Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Les fossoyeurs de l'identité

Par : Moha Moukhlis

L'option « possessive » et maladive, tare du pouvoir arabiste au Maroc, de se présenter comme dépositaire exclusif du « nationalisme », de la guerre de libération et de la résistance, perçus comme fondement de toute forme de légitimité politique, est problématique. Les fossoyeurs de l'identité nationale pensent être les seuls habilités à monopoliser le champ politique, pour pouvoir manipuler, indéfiniment, le « troupeau ». D'autant plus que ceux qui ont servi de chaire à canon contre le colonisateur français sont renvoyés aux vestiaires par une élite de collaborateurs andalous qui félicitèrent la France d'avoir pacifié le « bled Siba ». Qui organisèrent des gals et des fêtes à chaque victoire de l'armée coloniale contre les « indigènes ».

Pour les jeunes amazighes qui n'ont connu ni la guerre de libération ni la résistance qu'à travers les récits de leurs parents et grands parents oubliés et humiliés, ceux qui s'en proclament et en réclament la paternité – les andalous de la Qaraouiyine qui détiennent les leviers de l'économie nationale et n'hésitent pas à saboter toute initiative démocratique- sont perçus comme fossoyeurs de l'identité et de l'histoire, des manipulateurs qui font de leur appartenance à ce passé mythologique un fonds de commerce et un tremplin aux privilèges : c'est l'élu du quartier réputé pour sa dilapidation des biens publics, c'est le responsable administratif corrompu, c'est le Haj qui arnaque les citoyens sans défense, c'est l'andalou qui détient des dizaines d'agréments et qui déteste de manière allergique tout ce qui évoque l'amazighité, c'est le Ministre qui détourne les deniers publics pour sauver les palestiniens et laisse crever de froid et de misère des milliers d'amazighes enclavés dans les Atlas, c'est le pouvoir qui mène une politique de destruction des amazighs…

Pour les jeunes amazighes, les contradictions et l'hypocrisie du discours officiel entraînant l'exacerbation du sentiment d'injustice, le rejet d'une classe politique obsolète et anachronique, déconnectée de la réalité du citoyen qui vivote quotidiennement, subit mépris et humiliations. Pour eux, le mythe galvaudé quant à l'identification des officiels et d'une certaine caste avec les « maquisards » libérateurs et les « artisans » de l'indépendance est caduc ; un leurre. Un mensonge énormissime. Grotesque. Ces officiels n'ont jamais tiré une seule balle contre le colonisateur. Leur tuteur et leur parrain ! Bien au contraire, ce sont eux et leur parents, chassés d'Andalousie et gravitant autour du centre du pouvoir des sultans, qui appelèrent la France coloniale à la rescousse pour la supplier d'instaurer son Protectorat au Maroc et les protéger des indigènes qui menacent leur commerce des Qisariyas et leurs comptoirs.

A chaque événement « historique », le matraquage emphatique et agressif des médias laisse le citoyen amazighe indifférent. Son « adhésion » à ce qu'il ressent comme un traquenard est refusé. Car, désormais, tout ce qui vient des autorités et du pouvoir parait suspect. Louche.

Dans moult célébrations, l'amazighophone, officiellement inexistant – dans les textes fondateurs de l'Etat- est agressé, réduit à l'état d'un fantôme : on lui rappelle toujours que la création artistique et littéraire produite dans une langue autre que la langue de Ben Laden, sera rejetée. Sa langue n'est guère qu'un vulgaire dialecte primitif qui ne permet pas d'accéder au paradis où il pourrait, lui affirme-t-on, jouir des soixante douze vierges et satisfaire ses fantasmes vingt quatre heures sur vingt quatre heures. C'est pourquoi l'amazighe, étranger sur sa propre terre, ne se sent pas concerné par les « manifestations » et les « initiatives » du pouvoir. Pour lui, les vrais maquisards, les vrais résistants sont morts. Ceux qui survivent sont emportés par les inondations, incarcérés où subissent le matraquage des « forces de l'ordre ». Dans l'indifférence générale du Makhzen. Le pouvoir est leur ennemi. Un colonisateur qui se cache derrière un discours « paternaliste » et religieux.

Les jeunes amazighes ne se font plus d'illusions : le changement annoncé, attendu, relèvera de la rhétorique arabe. Les célébrations officielles, en arabe littéraire, sont des occasions pour ressasser un discours désuet, rotatoire, monotone, lassant et sans aucune emprise : on affirmera, à chaque occasion officielle, que les « pionniers de l'indépendance » ont permis au pays d'aller de victoire en victoire, d'exploit en exploit et de miracle en miracle. On dira également que si des erreurs ont été commises, il en sera autrement dans l'avenir. Pour amuser la galerie.

Les pseudo intellectuels – insectuels de service-, des mercenaires gavés de chèques par les arabobaâthistes et les wahhabites séoudiens, ont démissionné et cautionnent la curée et la déliquescence culturelle. Les intellos arabistes- plumitifs ou journalistes de service- qui se nourrissent comme des charognards du sang des entités culturelles non arabes, sont devenus des agents réducteurs pour lesquels l'essentiel n'est pas de défendre la liberté d'expression, mais d'empêcher l'Autre de faire valoir le sien. Ils fuient, de manière effrontée, le débat, de fonds, sur l'identité nationale, et se réjouissent d'un pouvoir clanique, avec comme unique référence le cimeterre qui décapite la démocratie véritable : l'arabo-intégrisme. Source de la sclérose endémique de notre société. Ils roulent en mercédès dernier cri, habitent dans des villas dont le Makhzen leur a fait don pour les acheter comme des brebis.

Le Mouvement Amazighe se distingue par son refus des manœuvres dilatoires. Il ne s'abrite derrière aucun tuteur. Il se pose comme vecteur nationalitaire démocratique opposable à toute idéologie hégémonique. C'est pourquoi il dérange. Il a l'ambition de prolonger la réalité socio culturelle au niveau politico idéologique. L'arabo intégrisme se donne, avec ce gouvernement fassi et andalou, les moyens institutionnels qui lui faisaient défaut. Il œuvre à codifier ce que nous nommerons : inquisition. On assiste à une fuite en avant dont le seul but des andalous – dont la progéniture poursuit ses études dans des capitales occidentales (Londres, Paris, New York…)- est de prouver que l'arabo intégrisme, mal expliqué aux indigènes amazighes, ne saurait être la source de la déchéance généralisée : culturelle, éducative, économique…Pour eux, l'arabisation totale est notre unique perspective, la seule solution à nos maux ! Pourtant l'Afghanistan et le Darfour témoignent.

La stratégie de cette idéologie délétère, arabo intégriste, pour étouffer la lutte du Mouvement Amazighe, se heurte à la résistance qu'elle suscite. Car, on ne peut, par une déclaration démagogique et une référence métaphysique, liquider des dizaines de siècles d'histoire et de pratiques culturelles amazighes. L'étau se resserre. Le jour des comptes s'approche. Et le pouvoir accentue son arrogance, réprime de manière sauvage, comme en témoigne les condamnations à un quart de siècle des détenus politiques amazighes de Meknès. Pour impressionner, créer un climat de peur et de terreur. Casser le moral de la résistance. Donner l'exemple. Adresser un message aux activistes amazighes pour leur signifier que les maîtres – du moment – sont forts et peuvent agir dans l'impunité la plus totale, avec la complicité de mercenaires amazighes. Pour combien de temps ?


Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2008-10-22


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10796 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 80hm03pk ici :  
 
 

 
La Catalogne a gagné son droit à sa République : Communiqué du government provisoire kabyle
Le déploiement policier espagnol n’a pas empêché la tenue du référendum d’autodétermination en Catalogne. L’usage de la force contre des électeurs décidés à faire entendre leur voix en faveur de leur indépendance, de manière démocratique et pacifique, a fait perdre la face à l’Espagne où se réveillent dangereusement les vieux démons du franquisme. Les images insoutenables de femmes et d’hommes en sang, de visages tuméfiés, en larmes mais toujours dignes, illustrent on ne peut mieux la défaite de la répression ordonnée par Madrid.... Lire la suite - - Auteur: Anavad - Date : 2017-10-03

 

 
Djerba/Tunisie : Pour la 1ere fois de leur histoire, les tunisiens de confession juive révoltent contre le mépris
Pour la première fois de l’histoire de l’ile de Djerba, une manifestation des tunisiens de confession juive s’éclate. En reproche à la police tunisienne un comportement antisémite envers ses juifs tunisiens qui ont une histoire de plus de 25 siècles en Tunisie et partout en Afrique du Nord. Selon une vidéo postée par DjerbaMahazine, une famille tunisienne juive a ...... Lire la suite - - Auteur: Moha Buwawal - Date : 2017-10-01

 

 
Lette d’alerte du Congrès Mondial Amazigh au gouvernement espagnol après son intention d’extrader en Algérie deux militants Mozabites
Messieurs Les Ministres,
Comme vous le savez certainement, le gouvernement algérien persécute et réprime gravement les Amazighs d’Algérie. Depuis l’année 2013 particulièrement, le peuple amazigh du Mzab est victime de violences raciales exercées par les Arabes algériens avec le soutien avéré des autorités de police et de justice. Durant l’été 2015, une trentaine de Mozabites ont été tués et des centaines ont été blessés dans diverses localités du Mzab, notamment à Ghardaia et Berriane. La police a également arrêté environ 150 Mozabites et les a accusés de « porter atteinte à la sûreté de l’Etat » et à « l’unité nationale ».
... Lire la suite - - Auteur: CMA - Date : 2017-09-18

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.