Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Le destin des Imazighen

 

Par : Moha Moukhlis

Nous voici donc, nous amazighs, amenés, par la force des choses et le poids d'une tradition multiséculaire, à assumer dignement notre destin, nous inscrire volontairement dans le concert des grandes nations, nous arrimer spontanément, pour ainsi dire, dans la marche inéluctable de la civilisation planétaire, à laquelle souscrivent toutes les sociétés qui avancent vers des lendemains meilleurs.

Au tournant d'une histoire qui se fera avec nous, celle de notre pays et du grand Tamazgha, contre les forces obscurantistes, arabo-intégristes anesthésiées par des gloires factices et un passé désuet en rupture avec la modernité qui bouscule les dogmes, pulvérise les repères puérils et les convictions dogmatiques, pose la problématique des identités dans des termes universels.

Dans notre pays souillé par la barbarie de la rhétorique et les fantasmes d'une idéologie obsolète, offrant l'image désolante d'un paysage politique «clanisé», nous aspirons à un avenir meilleur et prometteur, libéré des dogmes fallacieux d'une idéologie moribonde et anachronique. Nous avons consenti tant de sacrifices. C'est notre destin. Nous l'assumerons avec conviction et sans regret aucun. Nous irons de l'avant, la tête haute, fier du legs si précieux de nos ancêtres, si naïfs et si généreux si sincères et si stoïques.

Le drame que nous vivons est le fruit d'une tractation de la honte menée par la partie des droits de l'homme avec une élite esclavagiste et moyenâgeux qui a enfanté la tyrannie que seuls les amazighes pourraient déstabiliser. Remettre sur les rails.

Depuis deux ans, l'amazighité et ses dépositaires sont dans le collimateur des fossoyeurs de l'identité. Aux interdictions arbitraires se conjuguent la répression, la torture et l'incarcération. Des amazighes croupissent dans les prisons. Des communautés amazighes sont réprimées. Le procès des détenus de Meknès est reporté pour le 18 août 2008. La résistance continue.

Nous avons tant souffert. Nous avons épuisé le potentiel qui est le notre, à savoir la patience et la sérénité imbues de sagesse. Nos détracteurs sont sourds. Le pouvoir qui chapeaute la gestion de la cité est englué dans la pourriture. Les icônes qui sont mis en relief ne sont que des marionnettes, des eunuques au service d'une idéologie liberticide.

Nous amazighs, sommes condamnés à assumer notre destin. Consentir des sacrifices pour sortir notre partie de la morosité qui l'accable et de l'injustice qui la ronge comme un cancer ;

L'arabo-intégrisme est en décadence. Nous amazighs, sommes tenus de léguer aux futures générations un horizon dégagé, source de fierté et d'espoir. Nous sommes condamnés à assumer notre responsabilité historique. Ce n'est pas un choix, c'est un destin.

Face à notre ennemi désemparé, nous devons maintenir nos constantes et nos repères. L'usure ne viendra pas à bout de l'autochtonie. Nous vivons aux rythmes des bouleversements qui se produisent à l'échelle planétaire. Point de regrets.

L'idéologie arabo-intégriste a instauré un pouvoir en rupture avec nos aspirations légitimes. Elle payera le prix. C'est le destin. Nous ne sommes pas sensé peser le pour et le contre, nous devons nous focaliser sur notre objectif. Advienne que pourra.

Les eunuques qui nous gouvernent rendront les comptes, au moment opportun. Notre pays est en proie à un politique bâtarde, boiteuse, incertaine qui rêve encore de razzias et de victoires métaphysiques. Nous vivons l'ère des droits humains, l'ère de la transparence et de la clarté auxquelles nous adhérons spontanément.

Nous devons être fier des sacrifices de notre jeunesse, si pure, si sincère et si déterminée. Elle ravive le flambeau de l'espoir. Disposée, par conviction à s'investir quelles que soient les conséquences. A nous d'être à la hauteur de ses aspirations. De nos aspirations.

Le pouvoir marocain mène une politique amazighicide, en collaboration avec la caste des andalous. Il a cru opportun de nous amadouer par des feux d'artifices sans lendemains.

Personne n'est dupe. La négation et l'exclusion de l'amazighité sont des actes politiques délibérés, volontaires et programmés. Notre combat fait son chemin. Serein.

Nous vivons l'ère de la décadence des dictatures. A nous d'assumer la transition. Contre les idéologies factices implantées à Tamazgha, contre les pantins téléguidés contre l'amazighité. Notre investissement ne sera pas sans suite. La suite, c'est nous. Que l'on se montre digne de l'assumer. Avec courage et abnégation. L'avenir nous appartient. Sans doute. Nous sommes chez nous. Ne l'oublions ja


Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2008-09-04


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 14528 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant e0gqy2wi ici :  
 
 

 

 

Autres articles :






Maroc : non au racisme d’Etat
Auteur: CMA - Date : 2020-07-21










 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.