Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

Modèle de pouvoir de Tagrramte berbère : La magie blanche des habitants de Haha


Lalla Mnnana Zhra Bent Abdeljalil de Tarraste, un village près de la ville d’Agadir est plus connue que son père un Agrrame également. Elle était une bergère qui gardait tous les troupeaux des habitants dans la forêt entre Tarraste et Bensergaw au Nord vers la ville d’Agadir.

Son miracle le plus connu, consiste à naviguer sur une natte de Tarraste jusqu’à Bensergaw et de laisser le troupeau paître seul. Le chacal et le voleur ne s’approche jamais des bêtes qu’elle garde. Lorsqu’elle arrive vers Bensergaw, elle aime rester prier à longueur de journée sur un petit cap face à la mer. C’est là où elle a fait sa takerkourte , un amas de pierres en forme conique, comme une borne de la taille d’un homme ou de sept pierres l’une sur l’autre pour délimiter un champ ou l’agdal, un verger d’arganiers privé au temps des cueillettes et des labours, borne magique qui indique la limite de son territoire et de son pouvoir sur les êtres et les choses.

On dit chez nous, il ne faut pas toucher à takerkourte de l’Agrrame ou de Tagrramte sous peine de malédiction. Nos Ancêtres aussi étaient enterrés debout dans ces amas de pierres coniques comme si on garde l’Ancêtre debout pour qu’il garde le champ, l’agdal, le verger d’arganiers, le troupeau en pleine nuit pour le nomade, le village, la famille et la tribu.

Le soir Lalla Mnnana Zhra retourne chez elle de la même manière sur sa natte, tsrih, au dessus des vagues jusqu’à Tarraste, en suivant des yeux sur la côte son troupeau réel des bêtes et symbolique des hommes .Un jour les Igrramne Regraga, également Berbères mais arabisés actuellement , de Chiadma , au Nord de Mogador ,sont venus à Tarraste et ont commencé à attraper des bêtes du troupeau de Lalla Mnnana Zhra comme ils ont l’habitude de faire avec tous les habitants qu’ils rencontrent sur leur chemin du printemps lors de leur tournée de caprification , restes de la religion Chrétienne, et personne n’ose leur dire quoi que ce soit par peur de leur malédiction et en plus , donner quelques bêtes , tifaskiwine, à sacrifier pour les Regraga , c’est protéger le troupeau contre la rage qu’ils guérissent puisqu’ils mangent la viande de la bête enragée en prenant juste soin de bien la cuir et de ne pas être blessé par un os.

Il leur suffit de tracer un cercle autour de la bête enragée pour qu’elle s’arrête net et n’arrive plus à le quitter jusqu’à leur départ pour l’emmener avec eux .Ils continuent à ce jour à faire leurs quarante et quatre tours à travers Chiadma en passant par Mogador .On dit que ce sont des Chrétiens monophysites, qui croient que Jésus Christ n’est pas le fils de Dieu mais un être humain ordinaire.

Un monophysite est « celui qui ne reconnaît qu'une nature dans la personne du Christ (en opposition à la définition donnée par le concile de Chalcédoine (451) selon laquelle la nature humaine et la nature divine coexistent dans une personne) ».

C’est pour cela d’ailleurs qu’ils n’ont pas tardé à se convertir à l’Islam et même à créer une légende qui dit que leurs Ancêtres sont allés au pèlerinage à la Mecque à la rencontre de Mohamed qui n’a pas compris ce qu’ils disent à cause de leur langue berbère, « youjarjiroune », ont une voix de gorge, d’où ce nom de Regraga.

Je pense que la légende repose sur un fait réel qui est la rencontre des Regraga avec le Prophète Salih des Berghouta de Tamesna , de Safi jusqu’à Kénitra sur la côte , au Nord de Chiadma, le pays des Regragua .

Je pense qu’ils parlaient encore la langue de leurs Ancêtres Européens , le latin des religieux ou une autre langue qui n’est pas comprise par le Prophète et Roi berbère Salih des Berghouata, dit Salih al Mouminine , le Saint des croyants et qui est le créateur d' une religion taillée sur mesure et adaptée aux croyances berbères, à leurs Dieux et vision du monde par opposition au Coran arabe.

Lalla Mnnana Zhra leur a enlevé ses bêtes, leur a interdit de les toucher et ne reconnait pas leur pouvoir d’Igrramne. Ils maudissent son troupeau et appellent sur lui la teigne. Lalla Mnnana Zhra , elle, les maudit à son tour , et appelle la paralysée sur toutes les mains des Regragua qui ont touché à ses bêtes.

Effectivement , tout le troupeau de Lalla Mnnana Zhra est atteint par la teigne et les mains de tous les Regragua qui ont touché à ses bêtes sont paralysés dès leur retour à Mogador, déformation du nom berbère de Mougadir, la citadelle dépôt collectif d’une ou plusieurs tribus. C’est à partir de ce moment là que les Igrramne Rgragua ont reconnu le pouvoir de Lalla Mnnana Zhra Bent l’Agrrame Abdeljalil de Tarraste et n’ont jamais dépassé sa takerkourte magique à partir de Bensergaw, un village au Nord de Tarraste appelée aussi Tarsaste , la balle tirée, réservée pour celles et ceux qui s’y frottent injustement .

Hassan II a choisi le site exact de Takerkourt de Lalla Mnnana Zhra près de Bensrgaw, pour construire son palais, face à la mer. L’a-t-il fait exprès pour détruite ce site sacré berbère, qui préexiste peut être à Lalla Mnnan Zhra ? Pendant sa construction bien des ouvriers ont été « frappés » , « ttoutne », « toutne tagat », sont frappés par la malédiction, comme on dit dans le jargon des Igrramne et après son ouverture, chaque nuit, des tapis s’envolent , des meubles se cognent contre les murs. Hassan II a rassemblé tous les dits Oulama, doctes religieux du Maroc et de l’Orient pour exorciser ce lieu mais en vain. Seul le petit palais à côté fonctionne normalement jusqu’à présent.


Auteur: Mohammed Hifad
Date : 2016-07-18


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Mohammed Hifad
Envoyer l'article à un ami
Article lu 9927 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: id Bawziki Le : 2016-07-19
Titre: tagatnek a tut aït ugadir
Pays: France  


la superstition est une constante qui touche la plupart des habitants de la terre. En France le Berry en est le parfait exemple. Mais chez les berbères elle va au-delà de l'entendement.

Je me suis bien rendu au palais du Roi avec le plus grand Alem de Bounaâmane qui m'a emmené avec lui alors que j'étais petit (4 ans), sans que j'en connaisse la raison, mais tu viens de me la donner. Je pense qu'il y avait également Mokhtar Soussi.

Les gadiris ont commis un sacrilège impardonnable en profanant la montagne sacrée d'Agadir Oufella ils ont lacéré son flanc avec des écritures débiles et anti-Amazighes. Cette ville m'est interdite tant qu'il aura ça.

Mas Hifad si tu es détenteur de " Tagat n Bounnaga", alors jettes un sort à tout ceux qui ont osé profaner cette montagne ou qui ont grand plaisir à la regarder ainsi, que leur visage soit balafré avec les mêmes écritures à tout jamais. C'est ainsi que l'on pourra avoir la preuve que "tagat u grramme" est réelle et efficace. Personnellement je crois plutôt à un nettoyage par le tsunami.


 
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: mohammed hifad Le : 2016-07-19
Titre:
Pays: Morocco  

A l'intention de notre ami id Bawziki.

J'appelle au nom de mes Ancêtres la paralysie de lalla Mnnana n Tarraste ou tarsaste pour toutes les mains qui ont profané sa takourtkrt de Bensrgaw , la borne frontière entre Haha et Souss , et la montagne sacrée d'Agadir ou flla.Mais il faut les connaitre pour vérifier si ma malédiction les a atteint effectivement.Je demande donc à celles et ceux qui les connaissent de les observer à partir de la date de ce post et de nous mettre au courant si leurs mains sont paralysées pour le restant de leur vie tant qu'ils ne réparent pas leur faute et demandent pardon aux Igrramne et Tigrramine berbères Autochtones.
 
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: id Bawziki Le : 2016-07-20
Titre: Tanemirt I gma Hifad, pourvu que l'on ait pas besoin d'attendre le Tsunami
Pays: France  

 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant ge7b7i22 ici :  
 
 

 

 
Bari Ouhrimou, un célèbre artiste d’El Kebab, oublié
Nul parmi les artistes, vivants, de jadis d’El Kebab ne peut oublier cette figure emblématique. Il fut un tambourinaire remarquable qui possédait de grands talents. Malheureusement personne n’a pris la peine de l’immortaliser en effectuant une recherche tant autour de sa biographie qu’autour de son parcours artistique et professionnel. Sa disparition est une immense perte pour l’art amazighe en général et le chant instrumentalisé en particulier dans la région de Fazaz. ... - - Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2016-12-30

 

 
LOUNES MATOUB : Porte-étendard des peuples amazighs et humaniste
   Le 25 juin 1998, en milieu de journée, le plus éclairé esprit amazigh tombe héroïquement sous des balles assassines. Le génie kabyle est mort ! Alors le vent du désespoir s'empara de la jeunesse, des ainés, des hommes et des femmes et de tous les « hommes civilisés » de par le monde, pour reprendre ainsi les mots du Président français de l'époque M. Jacques Chirac. Le deuil ne se fera jamais et l'éternelle blessure est toujours là et d'une ampleur semblable uniquement à l'exécution d'un autre génie amazigh : l'éternel Jugurtha, à Rome. ... - - Auteur: Nassim SAID - Date : 2016-07-26

 

 
COMMEMORATION : Lettre posthume à Matoub
Dans quelques jours, nous commémorerons ton départ pour honorer ta mémoire et t’exprimer notre engagement indéfectible et notre fidélité à tes idées, tes rêves et tes utopies. Nous continuons la résistance. Notre jeunesse a repris le flambeau. Déterminée. Inébranlable. Tu lui sers de repère et tu continues d’éclairer le chemin qui mène vers sa liberté et sa libération. Ton sacrifice force notre respect et notre estime.... - - Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2016-06-27

 

 
Moha Ou Baba : Une étoile de l’art Amazighe
Moha Ou Baba, fut un grand artiste et violoniste amazighe. Il est originaire de la petite contrée de « Tazrouft », où il naquit vers le milieu des années quarante. Son fief est situé sur le territoire de la caïdat de « Tillichte », cercle de « Riche », province, actuelle, de Midelt. Ses anciens amis, artistes issus des autres tribus amazighes avaient l’habitude de l’appeler « Moha Ou Baba Azrouf », en référence à son surnom patronyme.... - - Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2016-05-27

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.