Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

CMA : Halte aux dérives totalitaires du nouveau régime libyen

Le Haut Conseil des Amazighs de Libye

Le Congrès général national libyen (le Parlement) a décidé de créer une « Assemblée constituante » composée de 60 membres, qui sera chargée de rédiger une Constitution permanente pour le pays. Lors de l'adoption de cette décision, le Haut Conseil des Amazighs de Libye et les parlementaires Amazighs membres du Congrès général national libyen (CGN) ont formulé deux revendications : la première concerne la représentation équitable des populations autochtones jouissant de spécificités culturelles et linguistiques et la nécessité que toutes les décisions concernant ces populations bénéficient de leur accord préalable. La deuxième porte sur la reconnaissance officielle de l'identité socioculturelle et linguistique des populations amazighes et Touboues, pour laquelle il est demandé une adoption par consensus  et non par le mode du vote majoritaire. Ces conditions ont été acceptées et adoptées comme principes de travail par le CGN (ordonnance n°30–2013 concernant l'élaboration du code électoral relatif au référendum constitutionnel).

Mais surprise, le projet de loi portant sur la création et la mise en place de l'Assemblée constituante prévoit que les « minorités » linguistiques et culturelles (Amazighs et Toubous) seront représentées par 6 membres, soit 10% du total des membres et que toutes les décisions de cette instance seront prises par vote majoritaire.

Les Amazighs occupent les régions qui se trouvent à l'ouest de Tripoli jusqu'à la frontière avec la Tunisie ainsi que le sud-ouest du pays (Fezzan, territoire traditionnel des Touaregs), tandis que les Toubous vivent dans l'extrême sud-est. Ces « minorités » qui sont en réalité les peuples autochtones de Libye, représentent plus de 20% de la population totale du pays.

En conséquence, les Amazighs libyens et les Toubous, sont largement sous-représentés dans l'Assemblée constituante.

Les Amazighs libyens particulièrement, réclament depuis toujours la reconnaissance officielle de leur langue et culture. A cause de cette revendication, ils ont subi durant les 40 ans qu'a duré le régime de Kadhafi, une sévère répression qui leur a fait connaitre l'interdiction de parler leur langue, la prison, la torture, l'exil et la mort. C'est donc naturellement et spontanément qu'ils ont pris part à la révolution qui a précipité la chute de l'ancien régime et libéré le pays. Aujourd'hui, ils souhaitent tout simplement que le nouvel Etat reconnaisse leur spécificité socioculturelle avec une garantie constitutionnelle et législative. Ils souhaitent également que le nom historique de la Libye ne soit pas changé et que le drapeau libyen comporte un symbole de la pluralité culturelle du pays.

Mais après les engagements des premiers mois en faveur d'une nouvelle Libye libre, démocratique et plurielle, les débats et les décisions prises aujourd'hui par un Parlement à majorité islamo-conservatrice, ne laissent aucune place aux droits des Amazighs en tant que peuple autochtone de ce pays. Et en prévoyant que l'Assemblée constituante devra décider par vote majoritaire sur tous les sujets, le nouveau pouvoir programme de cette manière l'exclusion « légale » des questions amazighe et Touboue. Cela est à la fois contraire aux engagements pris, contraire aux principes du droit international relatif aux droits des peuples et naturellement inacceptable par les Amazighs et les Toubous.

Aussi, après avoir longuement essayé de persuader le Parlement libyen de revenir à une position qui respecte les principes d'égalité, de démocratie et de pluralité culturelle et politique, le Haut Conseil des Amazighs de Libye, instance représentative des Amazighs de ce pays, a décidé le 10 juillet dernier, de retirer les représentants Amazighs du Congrès Général National, d'appeler au boycott de l'élection de l'Assemblée constituante, de procéder à la fermeture des édifices Etatiques qui se trouvent dans les régions amazighes, des postes frontaliers terrestres, des champs gaziers et pétroliers, etc. Le Haut Conseil des Amazighs de Libye a été conforté dans sa position par le soutien que lui ont manifesté toutes les composantes, y compris les unités combattantes, de toutes les régions amazighes de Libye. Ces mesures ont commencé à être appliquées à partir du 23 juillet dernier mais sans réaction pour le moment des autorités libyennes.

Le Congrès Mondial Amazigh suit avec une grande inquiétude l'évolution de cette situation marquée par la montée de la tension politique dans le pays. Le risque de déflagration politique et sociale est palpable. La communauté internationale qui a joué un rôle décisif dans la chute de l'ancienne dictature n'a pas le droit de laisser la Libye s'acheminer vers un nouveau système totalitaire qui menacerait gravement les droits et les libertés fondamentales des personnes, des communautés et des peuples de ce pays. Le CMA appelle particulièrement l'ONU, l'UE, l'UA et les peuples épris de justice de liberté à prendre leurs responsabilités et à agir sans délai et par tous les moyens afin de protéger les peuples autochtones de Libye et pour que le nouvel Etat adopte et applique effectivement le droit international et les principes démocratiques.

Paris, 12/07/2963 - 25/07/2013

Le bureau du CMA.


Auteur: CMA
Date : 2013-07-28


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de CMA
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10451 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: laarbi ait addi Le : 2013-07-31
Titre: 0635151368
Pays: Morocco  

dima amazigh  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant pccharlh ici :  
 
 

 
Le Maroc appelle une nouvelle fois à l’autodétermination de la Kabylie
Nouvelle provocation du Maroc envers l’Algérie. Le diplomate marocain Omar Rabi, membre de la Commission permanente du royaume aux Nations Unies, a en effet appelé la communauté internationale à « faire émerger les voix de plus de huit millions de Kabyles trop longtemps maintenus dans le silence et dans l’invisibilité »... Lire la suite - - Auteur: tsa-algerie - Date : 2015-11-07

 

 
Communiqué de l’observatoire amazigh des droits et libertés sur la situation grave dans le Sud libyen
L’observatoire amazigh des droits et libertés, suit avec inquiétude les évènements tragiques qui se passent depuis quelques mois dans la région de Sebha et Oubari (sud de la Libye) où des affrontements opposent régulièrement des groupes appartenant aux communautés, touarègue et touboue. ... Lire la suite - - Auteur: OADL - Date : 2015-07-28

 

 
Libye : les Amazighs célèbrent la décision de la cour Suprême ordonnant la dissolution du parlement
Libye, Zuwara, 7 Novembre 2014, Liesse populaire en Libye dans les régions berbérophones du pays à l'annonce du verdict de la Cour Suprême de Libye jugeant illégal la formation du parlement dit "de Tobrouk" inféodé à l'agent putschiste égyptien le colonel... Lire la suite - - Auteur: ImazighenLibya - Date : 2014-11-08

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.