Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

MCA : le choix des hommes libres !

Par : Moha Moukhlis
(Journaliste – Agraw Amazigh)

Les arrestations dont les étudiants du Mouvement culturel amazigh sont les victimes témoignent d’une psychose qui obsède la classe dirigeante et le Makhzen au Maroc : l’amazighité qui « renaît de ses cendres » pour éclabousser une caste qui a misé sur la destruction programmée et officialisée de l’amazighité. Une secte qui confond la politique et la danse du ventre. Une clique inspirée par l’idéologie nazie, de sinistre mémoire. Un gang qui fait tout pour verrouiller les centres de décision, avoir l’exclusivité de la gestion du destin du pays. Un pays géré comme une propriété privée. Comme une caserne.

Des arrestations spectaculaires, réalisées par une police aux méthodes du KGB : violence, tabassage, torture et viol à la bouteille au menu, dans un «Eta de droit démocratique et blablabla et blablabla». Rapports et enquêtes bâclés, bricolés sur instructions. Le But : concasser les «chleuhs», les « fils de putes » comme l’a affirmé, avec fierté, un flic aux détenus politiques du Mouvement Cultuel Amazigh, donner l’exemple pour que les amazighes qui ont « la tête chaude » comme disent les barbouzes, « capitulent », abdiquent et soient amenés à baisser leurs pantalons, si nécessaire !

Voilà en résumé, ce que l’on peut conclure des événements qui ont secoué la faculté d’Errachidia et les universités de Meknès, d’Agadir et de Taza. Avec pour conséquence  de « terroriser » les étudiants amazighs  et les réduire en esclaves d’un système qui a programmé leur ethnocide !

Une réaction hystérique. La folie institutionnalisée par ceux qui manient les commandes à Rabat, dans leurs bureaux calfeutrés et climatisés et qui se disent entre eux « ghadi nselkhu haduk chleuh, iwa ullaw dasrin bezaf ». Soutenus par la racaille arabiste qui a lâché ses chiens gardiens du temple délirer, éructer et rôter sur leurs canards. Une erreur gravissime qui sonne le glas d’une politique, d’une gouvernance hypocrite. Les masques sont tombés. La confrontation est ainsi instrumentalisé. Officialisée. Le pouvoir a perdu toute crédibilité. Il a perdu la tête.

 

Qu’espère gagner le pouvoir en agissant de cette manière? Arrêter le cours de l’histoire? Opter pour un génocide comme l’a fait Saddam vis-à-vis des Kurdes? Edifier un goulag à Michlifen ou à Azourki? Créer des camps de concentration comme l’a fait Hitler pour les juifs, à Tizi Ousli, Msemrir ou Bouyzakarn? ! Sauf que les amazighes, ce n’est pas les juifs (avec tout mon respect pour le peuple hébreu et l’Etat d’Israël). Les amazighs sont chez eux. Largement majoritaire en comparaison avec le nombre des hordes des Banou Hilal et autres Banou Soulaim, des bandes de tueurs arabes, comme l’a écrit Ibn Khaldoun, qui ont déferlé sur l’Afrique du nord comme une nuée de sauterelles, saccageant tout sur leur passage, au nom de l’islam et de son prophète!

 

 

Le pouvoir est aveugle! Il oublie que le Maroc est amazigh. Le fantasme d’un hypothétique monde arabe s’évapore! Après l’Andalousie, l’arabité de l’Afrique du nord vit sa dernière décadence. Une mort lente mais tragique. L’arabité du pouvoir et du Makhzen repose sur un mensonge. Une farce historique énormissime. Monumentalement monumentale.

Au Maroc, ce sont les amazighs, intègres et honnêtes, qui permettent à l’Etat de fonctionner et aux institutions de tourner correctement. Ce sont les amazighes qui constituent la colonne vertébrale de l’armée, de la police, de la gendarmerie et des forces auxiliaires! Et je ne crois pas qu’ils soient indifférents au sort réservé à leurs frères amazighes! Ce serait une folie de croire que les forces de l’ordre (ou de répression) continueront, indéfiniment, à tabasser et torturer leurs enfants amazighs innocents, parce que des ordres de Rabat leur ont été donnés par une caste qui traite les amazighes d’apaches!!!

On se demande si ce pouvoir arrogant croit toujours rééditer une nouvelle Tazmammart (équipée cette fois ci de téléviseurs, droits de l’Homme obligent), plus étendue cette fois-ci, et qui englobera tout le SUD-EST, le Rif, le Haut Atlas, le Moyen Atlas et le Souss? C’est-à-dire le Maroc entier. Serait-il en train de mijoter de réserver aux étudiants le même sort qu’il a réservé au général Hammou, à Oufkir, à Ababou, à Chelouati et les autres. Où serait-il- en train de penser  que ces étudiants du Sud-est devront goûter le même châtiment que Addi Ou Bihi ?

La supercherie a trop duré pour ce pouvoir  qui continue à considérer les amazighs comme des dupes. La question amazighe n’est pas une question culturelle ou linguistique. Elle et au cœur du politique. Le pouvoir est acculé. Il a épuisé ses ressources métaphysiques qui ont enfanté le terrorisme aveugle et sa mythologie raciale qui a réduit les amazighs à des sous hommes. L’amazighité est indissociable de sa terre et de sa territorialité. L’amazighité ne se limite pas à la langue qui en constitue l’anti chambre. Derrière l’amazighité se profilent des hommes, des femmes, un peuple qui souffre le martyre, colonisé sur sa terre, spolié, dont l’identité a été usurpée. Qui ne veut plus assister en spectateur à la mort programmée de son essence civilisationnelle.

 

Les conseillers du Roi qui s'attaquent aux Imazighen

La mémoire amazighe n’oubliera jamais les atrocités et le calvaire des amazighs du Rif bombardés par l’aviation de l’Etat, à Aknoul, Bourd, Gzennaya…Elle n’oubliera pas humiliations des tribus amazighes des Atlas réduits à la misère et poussés à la débauche officialisée par le pouvoir. La répression qui s’est abattue sur Moulay Bouâzza, Khnifra, Rich, Goulmima, Tinghir, Figuig, Kelât Mgouna, Ahermammou…Il y a des années à Khanifra un pacha a fait raser les cheveux à deux femmes amazighes! Peut-être qu’il a été promu gouverneur ou wali ! En 1994, un gouverneur a kidnappé des militants amazighs de Goulmima sans jamais être inquiet. Un barbu a traité un mitant amazigh du Souss de bourrique et il a été élu parlementaire. Des conseillers du Roi roulent dans la boue les décisions du Roi, et ils continuent toujours conseiller. Ne parlons pas du sort réservé à la revue amazighe, à son directeur et à son collaborateur feu Azaykou.  Les souffrances d’Anfgou, d’Imilchil, du Sud-est de Houssima sont gravées dans la chaire des amazighs. Ils n’oublieront jamais le racisme arabe officialisé, le mépris pour la culture amazighe, l‘arrogance des maîtres du moments. Les insultes d’un certain Chrif El Alaoui qui publie chaque semaine un torchon malaxé à la sauce des barbouzes.

La mémoire amazighe saigne stoïquement et continue à absorber les insultes quotidiennes des caïds et des pachas,  qui traitent les résistants de Tazizawt, de Hamdoun, de Baddou, d’Anoual, de Bougafer et des Ait Baâmran d’arriérés incultes et sauvages, l’humiliation des gouverneurs et des walis, le mépris des ministres et des commis de l’Etat arabiste oppresseur.
Que ceux qui se frottent les mains et jubilent de joie après les arrestations des étudiants du Mouvement culturel amazigh déchantent. La vérité est têtue. L’Histoire aussi. Le combat mené par le Mouvement culturel amazigh ne relève pas d’un réflexe passager ou d’un saut d’humeur transitoire dicté par un amateurisme. Bien au contraire, il traduit une conviction profonde et une volonté inébranlable fondées sur un sentiment d’injustice.

Le Mouvement culturel amazigh est serein. Il a bien les pieds sur terre. Je veux dire sa terre. Il ne rêve pas.  Son combat n’est pas négociable. Il traduit un atavisme et un attachement naturel à la terre et à la liberté. Indifférent à la propagande des gueux arabistes qui nous gouvernent. Peu soucieux de l’intoxication qui le vise, des beaux rhéteurs qui l’attaquent, de la répression dont il est l’objet.  Convaincu de la légitimité de sa cause, il avance, cumulant les sacrifies qui galvanisent ses militants et renforcent leur détermination.

La peur a déserté son camp. Elle obsède ses détracteurs enlisés dans un discours démagogique qui tourne en rond. Elle habite les fossoyeurs de l’identité et de l’histoire. Elle hante les maîtres du moment qui se trouvent tenus de rendre des comptes, au peuple amazigh et à l’histoire qui les a rattrapés, qui a fait évaporer leurs chimères.

Le monde a changé. L’amazighité sera réhabilité. C’est dans le sens de l’histoire et des sociétés qui avancent. C’est dans la trajectoire d’un mouvement planétaire qui réhabilité les cultures dominées et minorisées par des pouvoirs voraces et linguistivores.

Que les tenants du pouvoir tremblent. Le flambeau de l’amazighité est entre les mains d’une jeunesse convaincue, instruite et moderniste. L’espoir est devenu réalité. Les sacrifices en témoignent. Ceux qui ont cru avoir anesthésié le peuple amazighe, l’avoir domestiqué vont droit au mur. Imazighen se réveillent après quatre décennies de matraquage multiforme. Quatre décennies de souffrances. Quatre décennies d’humiliation.

La conscience amazighe se régénère et se propage. Elle s’épanouit. Le doute a cédé le terrain à la certitude. La peur s’évapore devant la détermination et la conviction.

La gestion clanique des affaires de l’Etat et le complot ourdi contre l’amazighité n’augurent rien de bon ! La conscience amazighe va grandissant de jour en jour. Le réflexe de résistance amazighe resurgit brusquement. C’est un fait « génétique » et donc irréversible. La marche est enclenchée. L’objectif se clarifie. Ce n’est plus un rêve. C’est la réalité qui se concrétise. Qu’on se le dise là-haut. S’il n’est pas trop tard !



Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2007-06-28


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10685 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 4uvtvx7i ici :  
 
 

 
Maroc : Le peuple Amazigh soutient le peuple Catalan et appelle à l’éradication du Jihadisme islamiste
La Fédération Nationale des Associations Amazighes au Maroc « FNAA », a publié un communiqué dont lequel elle a exprimé le soutien total du peuple Amazigh au peuple Catalan dans ces moment de deuil. Elle a rappelé que si les civils européens sont visiblement les victimes cibles de ce courant, il ne faut pas perdre de vue la double victime qui sont les Amazighs d’Afrique du Nord, immigrés en Europe, et pris en otage dans ce conflit qui oppose l’orient et l’occident. Selon FNAA les Amazighs sont la seule chair à canon que les concepteurs de ces écoles de formation des terroristes diplômés (EFDT), sacrifient toujours .... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-20

 

 
Maroc/Wawizght : Le Maroc profond marche pour le 1er mort en grève de faim pour la TERRE
Choqués par la mort tragique de Mr Khellada Lghazi, suite à une greve de faim en prison, les habitants de Wawizght, un petit village niché dans les montagnes du haut Atlas Marocain, ont organisé une marche de protestation à son honneur.... Lire la suite - - Auteur: َAmazighWorld - Date : 2017-08-12

 

 
Le 1er mort de la protestation du RIF après 8 mois de manifestations pacifiques
C’est le premier décès de la protestation du RIF lors de la manifestation du 20 juillet 2017 à Huceima interdite par les autorités ce qui a déclenché des affrontements entre police et activistes du Hirak à Hoceima. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-08

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.