Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Amazighité : le temps des incertitudes

Par : Moha Ou Saïd

En fonction des « impératifs de la conjoncture », on oppose aux militants de la cause amazighe la répression ou la prison. Aujourd’hui, on affirme que l’amazighe est un patrimoine national, et en tant que tel, nul n’a le droit de l’instrumentaliser ! Cette profession de foi est affirmée par l’ensemble des responsables politiques, syndicaux et associatifs. Face à une telle unanimité devant une cause nationale, on était en droit de s’attendre à des solutions rapides et concrètes. En réalité, destinée à « calmer les esprits », gagner du temps, les promesses ne sont que du vent. Le pouvoir, acculé, tente de se redéployer par des feux d’artifice sans lendemain. Et face à la résistance légitime de la mouvance amazighe, il opère une diabolisation de la cause pour discréditer ses acteurs : les arrestations et les condamnations arbitraires des étudiants du mouvement amazigh a Errachidia et Meknès en sont l’illustration. Ceci n’est que fuite en avant et une crainte de se regarder en face.

Expert en tripatouillage et en replâtrage, le pouvoir opte pour le pire : la violence et la répression. Aidé dans ce sens par des bigots atteints de religiosité aiguë. Il a cédé face à une gangrène fasciste aux couleurs arabistes.

Le pouvoir tourne en rond, dominé par des hommes fossiles, tournés vers un passé archaïque et anachronique. Une mafia qui  s’arroge le monopole du nationalo-patriotisme. Des héritiers et dépositaires du Maroc en tant que nation, Etat, drapeau et richesses. Et tous ceux qui n’adhèrent pas à leur vision monolithique sont exclus : ils ne valent rien et ne représentent rien. Cette mafia qui a mis main basse sur les leviers de commande œuvre officiellement pour la désintégration de l’identité amazighe, menant une politique d’arabisation et de wahhabisation forcenée à la soviétique de la société.

L’objectif étant la « création » d’un nouveau type d’homme marocain qui se situe entre Kaboul, Gaza et Bagdad, à coup de slogans ronflants de sonorités et vides de sens. Il s’agit d’enrégimenter le peuple par l’illusion lyrique qui permet d’éluder les vrais problèmes.

L’institution qui a été créée pour la promotion tous azimuts de l’amazighité est assiégée. Elle fait face à des institutions qui boudent ses décisions. L’enseignement de la langue amazighe ne jouit d’aucun statut. Il reste aléatoire, chaotique et incertain. Les chiffres avancés par le Ministère de tutelle sont de la fiction. À la télévision, la folklorisation de la culture amazighe est accélérée et les émissions d’apologie pour l’arabité submergent les écrans.

En fait, les soubassements idéologiques de l’Etat et ses « constantes nationales » sont des boulets qui empêchent la nation d’avancer. Le débat national sur la question identitaire mine notre avenir. La quête continuelle au sein de la société de démocratie et de justice est restée prisonnière des logiques arabistes d’alternance clanique au pouvoir qui a donné lieu à un système verrouillé où la place de la démocratie « palpable » n’est qu’accessoire.

Le pouvoir a spolié les amazighes de leur citoyenneté et de leur identité oeuvrant à tout prix pour diluer leur personnalité et leur spécificité dans le moule arabo-islamique. D’aucun font du combat contre l’amazighité un impératif national et un devoir patriotique.

Les appareils idéologiques de l’Etat s’activent à notre aliénation. L’école arabisée n’assure pas la transmission de notre héritage socioculturel, elle délivre un savoir obsolète, sans repères, sans idée d’excellence ni respect pour notre patrimoine amazighe. L’école continue à atrophier l’âme de nos enfants et notre tradition amazighe se réduit à un mince filet d’eau perdu dans le désert arabe. Notre culture amazighe jalonnée de chefs-d’œuvre et de faits historiques est devenu un bazar.

Les institutions nous livre une culture de confection, exogène, pour gaver les citoyens comme on nourrit les bœufs de foin. Il s’agit d’une sous culture qui fait l’apologie de l’incompétence, de la négligence et conduit à la décadence de l’homme par perte progressive des convictions et l’uniformisation de la pensée. La curée des élections à laquelle s’est adonnée une caste arabiste reflète l’image d’un paysage politique désolant. Les visières idéologiques vissées sur la tête de nos responsables empêchent ses derniers de voir plus loin que le bout de leurs nez. Notre devenir est une nouvelle fois hypothéqué.


Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2007-11-27


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10885 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant ttby36dl ici :  
 
 

 
Maroc :«Agharas Agharas» du RNI est au bout de son souffle avant même de commencer
La ministre Lamaia Boutaleb, au nom du parti RNI dans le gouvernement marocain d’El Othmani, vient de le prouver en passant un important contrat à une société qui vienne de se créer Southbridge A&I. La société appartient à son collègue qui vient de rejoindre le bureau politique du RNI au mois de Mai dernier, Mr Hassan Belkhayat que son oncle n’est que Mouncif Belkhayat l'ex-ministre de la jeunesse et dans le même bureau politique du même parti. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-09-10

 

 
Maroc : Le peuple Amazigh soutient le peuple Catalan et appelle à l’éradication du Jihadisme islamiste
La Fédération Nationale des Associations Amazighes au Maroc « FNAA », a publié un communiqué dont lequel elle a exprimé le soutien total du peuple Amazigh au peuple Catalan dans ces moment de deuil. Elle a rappelé que si les civils européens sont visiblement les victimes cibles de ce courant, il ne faut pas perdre de vue la double victime qui sont les Amazighs d’Afrique du Nord, immigrés en Europe, et pris en otage dans ce conflit qui oppose l’orient et l’occident. Selon FNAA les Amazighs sont la seule chair à canon que les concepteurs de ces écoles de formation des terroristes diplômés (EFDT), sacrifient toujours .... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-20

 

 
Maroc/Wawizght : Le Maroc profond marche pour le 1er mort en grève de faim pour la TERRE
Choqués par la mort tragique de Mr Khellada Lghazi, suite à une greve de faim en prison, les habitants de Wawizght, un petit village niché dans les montagnes du haut Atlas Marocain, ont organisé une marche de protestation à son honneur.... Lire la suite - - Auteur: َAmazighWorld - Date : 2017-08-12

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.