Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

EXAMEN DU RAPPORT PÉRIODIQUE DE LA TUNISIE :Le négationnisme du gouvernement tunisien envers les Amazighs

Soixante-quatorziè me session, Genève, 16 février – 6 mars 2009

EXAMEN DU RAPPORT PÉRIODIQUE DE LA TUNISIE
Le négationnisme du gouvernement tunisien envers les Amazighs
  

Le Comité des Nations Unies pour l'élimination de la discrimination raciale a examiné le 17 février 2009 à Genève, le rapport présenté par le gouvernement tunisien.

Se basant sur les rapports alternatifs du CMA et d'autres ONG, le Comité a réservé pour le problème amazigh, pas moins de 8 questions sur la vingtaine de questions posées aux représentants du gouvernement tunisien. Ces derniers ont été très surpris par le nombre et la pertinence des questions mais aussi très gênés d'y répondre. La plupart du temps, ils ont tenté d'esquiver, d'occulter, de noyer ou carrément d'ignorer certaines questions. 

Globalement, la délégation de l'Etat tunisien s'est empêtrée dans ses propres contradictions et n'a apporté aucune réponse satisfaisante. Pire, elle a fait preuve de mauvaise foi, de falsification de la réalité et même de négationnisme envers les Amazighs en déclarant qu'il « n'y a pas de question berbère en Tunisie » (…) et que « la Tunisie est un pays homogène sur le plan linguistique, religieux et culturel ». Le Comité onusien ne manquera certainement pas de relever dans ses conclusions, la gravité de cette déclaration qui prouve l'attitude méprisante du pouvoir tunisien à l'égard des Amazighs. 

Voici précisément les questions du Comité de l'ONU ainsi que les réponses des représentants du gouvernement tunisien. On observera que les questions sont beaucoup plus intéressantes que les réponses :

Question : Dans ses observations finales précédentes (2003), le Comité a recommandé à l'Etat partie de fournir des données statistiques complètes et détaillées sur la composition démographique de la société. Ces renseignements doivent mentionner, en tant qu'indicateurs des différences ethniques, quelles sont les langues maternelles utilisées en Tunisie.

Réponse: A cette première question, le gouvernement tunisien répondra de manière biaisée en présentant plusieurs statistiques générales sur la composition de la population par âge, sexe, niveau d'études, etc. Alors que la question portait sur les langues maternelles, le rapport tunisien mentionne que 96,5% des tunisiens utilisent l'Arabe, le Français et l'Anglais et 3,5% d'autres langues, sans préciser lesquelles ? La langue amazighe, langue maternelle de centaines de milliers de tunisiens, est passée totalement sous silence ainsi que le nombre d'Amazighs et d'amazighophones. Les représentants du gouvernement tunisien reconnaissent tout de même que les amazighophones représenteraient 1% de la population totale évaluée à 10 millions d'habitants. En se basant notamment sur les statistiques régionales, le CMA estime les populations amazighophones à un minimum de 1 million de personnes, soit 10% des Tunisiens. Dans sa logique réductrice, le rapport du gouvernement occulte ou minimise le fait amazigh dans ce pays. 

Question : Le Pacte National Tunisien adopté en 1988 définit l'identité du peuple tunisien comme une identité "arabo-islamique" . Cette définition ne risque-t-elle pas de nuire aux déterminants identitaires des Berbères non arabes de Tunisie?

Réponse : « L'identité arabo-islamique doit être appréciée à l'aune de la géographie et de l'histoire. Géographiquement, la Tunisie relève du continent africain. C'est d'autant vrai que le toponyme Afrique se rattache à l'Africa ou Ifriqia, qui désigne à l'origine un territoire dans les environs de Carthage. Rattachant la Tunisie à l'Afrique, ce lien revêt une dimension ethno-culturelle. Quant à l'arabité proprement dite, elle a toujours été inclusive, notamment en Tunisie. Elle reconnaît les prédécesseurs et les successeurs étant une terre largement ouverte sur la Méditerranée, espace d'osmose par excellence. Par ailleurs, la Constitution Tunisienne stipule que la Tunisie est une République dont la langue est l'arabe et dont la religion est l'Islam. Ce sont là deux réalités qui sont loin d'exclure le patrimoine antérieur à l'arabité et à l'Islam. Le passé est dans le présent et il sera dans le futur. Pour s'en convaincre, il suffit de voir l'importance que la Tunisie accorde aux multiples facettes de son passé et ce, de l'âge de la pierre à Kairouan en passant par les Carthaginois, les Romains sans méconnaître ni la religion de Christ, dont nos ancêtres avaient été parmi les fondateurs, ni la religion de Moïse dont la Ghriba, synagogue de Djerba, constitue, de nos jours, un éloquent témoignage. L'identité arabo-islamique, en tant que telle, intègre donc le passé libyco-berbère, punique et romain sans la moindre attitude réductrice à l'égard des religions qui se sont succédées et sans exclusion aucune. Elle reste constamment ouverte pour s'enrichir ».

Il est clair que l'arabo-islamisme de la Tunisie, tend à détruire l'identité amazighe. Celle-ci ne bénéficie d'aucune considération dans les textes officiels. Dans la pratique, elle subit l'exclusion et les interdits. Pour le gouvernement tunisien, l'amazighité ne doit plus exister comme réalité vécue mais seulement en tant que patrimoine, c'est-à-dire quelque chose de figé dans l'histoire et les musées. C'est un véritable génocide culturel.

Question : Dans son rapport, l'Etat partie indique que "les Berbères de Tunisie sont particulièrement bien intégrés dans la société tunisienne, et qu'ils n'ont pas de revendications" . Le résumé des parties prenantes à l'Examen périodique universel (A/HRC/WG.6/ 1/TUN/3, paras. 7-9) met néanmoins en évidence un certain nombre de préoccupations exprimées par des organisations oeuvrant pour la reconnaissance des droits des Amazighs (berbères). Veuillez commenter ces allégations.

Réponse : « Il convient tout d'abord d'apporter un léger ajustement de langage. En Tunisie, tout au long de l'histoire, les populations qui ont vécu sur son territoire partagent une culture, c'est-à-dire des parlers semblables mais non identiques : ce sont des structures linguistiques qui relèvent d'un fond commun. Ces tribus, aux ethnonymes multiples, se perçoivent comme des branches plus ou moins importantes d'un même arbre solidement enraciné dans le sol. Leurs réalités ethniques et culturelles n'ont pas échappé aux alluvions de l'histoire et à ses vicissitudes. La grande majorité des populations furent, tour à tour, punicisées, romanisées, et arabisées sans disparaître. Des îlots purent cependant échapper à ces phénomènes d'acculturation. Il s'agit en l'occurrence de ceux qui, tout en étant solidement attachés à l'Islam, utilisent des parlers dits berbères ou amazighs, dont le vocabulaire est d'ailleurs saturé de mots et d'expressions d'origine arabe, voire coranique. En conséquence, il serait plus adéquat de dire qu'en Tunisie, il y a des arabophones et des berbérophones, quand bien même les berbérophones soient en nombre très largement limité. Mais ethniquement tous les Tunisiens partagent la même souche qui s'avère elle-même multiple. Nous sommes, donc, en présence d'une unité plurielle. Mais si la complexité de la couche profonde de la pâte tunisienne échappe à l'analyse, la diversité linguistique relève de l'histoire et du vécu. Il est donc faux et dangereux de parler d'une race arabe et d'une race berbère en Tunisie.

D'ailleurs selon une étude souvent citée par le Congrès Mondial Amazigh (Ahmed Boukous, Le Berbère en Tunisie, (La Revue Etudes et documents berbères n°4, 1988), les berbérisants n'ont eu qu'un intérêt limité pour l'étude du berbère en Tunisie ; la raison principale semble en être le statut marginal de cette langue dont les locuteurs ne dépassent pas 1% de la population tunisienne. L'auteur d'une autre étude sur «La question amazighe en Tunisie » (revue Awal, n° 19) aboutit à la conclusion suivante : «Quant au couple Arabes/Berbères, je pense qu'il est préférable de parler plutôt d'arabophones et de berbérophones. Car nous sommes à la fois des berbères arabisés et des arabes berbérisés. Il y a eu tant de mélanges qu'il est impossible de parler d'ethnies spécifiquement arabes ou berbères». Cela dit, la Tunisie reste attentive à tout ce qui garantirait l'intégrité de son héritage, quelles qu'en soient les origines ethniques et culturelles. Pour s'en convaincre, il suffit d'interroger l'Institut National du Patrimoine où il y a des chercheurs dont la mission consiste à reconnaître, mettre à jour, étudier et présenter toutes les moindres parcelles du Patrimoine de toutes les langues et de toutes les confessions. Pour la formation et les ressources humaines, l'Institut supérieur des sciences humaines, relevant de l'université Tunis El-manar, se prévaut de sections consacrées à l'enseignement des langues et des civilisation pré-islamiques, notamment l'hébreu biblique, le latin, le grec, le punique et même les langues sémitiques à écriture cunéiforme. D'autres institutions académiques de Tunisie dispensent une formation pour l'hébreu ancien et moderne, notamment l'Institut Bourguiba pour les langues vivantes et la faculté de théologie prés l'Université de la Zitouna pour l'hébreu ancien. D'ailleurs, en vue de consolider la diversité culturelle, favoriser les rapports harmonieux au sein de la société et promouvoir la connaissance et la reconnaissance de l'autre dans le respect de ses différences ethniques, culturelles et religieuses, une Chaire universitaire pour le Dialogue des Civilisations et des Religions a été créée le 7 novembre 2001 ».

Il est certain qu'en Tunisie comme ailleurs dans les Etats de Tamazgha, un Amazigh peut être « bien intégré » et même accéder à de hauts postes de responsabilité , mais à condition de taire son identité. Autrement dit, le degré d'intégration est proportionnel au degré d'assimilation des Amazighs à l'arabité. Et la question fondamentale à laquelle les représentants de l'Etat tunisien ne répondent pas, c'est pourquoi cette « unité plurielle » dont ils se targuent, ne reconnaît-elle pas la composante humaine, culturelle et linguistique des Amazighs ?

Question : Le paragraphe 266 du rapport indique que le Fonds de solidarité nationale procédait d'une "volonté politique de promouvoir les zones les moins favorisées et d'améliorer les conditions de vie de leurs populations" et constitue "un véritable outil de réduction des inégalités et de lutte contre la discrimination" . Veuillez indiquer quels ont été les "critères objectifs" utilisés pour sélectionner les localités démunies bénéficiaires de ce fonds. Les populations berbérophones occupant souvent des régions économiquement très pauvres bénéficient-elles de ce Fonds?

Réponse : « Le Fonds de Solidarité Nationale (FSN) procédait effectivement d'une volonté politique de promouvoir les zones les moins favorisées (zones d'ombre) et d'améliorer les conditions de vie de leurs populations. Il constitue à ce titre un véritable outil de réduction des inégalités et de lutte contre l'exclusion sociale. Les critères utilisés pour sélectionner les zones d'intervention du FSN sont multiples. L'approche multicritères retenue a permis de cibler toutes les zones qui remplissent les conditions suivantes :

• L'isolement ou l'enclavement de la zone (absence ou insuffisance des moyens de transport et de communication avec les autres localités du pays) ;

• L'absence ou l'insuffisance des équipements sociaux de base (eau potable, électricité, écoles, centres de soins, routes, logements décents) ;

• L'absence ou l'insuffisance de programmes de développement dans la région ;

• La concentration d'un minimum de trente familles dans la zone ;

• La pauvreté des habitants, la faiblesse des ressources naturelles et la rareté des activités économiques.

Le FSN intervient d'une façon globale dans les zones d'intervention sans distinction ethnique ou de genre.

Là aussi, le verbiage l'emporte largement sur les réponses précises. Rien n'est dit sur le programme concret de rattrapage économique des régions à dominante amazighophone, ni sur la manière d'assurer le développement économique et social tout en préservant la culture amazighe locale. Mais visiblement, ce n'est pas le souci des autorités tunisiennes, au contraire !

Question : Veuillez commenter les allégations selon lesquelles "Les Amazighs n'ont pas le droit de créer des associations à caractère social ou culturel" (A/HRC/WG.6/ 1/TUN/3, para. 8).

Réponse : « Comme il a été clairement démontré, l'article 8 de la Constitution garantit à tous les citoyens tunisiens, sans distinction aucune, le droit à la liberté d'association. De même la loi no 59-154 du 7 novembre 1959 relative aux associations (amendée et complétée par les lois organiques no 88-90 du 2 août 1988 et no 92-25 du 2 avril 1992) consacre ce principe constitutionnel. L'amendement du 2 avril 1992 de la loi relative aux associations, a renforcé la consécration du principe de non-discrimination en matière d'adhésion à toute association à caractère public en reconnaissant aux personnes remplissant les conditions d'adhésion à une association à caractère public et d'intérêt général et ayant été empêchées d'y adhérer le droit d'intenter une action en justice devant le Tribunal de première instance pour revendiquer leur droit. Par ailleurs, la législation tunisienne garantit à toutes les organisations telles que les associations, les syndicats et autres entités juridiques qui, selon les cas, ont un intérêt légitime, le droit d'intenter des actions civiles, intervenir sur le plan administratif ou déposer des plaintes pénales pour lutter contre le racisme et la discrimination raciale.

En conclusion, les allégations selon lesquelles les " Amazighs" n'ont pas le droit de créer des associations n'ont aucun fondement légal et réel.

Bien au contraire, étant considérées partenaires privilégiées de l'Etat pour le développement humain durable, la création d'association à caractère social et culturel a été encouragée et les dispositions en vigueur ont permis à la liberté d'association de connaître un essor considérable faisant progresser le nombre des associations en Tunisie de près de 2000 association en 1988 à plus de 10.000 en 2008. Ces associations agissent dans les différents domaines d'activité permettant le plein exercice de tous les droits de l'Homme à tous, toujours dans le cadre de la loi et sans discrimination aucune ».

La réalité est que les Amazighs de Tunisie n'ont même pas le droit de déclarer publiquement leur amazighité. Cela est considéré comme subversif ! Dans ces conditions, on voit mal comment ils pourraient se réunir et encore moins fonder des associations. 

Question : Le Comité souhaiterait recevoir des informations sur le nombre de prénoms berbères qui ont été enregistrés en Tunisie durant la période couverte par le présent rapport.

Réponse : « Les services de l'état civil au sein du Ministère de l'intérieur et du développement local ne disposent pas d'informations permettant de savoir le nombre de prénoms berbères qui ont été enregistrés dans notre pays durant la période couverte par le présent rapport. Cette absence d'information n'est pas une faille ou un manquement. Elle n'a d'autre explication que le fait que la notion de distinction entre prénoms berbères et prénoms non berbères n'existe pas, pour ne pas dire qu'elle n'a aucune signification. D'ailleurs il serait très difficile, de nos jours, de différencier les noms selon leur origine exacte et de savoir avec précision si tel ou tel prénom est berbère ou non. En effet, la lecture historique de ce sujet nous apprend que le prénom tunisien, et par extension maghrébin, a un fond traditionnel et une histoire très ancienne. Ce fond traditionnel est à la fois berbère, noir africain, arabe, musulman, turque, persan, mais aussi hébraïque et chrétien. Cet héritage a été souvent enrichi de l'apport de l'influence étrangère, notamment turque mais aussi andalouse.

L'onomastique, science des noms propres et des noms de personnes, montre, d'ailleurs, clairement, que les prénoms attestent et soulignent les infiltrations historiques et politiques, la fusion des sangs et le contact des civilisations. Les prénoms tunisiens illustrent donc d'une manière parfaite ce carrefour dynamique de races et de peuples qui a marqué notre pays. Aussi, le sens de certains noms et prénoms peut-il varier selon les régions et les différentes populations issues d'anciennes tribus diverses (ce dernier point est sans doute celui qui rend le plus difficile la détermination du sens de certains noms) ».

Le phénomène d'acculturation tend à éradiquer l'usage de prénoms amazighs. De plus, l'omniprésence policière et l'absence d'une justice indépendante, ont instauré un régime terrorisant qui dépossède le citoyen amazigh de toute velléité de contestation, notamment sur ce problème qui lui paraît de moindre importance. 

Question : Veuillez fournir des informations sur les mesures en vigueur visant à favoriser l'enseignement et la préservation de la langue berbère et indiquer si l'Etat prévoit de reconnaître un statut juridique spécial à la langue berbère.

Réponse : « Il n'y a pas de « question berbère » en Tunisie. Le berbère est une langue. La Tunisie est un pays homogène sur le plan linguistique, religieux et culturel ; la population y est majoritairement arabophone. Les civilisations qui se sont succédées en Tunisie ont créé les conditions d'un brassage culturel des plus enrichissants. Cette diversité n'a jamais donné lieu à une quelconque adversité. En Tunisie, les Berbères constituent une frange extrêmement réduite de l'ensemble de la population, ne dépassant guère 1%. Ils s'intègrent parfaitement et ne souffrent d'aucune forme de discrimination. C'est pourquoi exclusivement orale et ne donne pas lieu à un enseignement systématique et structuré ».

Là au moins, la réponse du gouvernement est claire : il n'y a pas de place pour l'enseignement de Tamazight en Tunisie ! A chacun d'assumer ses responsabilité s ! On notera que le gouvernement estime les locuteurs Amazighs à 1% de la population totale, soit 100.000 individus. En vertu de quoi cette population autochtone n'aurait-elle pas droit à sa langue ? 

Question : Le rapport indique, au paragraphe 463, que la Tunisie "dispose d'un référentiel identitaire profond et homogène" et que la "préservation et la consolidation de ce référentiel constituent un axe stratégique prioritaire dans sa politique culturelle". Veuillez préciser s'il existe des institutions et programmes ayant pour but la préservation et la promotion du patrimoine culturel berbère en Tunisie.

Réponse : « Le Code tunisien du patrimoine archéologique, historique et des arts traditionnels, promulgué par la loi n° 94-35 du 24 février 1994 définit, dans son article premier, le patrimoine comme suit : « est considéré patrimoine archéologique ou traditionnel tout vestige légué par les civilisations ou les générations antérieures, découvert ou recherché, en terre ou en mer qu'ils soient meubles, immeubles, documents ou manuscrits en rapport avec les arts, les sciences les croyances, les traditions, la vie quotidienne, les événements publics ou autres datant des époques préhistoriques ou historiques et dont la valeur nationale ou universelle est prouvée ».

Cette définition consacre une conception large du patrimoine qui englobe toutes les époques et les civilisations faisant partie de l'histoire du pays. En effet, toutes les structures publiques chargées de la mise en oeuvre de la politique nationale de protection et de mise en valeur du patrimoine s'occupent du patrimoine national dans toutes ses dimensions et aspects.

L'Institut National du Patrimoine, qui relève du Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, est chargé notamment :

- De préserver, sauvegarder et restaurer les sites archéologiques, les monuments historiques et les tissus urbains traditionnels ;

- D'organiser et d'entreprendre la recherche, la fouille, l'inventaire et la prospection dans le domaine du patrimoine archéologique, historique et civilisationnel à travers les différentes périodes ;

- D'entreprendre tous les travaux de recherche, de sauvegarde, de protection, de restauration et d'exposition des documents ayant une valeur civilisationnelle, scientifique ou artistique.

L'action de l'Institut National du Patrimoine couvre toutes les époques préhistoriques et historiques jusqu'à nos jours, et toutes les civilisations qui se sont succédées sur le pays : préhistorique, berbère, punique, romaine, chrétienne, byzantine et arabo-musulmane. En effet, le patrimoine archéologique berbère a bénéficié des interventions de l'institut en matière de sauvegarde et de valorisation au même titre que les autres composantes de notre patrimoine national. L'attention particulière accordée aux Ksours et villages berbères dans tout le pays témoigne de cette sollicitude. En outre, le patrimoine berbère a fait l'objet de plusieurs grandes expositions : « Les ancêtres des berbères » organisée en Tunisie en 1995 et l'exposition « la céramique traditionnelle de Sejnène » organisée en Allemagne en mars 2005. Quant aux musées tunisiens, ils présentent de précieuses collections de notre patrimoine berbère. On cite à cet égard le Musée National de Bardo, le Musée de Chemtou, le Musée de Djerba, le Musée de Gabès, le Musée de Zarzis etc... A tout cela, s'ajoutent les nombreuses recherches et publications scientifiques et/ou de vulgarisation portant sur les divers aspects du patrimoine berbère en Tunisie ».

Dans cette réponse on comprend aussi que l'objectif de la politique tunisienne : réduire la culture amazighe à des vestiges et au folklore très attractifs pour le tourisme, première source de recettes extérieures de l'Etat.
 

Compte rendu réalisé par le CMA

Genève, 6/02/2959 - 18/02/2009


Auteur: CMA
Date : 2009-03-08


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de CMA
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10412 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: Axel Le : 2011-01-25
Titre: d?ni identitaire amazigh en Tunisie !
Pays: Algeria  

Il est aberrant pour les tunisiens,qui viennent de chasser cet illustre dictateur,de continuer ? spolier davantage,les berberophones,qui restent encore non arabis?s .Aucune d?mocratie,ne peut voir le jour s?rieusement,si d\'un autre cot?,l\'intol?rance arabo-islamique continue ? s?vir .Il faut savoir que les B?ni Hillals sont la principale tribu install?e,en Tunisie,et qu\'elle est estim?e,? a peine 25% de la population actuelle .Quand ? l\'arabisation des berb?res,elle est ?videment faite au nom de la religion,d?cid?ment le dieu arabe est monolingue .  
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: guessmi mohamed Le : 2011-03-23
Titre: normalisation de l\'ecriture berb?re
Pays: Tunisia  

les berb?res tn n\'ont jamais oublier leur civilisation. la plupart des tunisisen est musumane. avec tt le respect des autres religions, on est fier. mais on a pratikement perdu les bases de notres culture (langue, ecriture...)
1ere raison: l\'absence d\'une ONG puissante et multinationale qui unit les amazighue (telke font les francais, les arabes...)
je suis 1 tunisien (de gafsa) et j\'esp?re trouver des autres interress? par cr?er une telle organisation sur terrain.
2?me raison: l\'absence d\'une normalisation de l\'ecriture berb?re. un ?crivain marocain ne peut pas ?tre compris par un berb?re alg?rien parceque chacun utilise des lettres propres ? son pays (tifinneg, lettres francaises...)!
merci de commencer par choisir des normes pour notre langues.
ke Allah vous prosp?re
newguessmi@hotmail.com
 
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: slimane bouhafs Le : 2013-07-12
Titre:
Pays: Algeria  

يوم/ 10/07/2013

الموضوع/ لو كانت أمم متحدة حقا, و فتحوا التحقيق على

عبد العزيز بوتفليقة لوجدوه أكبر إرهابا من تنظيم القاعدة.



- أنه على أمر العصور و على أمر حقب التاريخ يعتبر العدو الخطير و العدو المحنك هو الذي يعمل في سرية تامة دون أن يخرج للواجهة , و هذا ما أتبعه عبد العزيز بوتفليقة , أذن فهو أخطر من تنظيم القاعدة فتنظيم القاعدة هو منظمة دولية خرج للعالم مباشرة ولكن بوتفليقة كان أخطر بكثير أذن فهو إرهابي حقيقي ومحترف و أخطر من القاعدة.

- وأن لكل مقام مقال و الصورة المفصلة لبوتفليقة و يده اليمنى هو عبد العزيز بلخادم المساند السابق للفيس المنحل و الذي ننصح قادة جبهة التحرير الوطني بأبعاده هو و عائلته من هذا الحزب , لأنه سيكون في القريب العاجل في قائمة المنظمة الدولية للإرهاب ومعه بوتفليقة و جماعته , لان ماقام به بو تفليقة في الشعب الجزائري عامة ومنطقة القبائل خاصة سيخول للقانون الدولي أن يصنفه إرهابيا من الصنف الخطير .



- اليوم في بجاية أمر الوالي أطراف معينة تقوم بإلصاق ملصقات و صور في منطقة القبائل تدعوا إلى الصلاة و صيام رمضان , أليس هذا ترهيب كبير للناس و العقول , أليس هذا استعمار في بلادنا نحن بلاد الامازيغ , نحن كمسيحين و لائكيين أما زيغ استعمرنا من طرف العرب , أليس المسلمين يصومون رمضان في الدول الأجنبية بكل الحرية و نحن في بلادنا استعمرنا , السعيد بو تفليقة هو اكبر مجرم عربي في كل المجالات في الفساد و في تبييض الأموال و تهريب الأموال و سرقتها , لقد خرب هذا الأخير كل شئ حتى صارت المقولة المشهورة تنطبق في هذا الشعب ( أنه مات يوم ولد ) أي مات يوم زاد لا يفكر لا في العمل و لا في التطور و لكن يفكر الا في الموت.

- و في الختام , لدي كلمة إلى السيد بانكمون , أنا أسف سيدي بانكمون لكن أنت تتدخل لحماية الأخوان المسلمين أي لحماية الإرهاب , و لم تتدخل يوما لحماية منطقة القبائل , هل أنت مع الأمم المتحدة أم مع الإرهاب , يجب أن تتدخلوا لأبعاد الدين عن الدولة , أنا أسف سيدي لكن هذا شئ يؤلمنا , لم نفهم هل الأمم المتحدة تسير بالإنسانية أو الإرهابية. و كتبه سليمان بوحفص 0550931210
 
 
 

 
Commentaire N° : 4
Par: slimane bouhafs Le : 2013-10-31
Titre:
Pays: Algeria  

الاسم و اللقب / بوحفص سليمان يوم/ 30/10/2013

مسيحي الديانة , جوال 550129310



إلى السيد / الوزير الأول عبد المالك سلا ل .



الموضوع/ طلب التدخل العاجل سيدي الوزير الاول.



سيدي الوزير الأول , ما تزال الديانة المسيحية في الجزائر تعاني من بعض العراقيل لا من طرف الدولة و لكن من طرف بعض الأشخاص و هذه المرة من طرف والي ولاية بجاية الذي منعنا من أقامة معرض للكتاب بمنطقة ا وقاس و الذي يتضمن الكتاب المقدس و كتب علمية أخرى متنوعة مع العلم انه ليس للمرة الأولى التي يضايقنا فيها حيث قام بغلق الكنائس عدة مرات , وكانت حجته هذا الأخير أنه يقول أني تلقيت أوامر من الوزير الأول وعلى حد تعبيره أنه لا يمكن منحنا ترخيص ألا بموافقتكم الأولية كون الموضوع تحت أشرافكم , لذلك نطلب من سيادتكم أن تشرفونا بالمقابلة الشخصية لكم قصد النظر في هذا الموضوع و في مواضيع أخرى مازالت تشغل الطبقة المسيحية في الجزائر ممثلين في القس مصطفى كريم رئيس الجمعية الوطنية للكنيسة البروتيستانية و الذي بدوره يشرح لكم انشغالاتنا و التي مازال بعضها مجرد حبر على ورق , ونحن متفائلين بكم كوننا تتبعنا زياراتكم و خطاباتكم و لمسنا فيكم واسع النظر و سعة الصدر و التفتح و العقلانية في معالجة المواضيع الحساسة و بعيدا عن الحسابات الضيقة .



في انتظار ردكم المحترم تقبلوا مني فائق

الاحترام و التقدير.


 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 036stucj ici :  
 
 

 
En Tunisie aussi, les Amazighs se révoltent contre le mépris économique et identitaire
« Nous ne sommes pas des arabes. Nous sommes des Amazighs et on parle toujours cette langue dans toute la région. On nous appelle ces gens qui parlent une langue spéciale, dans les grandes villes de sud de la Tunisie, mais cette langue spéciale c’est Tamazight, ... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-05-24

 

 
Un DJ anglais mixe l'appel à la prière: une boîte de nuit fermée en Tunisie
Une nouvelle fois l'islam fait preuve de ce qui le caractérise le plus c'est à dire l'intolérance et la haine, il balance ses interdits et ses diktats hérités des temps éculés. Ce week-end, entre le vendredi 31 mars et le samedi 1er avril, un DJ britannique introduit dans son mix un appel à la prière alors qu'il se produit dans la boîte de nuit Elguitoune en Tunisie.... Lire la suite - - Auteur: Id Bawziki - Date : 2017-04-10

 

 
L’empire arabe se fissure !
L’état tunisien vient d’expulser de son poste le ministre des affaires religieuses Mr Abdeljalil Ben Salem ! Le motif de cette sanction, car il s’agit bien d’une sanction, sont la gêne et l’embarras dans lesquels les déclarations du ministre demi ont plongé l’équipe au pouvoir ! Il a, en effet,   accusé ouvertement et courageusement l’idéologie Wahhabite, d’être derrière le terrorisme, le Takfir et la radicalisation ambiants,  à l‘échelle planétaire !... Lire la suite - - Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2016-11-14

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.