Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Maroc : Fédération Nationale des Associations Amazigh alerte les instances internationales sur la situation des Amazighs au Mzab et à l’Azawad

Communiqué édité par le conseil de la Fédération Nationale des Associations Amazigh tenu sa deuxième réunion ordinaire à Marrakech Le 25/05/2014


Le conseil national de la Fédération Nationale des Associations Amazigh tenu a tenu sa Première réunion ordinaire à Marrakech Le 25/05/2014 à la suite du colloque Sur le» Racisme et de la discrimination en Afrique du nord » coorganisé par le réseau amazigh pour la citoyenneté, l’association Imal et la FNAA le 24/05/2104.  Les actes du colloques ont été consacré à la problématique du  Racisme et des discriminations en Afrique du Nord : «  Racines Historiques du racisme, et alternatives Démocratiques possibles »

Après la discussion des points de l’ordre du jour, dont le premier point porte sur l’adoption du Règlement interne à la FNAA. Le second point à l’adoption du plan d’action à court et à moyen terme. Le troisième point soumis à la discussion porte sur la stratégie de la FNAA dans les éventuels relations d’ordre organique ou de partenariat avec les réseaux associatifs au niveau national et international. Le dernier point qui a largement soulevé des interventions des membres du Conseil à permis de faire le point sur la situation actuelle de la démocratie et de l’amazighité dans notre pays et au monde.

Après l’analyse des discriminations raciales dont sont victimes les Amazighs en Algérie, la marginalisation du fait amazigh en Libye, le déni de l’amazighité dans les nouvelles constitutions en Egypte et en Tunisie, la guerre menée contre les amazighs de l’Azawad au Mali ;

Aprés avoir fait le constat sur les différentes atteintes aux droits Economique, sociaux, culturels et linguistique des amazighs en Afrique du Nord ;

Compte rendu des exactions dont sont victimes les Amazigh au Maroc à commencer par l’expropriation de leurs terres. Le conseil National de la fédération des Associations Amazigh rend publique les conclusions adoptées à l’unanimité de ses membres réuni en session ordinaire du conseil fédéral :


Sur le plan National :

  1. L’urgence de la mise en œuvre la constitutionnalité de la langue amazighe sans aucune discrimination ni parti pris. Et ceci dans tous les domaines de la vie publique.
  2. La généralisation de l’enseignement de la langue amazighe à tous les niveaux de l’enseignement publique en institutionnalisant le caractère obligatoire de son enseignement à tous les marocains.
  3. Le contenu d’enseignement dispensé par l’école publique dans plusieurs matières contient des textes porteurs de messages qui incitent à la haine raciste et qui ne peuvent engendrer que d’avantage d’extrémismes d’ordres racial, linguistiques et religieux ;
  4. Appelons à la prise en charge de l’identité amazighe de la nation, par une réelle valorisation des différents aspects de la civilisation et de l’histoire amazighe dans tous les secteurs de la vie publique.
  5. Nous refusons la discrimination exercée par l’état Marocain dans la gestion de l’affaire des détenus politiques. Le processus qui vise à offrir la liberté à certains détenus est fondé sur des aprioris politiques ou d'opinion ;
  6. Demandons la libération de tous les détenus politiques de la cause amazigh qui croupissent injustement derrière les barreaux de la prison Toulal à Meknes depuis plus de sept an et de mettre fin à la détention   politique ou d’opinion ;
  7. Nous Considérons que l’arrestation dont Mr Mohamed Bali, à Oujda, le 22 mai 2014, est une affaire montée par des milieux, connus par leur hostilité à tout ce qui est amazigh dans la ville. Nous apportons notre soutien à Mr Mohamed Bali, membre du conseil national de la FNAA et militant du mouvement amazigh.
  8. Nous considérons que la politique engagée par l’état pour exproprier de leurs terres collectives, les citoyens en les poussant à l’exode forcée est une approche en opposition avec les droits amazighs et porte atteinte aux droits tels que reconnus par les textes des accorts et des chartes internationales des Droits de l’homme ;
  9. Dénonçons la politique du gouvernement qui se précipite, en toute partialité, dans la mise en place de lois et de budgets pour une protection institutionnels de l’usage de la langue arabe au lieu de se pencher sérieusement sur l’application du statut officiel de l’amazighité du Maroc, au mépris des conclusions du rapport de l’UNESCO de 2012 ;
  10. Appelons l’état Marocain à déclarer la cessation de son adhésion à la ligue arabe et son indépendance totale du moyen orient arabe dans les décisions et les orientations en rapport avec les intérêts suprêmes d’ordre politique et stratégique de la nation ;
  11. Nous lançons un appel à la solidarité au sein du mouvement associatif amazigh contre toutes les actions opportunistes ou hostiles.      
  12. Sur le plan international :

  13.  Le retrait bilatéral de l’état Malien des accords de paix engagés avec le MNLA prouve sa volonté de reprendre les massacres des civiles et de maintenir le peuple de Azawad dans une marginalisation total qui ne peut plus durer ;                                                            
  14.  Devant Les tueries perpétrées dans les régions du Mzab en Algérie et en Azawad au Nord Du Mali par les états des deux pays, Les instances internationales et les états membres ne peuvent plus garder une quelconque neutralité devant de telles atteintes à la vie des amazigh dans ces régions.
  15. Nous prenons l’état français comme responsable des conséquences désastreuses des affrontements meurtriers sous le contrôle des armées françaises dans la région de Azawad, au détriment des droits et des choix reconnu du peuple de l’arawak.
  16. Appelons les dirigeants du mouvement pour la libération de l’azawad (MNLA) à rester fidèles au combat pour leurs idéaux sans jamais oublier de rendre hommage à l ‘esprit de résistance   «Timmuzgha » en veillant à éviter les erreurs du passé ;
  17. Appelons le gouvernement à élever d’avantage son engagement et son soutien aux cotés du peuple de l’Azawad notamment en direction des réfugiés, contraints aux souffrances de l’exil dans les pays limitrophes ;  
  18. Nous considérons que les constitutions Tunisienne et Egyptienne, qui ne reconnaissent pas les droits des amazigh de Tunisie et d’Egypte, constituent de ce fait même, une trahison des revendications des révolutions populaires soulevées pour instaurer la liberté, la démocratie, et mettre fin aux racismes et à l’exclusion ;
  19. Nous soutenons les amazigh de Libye exclus du projet de la constitution, en dépit des sacrifices qu’ils ont consenties dans l’effort de guerre contre le dictateur Qadhdhâfî. : Pour réaliser les changements voulus par la révolution, La Libye de demain se doit de reconnaitre les droits de toutes ses composantes.

 

Fait à Marrakech, le 25 mai2014
Pour le conseil Fédéral
Fédération Nationale des associations Amazighes

 


Auteur: FNAA
Date : 2014-05-28


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de FNAA
Envoyer l'article à un ami
Article lu 13452 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant wcl5bc1j ici :  
 
 

 

 

Autres articles :





Equipements Laghrissi à AZROU
Auteur: Hha Oudadess - Date : 2018-08-05


Maroc : Libérez les détenus Rifains !
Auteur: CMA - Date : 2018-07-15









 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.