Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Le rapport américain sur le Maroc: Environ 60% de la population marocaine,y compris la famille royale, revendique un héritage amazigh, mais la culture, la tradition et la langue Amazigh sont perdus à cause de l'arabisation

Le rapport du département d'Etat américain sur les droits de l’homme au Maroc de l’année 2013 rendu publique le 27 Février 2014 a été très critiqué par le ministre marocain de la communication Mustapha El Khalfi. Dans la dépêche publiée par l’agence Maghreb Arabe presse (MAP : l’agence officielle du Maroc non arabe) le 28 Février 2014 -juste une journée après- le ministre de la communication rapporte : « le rapport est entaché d'un ensemble de lacunes flagrantes (…) il a amplifié certaines données au préjudice de l'image et de la réalité de l'évolution que les droits de l'Homme ont connue au Maroc ».

Nous avons traduit le plus fendillement possibles quelques paragraphes du document en question et spécialement ceux relatives aux droits de l’homme les plus élémentaires : les droits culturels et linguistiques des Amazighs sur leur propre terre, pour trois raisons :

  • Afin de rapprocher les lecteurs d’Amazighworld sur le contenu du rapport
  • C’est la première fois que ce rapport parle d’une partie de la réalité que vivent Imazighen dans leur propre pays
  • Il semble que la France anti-amazigh n’est plus l’avocat exclusif de l’Afrique du Nord en occident.

Il est a noté aussi que la presse algérienne a beaucoup parlé de ce rapport mais l’a réduit à la partie qui concerne les Sahraouis et avec leur projet de la fondation d’une nième colonie arabe en terre Amazighe. Les droits des Amazighs marocains ne concernent absolument pas le gouvernement arabe en Algérie ! Les Amazighs d’Algérie souffrent de la même problématique.  

La traduction :

Enfants :
Enregistrement des naissances :  (…) Selon les rapports de presse au cours de l'année, des représentants du ministère de l'Intérieur ont refusé d'enregistrer la naissance de certains enfants à qui leurs parents ont choisi de leur donner des noms amazighs. Par ailleurs, les enfants sans-papiers ne peuvent pas s'inscrire à l'école.

Minorités raciales / ethniques/nationales
Beaucoup de régions les plus pauvres du pays, en particulier la région du Moyen Atlas, sont à majorité amazigh et ont des taux aussi élevés que 80% d'analphabétisme. Les services de base public/gouvernementale dans ces régions montagneuses et sous-développés ne sont pas nombreuses.

Maroc
Les langues officielles sont l'arabe et l'amazigh, mais l'arabe prédomine. Le Français et l’amazigh sont disponibles dans les médias et, dans une mesure beaucoup moindre, les établissements d'enseignement. Les autorités n'ont fait aucun progrès pour adopter une loi pour mettre effectivement en œuvre l’officialisation de la langue amazigh.

Environ 60% de la population, y compris la famille royale, revendique un héritage amazigh. Les groupes culturels Amazighs, leurs traditions et leurs la langue ont été rapidement perdues a cause de l'arabisation.

Le gouvernement a offert des programmes de télévision dans les trois dialectes amazighs : Tarifit, Tachelhit et Tamazight. Le gouvernement a offert également des cours de langue amazighe dans le programme de 3.470 écoles. Un manque d'enseignants qualifiés a autrement entravé le développement de l'enseignement de la langue amazighe. L'Institut royal de la culture amazighe, financé par le palais, a créé un programme de formation des enseignants de niveau universitaire pour éliminer la pénurie d'enseignants qualifiés. L’instruction dans la langue amazighe est obligatoire pour les étudiants au ministère de l'Intérieur pour les administrateurs scolaires à Kenitra.

Prisonniers et détenus politiques
La législation ne définit ni ne reconnaît la notion de prisonnier politique. Le gouvernement ne reconnait aucun de ses prisonniers comme étant des prisonniers politiques et a déclaré que toutes les personnes en prison ont été condamnées ou ont été accusés en vertu de la loi pénale.

Le droit pénal dans le pays, cependant, couvre les actions non violentes et la dissidence, comme insulter la police dans les chansons ou «diffamation des valeurs sacrées du Maroc » en dénonçant le roi et le régime lors d'une manifestation publique.

En outre, les ONG, y compris l'Association pour les droits de l'Homme (AMDH), les organisations sahraouies et les groupes activistes amazighs, ont affirmé que le gouvernement a emprisonné des personnes pour des activités politiques ou de croyances sous couvert d'accusations criminelles. Par exemple, le 29 Mars, les autorités ont libéré le rappeur Mouad Belghouat après avoir purgé une peine de prison d'un an ferme pour avoir insulté les officiels publics dans la vidéo qui accompagne sa chanson, "les chiens de l'État". Selon les ONG, environ 40 prisonniers politiques, dont beaucoup d'entre eux membres du Mouvement 20 Février, sont restés en prison à la fin de l’année.

Le rapport integral en anglais


Auteur: Amazighwolrd
Date : 2014-03-02


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Amazighwolrd
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11124 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 9usdc0d6 ici :  
 
 

 
Maroc, à qui profite le veto contre la 1ere revendication de la révolte sociale de Février 2011 ?
Il y a 17 ans que les Amazighs du Maroc – à l’instar de leurs frères en Algérie- célèbrent chaque année, le 20 Avril, leur printemps démocratique.  Ils ont commencé une décennie avant la révolte sociale du 20 Février 2011 qui a touchée toute l’Afrique du Nord jusqu’au moyen orient. Ils étaient même le moteur principale de cette révolte, c’est d’ailleurs pourquoi sa première revendication n’était que l’une des principales revendications du mouvement Amazigh : l’officialisation de la langue Amazigh dans la constitution marocaine. ... Lire la suite - - Auteur: Moha Bouwawal - Date : 2017-04-24

 

 
L'interdiction de la marche "TAWADA" Amazighe par les Autorités d'AGADIR
En effet la marche nationale "TAWADA Amazighe" prévue de se dérouler en son temps programmé ou le dimanche matin 19/04/2015 à 11h.à AGADIR (Maroc), avait été interdite par ordre des Autorités Administratives locales en dépêchant un dispositif policier de tous grades et des forces auxiliaires énorme très tôt le matin, encerclant toute la place publique près du Cinéma SALAM lieux du rendez-vous.... Lire la suite - - Auteur: DASSARI Mohamed - Date : 2017-04-21

 

 
Printemps Imider, la voie de la résistance !
Les villageois d'Imider continuent toujours dans leur lutte pacifique pour la sixième année consécutive au sit-in ouvert sur le mont Albban et au travers des manifestations et les rassemblements en parallèle, en défendant leurs droits socio-économiques et environnementaux compte tenu de l'intransigeance de la société métallurgique d'Imider, filiale du groupe Managem, ... Lire la suite - - Auteur: Amussu Imider - Date : 2017-04-17

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.