Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Détenus amazighs de Meknès : Un procès injuste, cynique et inique

Le procès et les condamnations des détenus politiques amazighes de Meknès par le pouvoir arabe marocain sont inqualifiables. La langue ne possède par de vocable pour caractériser cette mascarade fomentée dans les coulisses d'un pouvoir amazighophobe. Après plus de seize mois de détention arbitraire le verdict est tombé le vendredi 17 octobre, à 01 heure du matin.

Deux détenus, sur la base du témoignage d'une femme, qui a fait l'objet d'arrestations et d'incarcérations (vol, drogue…) sont condamnés à 12 ans de prison ferme et 80 000.00 DH d'amende. Les témoignages qui militent pour l'innocence des détenus sont ignorés. Les huit autres sont condamnés à un an de prison (purgé lors de leur détention) et sont libérés après avoir payé une amende de 1000.00 DH chacun. A signaler que les dépositions de l'unique femme contre les détenus au cours des séances du procès sont contradictoires.

Selon des informations colportées, le procès des détenus politiques amazighes de Meknès et donc leur arrestations ne seraient liés ni à leur activisme au sein de la faculté ni à la mort tragique d'un étudiant. Les accusations retenues contre eux ne sont que des alibis. La véritable raison est ailleurs. Elle remonterait à la célébration du nouvel an amazighe, deux ans passés, à Meknès. Lors de cette manifestation, deux militants amazighs ont déplacé le drapeau marocain pour lui substituer le fanion (drapeau) amazighe, en présence des responsables locaux, venus assister à la soirée organisée à cette occasion.

Les services de renseignements auraient établi un rapport qu'ils auraient adressé au pouvoir central de Rabat. Le Ministère de l'intérieur aurait ordonné de ne pas réagir immédiatement et d'attendre la première occasion pour les arrêter. Ce serait le stratagème du pouvoir qui profita de la célébration du printemps amazighe au sein des universités pour « lâcher » ses barbouzes déguisés en basistes avec pour ordre de semer la zizanie en attaquant violemment les activistes amazighes. Pour faire diversion, il actionna ses leviers au sein de plusieurs universités : Agadir, Errachidia, Taza et Meknès.

Cette manœuvre lui a permis d'opérer des descentes et procéder à des arrestations arbitraires. Les détenus amazighs d'Errachidia seront condamnés, faute d'une défense à la hauteur. Les détenus de Meknès, qui ont bénéficié d'un soutien conséquent, ont vu leur procès reporté indéfiniment. Dans la foulée, le pouvoir mobilisa ses serviteurs parmi les « avocats » de Meknès : des mercenaires de l'USFP et du Parti de l'Istiqlal. Durant la séance du 9 octobre 2008, la mascarade a pris fin : les témoins des basistes du Makhzen ont « fondu » comme neige, les accusations se sont révélées fictives, la mascarade est dévoilée. La défense des détenus a plaidé et relevé des vices de fonds et de forme. Le verdict était ficelé. Il tombe au milieu de la nuit.

Ces condamnations ont un seul objectif : casser le Mouvement Amazigh et créer un climat de peur et de terreur, faire endosser à un mouvement démocratique et laïque la responsabilité du meurtre et de la violence. Le pouvoir agit ainsi pour disloquer la solidarité entre amazighes, victime de l'injustice et de l'arbitraire sur leur terre. Un message adressé aux activistes amazighs pour leur signifier que le pouvoir agit dans l'impunité totale, détient le pouvoir qui lui permet de maintenir la répression de l'amazighité.

L'Histoire témoignera. Et les militants amazighs devront s'attendre au pire. Leurs engagements pour leur cause, qui constituent, légitimement, leur raison d'être, évolue sur un chemin plein d'obstacles et nécessitant des sacrifices énormes. En Algérie, les quelques reconnaissances officielles de l'amazighité ont nécessité la mort de plus de 140 militants, à Tizi Ouzzou, Bejaïa et ailleurs. Il s'agit pour les militants d'avoir le souffle long et mener une résistance permanente, pacifique et continue. L'évolution de l'histoire se situe de leur côté. Le choc des condamnations est de nature à perturber la lutte. Mais il est aussi source galvanisant un combat profond. Pour léguer aux futures générations amazighes un héritage digne des hommes libres. Qui refusent de céder à la fatalité et à l'arbitraire, qui refusent de renier la justesse de la lutte, qui gardent un espoir renouvelé chaque jour dans un avenir où l'amazighité et ses dépositaires recouvreront leurs droits, tous leurs droits. Un avenir où ils seront maître de leur destin.

Le torpillage systématique de l'amazighité par le pouvoir n'est pas éternel. Il permet de démasquer le complot et ses collaborateurs. Les militants amazighs devront s'inscrire dans la durée. Ils sont les pionniers du combat d'un peuple colonisé sur sa terre, les initiateurs du processus de libération de l'amazighité qui fait l'objet d'attaques programmées par un pouvoir à bout de souffle qui continue à se perpétuer sur des bases idéologiques factices et illusoires. Un pouvoir qui sème la zizanie entre les acteurs de l'amazighité et les cadres culturels amazighes.

Le choix opéré par le pouvoir vis-à-vis de l'amazighité mène vers l'impasse. Car, au lieu d'apporter des réponses réelles, palpables et pérennes à la revendication amazighe, il s'engage dans des fuites en avant pour gagner du temps, orchestrer des procès iniques, une répression sauvage et une négation tous azimuts. Que les amazighs s'en rendent compte et sortent de leur tour d'ivoire pour affronter la réalité. Ils sont à la croisée des chemins et devront faire leur choix. L'histoire ne leur pardonnera pas. L'engagement du journal Agraw pour l'amazighité est inconditionnel. Nous exprimons notre solidarité avec les détenus condamnés et leurs familles. Notre engagement est celui des amazighs qui veulent et continuent à vivre debout.

 

 

Moha Moukhlis


Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2008-11-04


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10625 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: mohmmed Le : 2011-10-24
Titre: aaaaaaaaaaaaaasss
Pays: Morocco  

azul ayimzighan  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant sfbxtp3s ici :  
 
 

 
Maroc : Le peuple Amazigh soutient le peuple Catalan et appelle à l’éradication du Jihadisme islamiste
La Fédération Nationale des Associations Amazighes au Maroc « FNAA », a publié un communiqué dont lequel elle a exprimé le soutien total du peuple Amazigh au peuple Catalan dans ces moment de deuil. Elle a rappelé que si les civils européens sont visiblement les victimes cibles de ce courant, il ne faut pas perdre de vue la double victime qui sont les Amazighs d’Afrique du Nord, immigrés en Europe, et pris en otage dans ce conflit qui oppose l’orient et l’occident. Selon FNAA les Amazighs sont la seule chair à canon que les concepteurs de ces écoles de formation des terroristes diplômés (EFDT), sacrifient toujours .... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-20

 

 
Maroc/Wawizght : Le Maroc profond marche pour le 1er mort en grève de faim pour la TERRE
Choqués par la mort tragique de Mr Khellada Lghazi, suite à une greve de faim en prison, les habitants de Wawizght, un petit village niché dans les montagnes du haut Atlas Marocain, ont organisé une marche de protestation à son honneur.... Lire la suite - - Auteur: َAmazighWorld - Date : 2017-08-12

 

 
Le 1er mort de la protestation du RIF après 8 mois de manifestations pacifiques
C’est le premier décès de la protestation du RIF lors de la manifestation du 20 juillet 2017 à Huceima interdite par les autorités ce qui a déclenché des affrontements entre police et activistes du Hirak à Hoceima. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-08

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.