Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

L'ONU demande à la Tunisie de reconnaître et de respecter les droits des Amazighs de ce pays

Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale

COMITE DES NATIONS UNIES

POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

Soixante-quatorzième session - Genève, 16 février - 6 mars 2009

 

Observations finales du Comité concernant la TUNISIE

 

L'ONU demande à la Tunisie de reconnaître et de respecter les droits des Amazighs de ce pays

Après avoir examiné le rapport périodique présenté par le gouvernement tunisien et pris en compte les rapports alternatifs présentés par les ONG, dont celui du Congrès Mondial Amazigh, le Comité a adopté les observations finales suivantes (extraits).

Concernant les composantes humaines de la Tunisie, le Comité relève d'emblée les contradictions contenues dans le rapport officiel du gouvernement tunisien en observant « l'écart existant entre l'appréciation de l'État partie selon laquelle la société tunisienne serait homogène et des informations fournies par l'Etat lui-même au sujet de l'existence de populations différentes, telles que les populations berbérophones et d'Afrique subsaharienne vivant dans le pays ». En conséquence, et eu égard à l'absence de données statistiques précises sur la composition ethnique de la société tunisienne, « le Comité recommande à l'État partie de fournir dans ses rapports ultérieurs des estimations concernant la composition ethnique de sa population comme il est recommandé aux paragraphes 10 et 12 des directives pour l'établissement du document se rapportant spécifiquement à la Convention (CERD/C/2007/1), et il appelle l'attention de l'État partie sur sa recommandation générale 8 (1990) concernant l'auto‑identification des membres des groupes raciaux et ethniques ».

Loin d'être convaincu par les assertions du gouvernement tunisien selon lesquelles « la population amazighe de Tunisie, qui ne constituerait pas plus de 1% de la population totale, serait parfaitement intégrée dans l'unité plurielle tunisienne et ne souffrirait d'aucune forme de discrimination », Le Comité appelle l'Etat « à prendre en considération la façon dont les Amazighs eux-mêmes se perçoivent et se définissent. Le Comité invite instamment l'Etat partie à reconsidérer la situation des Amazighs à la lumière des accords internationaux relatifs aux droits de l'homme, en vue de garantir aux membres de cette communauté l'exercice des droits qu'ils revendiquent, notamment le droit à leur propre culture et à l'usage de leur langue maternelle, à la préservation et au développement de leur identité ».

Malgré les faits qui le contredisent de manière flagrante, le gouvernement tunisien continue d'affirmer sans preuves que la discrimination raciale n'existe pas en Tunisie. En réponse, le Comité « recommande à l'État partie d'entreprendre des études en vue d'apprécier et d'évaluer concrètement l'existence de la discrimination raciale exercée de facto par des personnes, des groupes ou des organisations ».

Le Comité regrette également que les informations fournies sur la mise en œuvre de l'article 5 de la Convention relatif à l'obligation des Etats parties de garantir la jouissance des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels et des libertés fondamentales sans discrimination raciale, soient incomplètes. En conséquence, « l e Comité recommande à l'État partie de traiter de façon plus précise la question de la non‑discrimination dans les informations concernant la jouissance des droits énoncés à l'article 5 de la Convention et de fournir des informations concrètes sur l'exercice de ces droits par les migrants d'Afrique subsaharienne et les Amazighs relevant de sa juridiction ».

De même, le Comité a exprimé ses vives préoccupations concernant les pratiques administratives interdisant l'inscription au registre de l'état civil des prénoms amazighs. Il a donc recommandé à l'Etat tunisien « de prendre toutes les mesures appropriées pour assurer l'abandon effectif de cette pratique sur l'ensemble de son territoire ».

Le Comité s'est aussi inquiété du fait que les Amazighs n'ont pas le droit de créer des associations à caractère social ou culturel . Le Comité a réagit en demandant à l'Etat de « prendre en considération les recommandations formulées par le Comité des droits de l'homme dans ses observations finales concernant la Tunisie (2008) visant à ce qu'elle veille à l'enregistrement des associations et à ce qu'un recours efficace et dans les plus brefs délais contre tout refus d'enregistrement soit garanti à toutes les associations concernées ».

Concernant l'exclusion de l'identité amazighe et les interdits qui frappent sa libre expression en Tunisie, le Comité onusien « souligne que l'État partie est tenu, aux termes de l'article 5 de la Convention, de respecter les droits des Amazighs de jouir de leur propre culture et de parler leur propre langue en privé et en public, librement et sans discrimination. Le Comité recommande à la Tunisie de considérer la possibilité d'autoriser l'usage du tamazight (langue amazighe) dans les démarches des berbérophones au sein des différentes administrations et juridictions. Il invite l'État partie à favoriser la protection et la promotion de la culture amazighe en tant que culture vivante et à prendre des mesures, en particulier dans le domaine de l'éducation, afin d'encourager la connaissance de l'histoire, de la langue et de la culture des Amazighs. Il recommande aussi à la Tunisie d'envisager la possibilité de diffuser des émissions en tamazight dans les programmes des médias publics ».

Par ailleurs, le Comité a observé que la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale n'a jamais été directement invoquée devant les tribunaux nationaux tunisiens. Le Comité a donc recommandé à l'Etat partie « d'amplifier ses efforts pour assurer une formation en droit international des droits de l'homme suffisante à l'égard des juges et des avocats afin de les sensibiliser au contenu et à l'application directe de la Convention en droit interne ». Le Comité a également demandé à l'État tunisien « de mettre à la disposition du grand public ses rapports périodiques dès leur soumission et de faire connaître de la même manière les conclusions du Comité, dans la langue officielle et dans les autres langues utilisées dans le territoire de 'Etat ».

 

Compte rendu réalisé par le CMA

Congrès Mondial Amazigh

BP 124 - 108, rue Damremont

75018 Paris

 

email : congres.mondial.amazigh@wanadoo.fr

Pour plus d'informations, se référer à :

www.congres-mondial-amazigh.org

www.ohchr.org

 

 


Auteur: CMA
Date : 2009-03-16


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de CMA
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10409 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: aghilas-kosseila Le : 2011-01-23
Titre: le premier martyre bouaazizi est un amazigh galement la grande confederation ait- fren de meknassa sidi-bouzid et les autres...
Pays: Algeria  

azul fellawen,
le premier martyrs de la revolution d\'el-yasmine bouazizi est bel et bien amazigh. egalemnt toute la confderation de sidi- bouzid,meknassa qu\'on appelle la grande confderation n\'ait-fren.... et beaucoup d\'autres... c\'est a nous de ls faire connaitre....de les aider,de leurs accorder un minimum d\'attention...esperant avec cette democratie arrachee avec le sang.aura un impact positif sur nos amazigh, et l\'humanit? en general... tanemirth ar timlillith.
 
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: slimane bouhafs Le : 2013-07-12
Titre:
Pays: Algeria  

يوم/ 10/07/2013

الموضوع/ لو كانت أمم متحدة حقا, و فتحوا التحقيق على

عبد العزيز بوتفليقة لوجدوه أكبر إرهابا من تنظيم القاعدة.



- أنه على أمر العصور و على أمر حقب التاريخ يعتبر العدو الخطير و العدو المحنك هو الذي يعمل في سرية تامة دون أن يخرج للواجهة , و هذا ما أتبعه عبد العزيز بوتفليقة , أذن فهو أخطر من تنظيم القاعدة فتنظيم القاعدة هو منظمة دولية خرج للعالم مباشرة ولكن بوتفليقة كان أخطر بكثير أذن فهو إرهابي حقيقي ومحترف و أخطر من القاعدة.

- وأن لكل مقام مقال و الصورة المفصلة لبوتفليقة و يده اليمنى هو عبد العزيز بلخادم المساند السابق للفيس المنحل و الذي ننصح قادة جبهة التحرير الوطني بأبعاده هو و عائلته من هذا الحزب , لأنه سيكون في القريب العاجل في قائمة المنظمة الدولية للإرهاب ومعه بوتفليقة و جماعته , لان ماقام به بو تفليقة في الشعب الجزائري عامة ومنطقة القبائل خاصة سيخول للقانون الدولي أن يصنفه إرهابيا من الصنف الخطير .



- اليوم في بجاية أمر الوالي أطراف معينة تقوم بإلصاق ملصقات و صور في منطقة القبائل تدعوا إلى الصلاة و صيام رمضان , أليس هذا ترهيب كبير للناس و العقول , أليس هذا استعمار في بلادنا نحن بلاد الامازيغ , نحن كمسيحين و لائكيين أما زيغ استعمرنا من طرف العرب , أليس المسلمين يصومون رمضان في الدول الأجنبية بكل الحرية و نحن في بلادنا استعمرنا , السعيد بو تفليقة هو اكبر مجرم عربي في كل المجالات في الفساد و في تبييض الأموال و تهريب الأموال و سرقتها , لقد خرب هذا الأخير كل شئ حتى صارت المقولة المشهورة تنطبق في هذا الشعب ( أنه مات يوم ولد ) أي مات يوم زاد لا يفكر لا في العمل و لا في التطور و لكن يفكر الا في الموت.

- و في الختام , لدي كلمة إلى السيد بانكمون , أنا أسف سيدي بانكمون لكن أنت تتدخل لحماية الأخوان المسلمين أي لحماية الإرهاب , و لم تتدخل يوما لحماية منطقة القبائل , هل أنت مع الأمم المتحدة أم مع الإرهاب , يجب أن تتدخلوا لأبعاد الدين عن الدولة , أنا أسف سيدي لكن هذا شئ يؤلمنا , لم نفهم هل الأمم المتحدة تسير بالإنسانية أو الإرهابية. و كتبه سليمان بوحفص 0550931210
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant ve8chif8 ici :  
 
 

 
En Tunisie aussi, les Amazighs se révoltent contre le mépris économique et identitaire
« Nous ne sommes pas des arabes. Nous sommes des Amazighs et on parle toujours cette langue dans toute la région. On nous appelle ces gens qui parlent une langue spéciale, dans les grandes villes de sud de la Tunisie, mais cette langue spéciale c’est Tamazight, ... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-05-24

 

 
Un DJ anglais mixe l'appel à la prière: une boîte de nuit fermée en Tunisie
Une nouvelle fois l'islam fait preuve de ce qui le caractérise le plus c'est à dire l'intolérance et la haine, il balance ses interdits et ses diktats hérités des temps éculés. Ce week-end, entre le vendredi 31 mars et le samedi 1er avril, un DJ britannique introduit dans son mix un appel à la prière alors qu'il se produit dans la boîte de nuit Elguitoune en Tunisie.... Lire la suite - - Auteur: Id Bawziki - Date : 2017-04-10

 

 
L’empire arabe se fissure !
L’état tunisien vient d’expulser de son poste le ministre des affaires religieuses Mr Abdeljalil Ben Salem ! Le motif de cette sanction, car il s’agit bien d’une sanction, sont la gêne et l’embarras dans lesquels les déclarations du ministre demi ont plongé l’équipe au pouvoir ! Il a, en effet,   accusé ouvertement et courageusement l’idéologie Wahhabite, d’être derrière le terrorisme, le Takfir et la radicalisation ambiants,  à l‘échelle planétaire !... Lire la suite - - Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2016-11-14

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.