Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

Bari Ouhrimou, un célèbre artiste d’El Kebab, oublié

Ecrit par le chercheur, HAMZAOUI Abdelmalek

Nul parmi les artistes, vivants, de jadis d’El Kebab ne peut oublier cette figure emblématique. Il fut un tambourinaire remarquable qui possédait de grands talents. Malheureusement personne n’a pris la peine de l’immortaliser en effectuant une recherche tant autour de sa biographie qu’autour de son parcours artistique et professionnel.

Sa disparition est une immense perte pour l’art amazighe en général et le chant instrumentalisé en particulier dans la région de Fazaz. Il a emporté avec lui, à jamais, un bagage culturel incommensurable, sans parler d’un grand répertoire de chants et de vers de poésie.

Bari Ouhrimou, est considéré comme un sans famille. Nos recherches, pour glaner quelques informations le concernant, se sont toujours soldées par un échec. Aucun membres de ses proches n’est retrouvé, que cela soit dans son village, El Kebab, d’où il était originaire et où il a vécu toute sa modeste vie, ni ailleurs.

Heureusement nous sommes parvenus à avoir sa photo d’identité par hasard comme si son sort voulait qu’il rentre dans l’histoire et que son nom soit inscrit sur le registre des vétérans de la chanson amazighe, à l’instar de Mouloud Oulbachir, Jermani Belkhir, les seuls joueurs de l3oud de l’époque ou bien des chikhates, Itto Taqbdit….ou encore le célèbre violoniste Moha Ouâali Oumouzoune ainsi que les grands tambourinaires karante ou Bouzekri…avec lesquels il partageait des moments de joie immense lors des soirées conviviales qu’ils passaient souvent ensemble.

D’autres artistes des régions avoisinantes tels Khenifra, Tighsaline…se rappellent encore de lui et de sa manière extraordinaire dont il manipulait son allun (tambourin).
Le Achqir Bari Ouhrimou, était aussi un poète de renommée régionale, aux côtés d’Ahmed lflous appelé communément « Passez » et de Ha hmou. Ce trio faisait groupe en tant que chanteurs et tambourinaires avec 3kka Ou Hfid qui jouait de la flûte en plus du rossignol d’Ichqirn Boukhris connu sous le pseudonyme de Khrissat.

L’artiste Bari Ouhrimou eut l’occasion de connaître le vétéran Hamou Lyazid qui fréquentait de temps en temps El Kebab pour rencontrer ses amis artistes tels, Fenane Mouloud Oulbachir, son frère Mohamed t3arji (bu tgwwalt) et Boukhris surnommé Khrissat ainsi que les tinazurine (chikhate) Mchtbba, Mahna Hala, Yzza Mehdawi, Muna, Zin 3chab et j’en passe.

Certains Inazurn Iqborn (artistes vétérans) affirment que l’anazur Ouhrimou a participé à l’enregistrement de plusieurs succès de Mouloud Oulbachir au profit de la radio amazighe de Dar Lbrihi à Rabat.

Bari Ouhrimou, d’après les habitants d’El Kebab, fief de la tribu des Ichqirn, vivait dans la rue Moulay El Mokhtar avec sa sœur et son mari Lhaj Mohamed Ouâali, un grand commerçant du village originaire de la région de Goulmima.


Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek
Date : 2016-12-30


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de HAMZAOUI Abdelmalek
Envoyer l'article à un ami
Article lu 1718 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant jh2qigcc ici :  
 
 

 

 
LOUNES MATOUB : Porte-étendard des peuples amazighs et humaniste
   Le 25 juin 1998, en milieu de journée, le plus éclairé esprit amazigh tombe héroïquement sous des balles assassines. Le génie kabyle est mort ! Alors le vent du désespoir s'empara de la jeunesse, des ainés, des hommes et des femmes et de tous les « hommes civilisés » de par le monde, pour reprendre ainsi les mots du Président français de l'époque M. Jacques Chirac. Le deuil ne se fera jamais et l'éternelle blessure est toujours là et d'une ampleur semblable uniquement à l'exécution d'un autre génie amazigh : l'éternel Jugurtha, à Rome. ... - - Auteur: Nassim SAID - Date : 2016-07-26

 

 
Modèle de pouvoir de Tagrramte berbère : La magie blanche des habitants de Haha
Lalla Mnnana Zhra Bent Abdeljalil de Tarraste, un village près de la ville d’Agadir est plus connue que son père un Agrrame également. Elle était une bergère qui gardait tous les troupeaux des habitants dans la forêt entre Tarraste et Bensergaw au Nord vers la ville d’Agadir. ... - - Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2016-07-18

 

 
COMMEMORATION : Lettre posthume à Matoub
Dans quelques jours, nous commémorerons ton départ pour honorer ta mémoire et t’exprimer notre engagement indéfectible et notre fidélité à tes idées, tes rêves et tes utopies. Nous continuons la résistance. Notre jeunesse a repris le flambeau. Déterminée. Inébranlable. Tu lui sers de repère et tu continues d’éclairer le chemin qui mène vers sa liberté et sa libération. Ton sacrifice force notre respect et notre estime.... - - Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2016-06-27

 

 
Moha Ou Baba : Une étoile de l’art Amazighe
Moha Ou Baba, fut un grand artiste et violoniste amazighe. Il est originaire de la petite contrée de « Tazrouft », où il naquit vers le milieu des années quarante. Son fief est situé sur le territoire de la caïdat de « Tillichte », cercle de « Riche », province, actuelle, de Midelt. Ses anciens amis, artistes issus des autres tribus amazighes avaient l’habitude de l’appeler « Moha Ou Baba Azrouf », en référence à son surnom patronyme.... - - Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2016-05-27

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.