

 
Année 1926 : Création, à Paris, de l’Etoile nordafricaine (ENA), dont Ahmed Messali (Messali Hadj) est élu secrétaire général. Le mouvement, qui réclame l’« indépendance de l’Afrique du Nord », sera interdit en 1929.

 

 
Année 1927 : Naissance de l’Association des étudiants musulmans nord-africains (AEMNA), présidée par Ferhat Abbas.

 

 
Année 1929 : Naissance de l'écrivain berbériste Kateb Yacine.

 

[<< Précedent] 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 [Suivant >>]

 

Pour enrichir cette liste historique des evenements qui ont marqué Tamazgha, envoyer vos remarques et vos compléments à info@amazighworld.org

 

Headquarters: Amazigh World (Amadal  Amazigh), North America
Copyright 2002  Amazigh World. All rights reserved.