Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

La presse marocaine a-t-elle fait le bon choix de boycotter la lutte légitime du mouvement culturel Amazigh?

Au Maroc, le mouvement culturel Amazigh a montré ces deux dernières années une évolution considérable sur plusieurs plans :

  • La défense des droits linguistiques et économiques : il reste le mouvement leader dans son domaine. Les autres mouvements de lutte, dont meme les non-démocratiques, n’ont pas pu le concurrencier dans ce domaine, malgré plusieurs tentatives faites surtout par la mouvance islamiste en créant des associations amazighes pour la défense des droits des palestiniens. Il gagne chaque année plus de terrain, en effet les associations culturelles amazighes poussent comme des champignons même dans des endroits les plus éloignés. S’il ne faut donner qu’un seul exemple, il sera la célébration du nouvel an amazigh 2966 qui a fait une tache d’huile cette année, en cassant par conséquent un siècle de barrières idéologiques.

  • La défense des droits sociaux économiques : c’est un nouveau terrain que le mouvement culturel amazigh a conquis ces dernières années. Et malgré son entrée tardive dans ce secteur, Il a pu avoir une place importante aux yeux des populations marginalisées. En effet, il a fait un choix stratégique de prendre la défense principalement du Maroc profond sur le plan économique et social. Il a été le seul à prendre en charge la défense du dossier épineux des expropriations des terres, dont même celles expropriées par la France coloniale. Aux yeux des marginalisés, il a été le seule à se mettre l’avocat des populations victimes des inondations de l’année dernière au Sud et au Sud-est. Il a même organisé plusieurs manifestations de soutien. Sans bien sûr ne pas oublier qu’il est le seul qui soutient et qui continu de soutenir les populations d’Imider dans leur conflit avec le Holding ONA, après l’indifférence des syndicats, des partis politiques et du gouvernement.

  • La présence sur les medias sociaux : le mouvement amazigh est devenu le moteur principal de ces medias. Il y a presque chaque mois une boule de neige relative à la question Amazighe dans ces medias. A ne citer que les affaires suivantes comme exemple :
  • le parlementaire du PJD Mr Al Moqri Al Idrissi qui s’est moqué des Amazigh en Arabie Saoudite ;
  • le parlementaire du PJD qui s’est opposé à l’utilisation de Tamazighte au parlement sous prétexte d’attendre la loi organique de Tamazighte ;
  • le chef de gouvernement lui-même sur « les Chleuhs, combien leur faut pour vivre »,
  • le cheikh Mustapha Benhamza Président du Conseil supérieur des oulémas d’Oujda,
  • l’interdiction des prénoms Amazighs,
  • la présence significative du mouvement amazigh aux manifestations de Paris contre le terrorisme,
  • les résolutions de l’ONU faites à Genève et relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ;
  • les manifestations dans plusieurs villes du royaume pour le soutien des Amazighs de Mzab/Algérie victimes des Dayech d’Algérie et du pouvoir ;
  • l’assassinat de l’étudiant et militant du mouvement Amazigh Omar Khaleq dit IZEM
  •  au sein de l’université de Marrakech et les funérailles populaires du défunt dans son village natale à Ikniwen,
  • la célébration spectaculaire et revendicative du 40eme jour du décès d’IZEM
  • ….. etc.

Mais la presse marocaine et principalement écrite, voit tout cela, d’un autre œil ! Celui de « j’ai rien vu et j’ai rien entendu ». Elle a choisi -toutes tendances confondues- de ne pas parler de l’assassinat, non plus des funérailles malgré la sensible politique de l’affaire et sa liaison avec l’intégrité territoriale du pays que cette presse a toujours défendue jusqu’ici. A tel point que même le chef du Polisario, et pour la première fois de sa vie, a fait un discours spécial pour cette question amazighe !

Quant à la presse marocaine, elle n’a ni vu ni entendu des 20.000 personnes (hommes, femmes, enfants, étudiants) qui ont fait le voyage de toutes les villes et les universités pour célébrer le 40eme jour de l’assassinat dans un endroit le plus éloigné possible et le plus marginalisé ! Sans bien sûr les centaines de manifestations locales à travers le Maroc. La seule exception timide qu’il faut reconnaitre à l’occasion est de deux journaux Akhbar Al yawm et Akher Saaa (voir photo) qui ont écrit de petites colonnes et à l’intérieur du journal.

les deux uniques couvertures des journaux Akhbar Al yawm et Akher Saaa

Même la presse Kurde a parlé de ces évènements dans ses colonnes, certaines organisations ont même envoyé des militants Kurdes jusqu’au petit village d’Ikniwen niché dans cette montagne de Saghro qui garde encore dans sa mémoire des milliers de morts dans la bataille de résistance de Bougafer.

Pendant tout ce temps-là, la presse marocaine a d’autres préoccupations qui sont plus importantes à ses yeux. Et à la une de ses éditions, et juste après le rituel des évènements au moyen orient et de Palestine en particulier, on lit des titres comme :

 
  • Le décès de la journaliste Malika Malak des suites d'une longue maladie ;
  • Les problèmes de gestion à l’Orphelinat d’Aïn Chock, Les équipementiers auto au Maroc,
  • Les rencontres : « Comment équilibrer vie professionnelle et vie privée ? »,
  • La superstar de la pop mondiale, la chanteuse américaine Christina Aguilera qui se produira pour la première fois au Maroc sur la scène de Rabat en clôture de la 15ème édition du Festival Mawazine le mois de mai prochain.   …. Etc.
Un exemple de couverture du journal Al Massae, lorsqu'il a incriminée le mouvement culturel Amazigh à l'université de Marrakech comme étant l’instigateur des courts populaires anarchiques

C’est sûr que la position de la presse marocaine ne va pas freiner l’évolution de ce mouvement culturel et démocratique, car lui-même est né dans l’interdiction et il a grandi et évolué dans le boycotte de la presse officielle et non officielle. Pour lui le boycotte de la presse n’est rien devant tous les obstacles qu’il put surpasser. A ne citer que le fait que la première revendication de la révolte populaire le 20 Février 2011 était la première revendication du mouvement culturel amazigh, et le fait que sur le plan culturel national les écrivains les plus lus au Maroc sont ceux qui sont nés dans le mouvement culturel Amazigh.

Mais comment la presse va-t-elle se justifier un jour, lorsqu’elle va changer d’avis et de position ? Dès maintenant il faut réfléchir à la réponse, car elle a choisi de nager à contrecourant de l’histoire d’un peuple qui a des racines plus profondes dans l’histoire.



Auteur: Moha Bouwawal
Date : 2016-03-09


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Bouwawal
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11984 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: Said Bassou Le : 2016-03-15
Titre: NÉGLIGENCE CONTRE NÉGLIGENCE
Pays: Morocco  

C'EST SIMPLE A CONSTATER .............

CETTE QUESTION SERAIT LÉGITIME SI NOS IMAGHNASEN / MILITANTS DE LA NOBLE CAUSE NE NÉGLIGE PAS LE DRAPEAU PATRIOTIQUE DES FORCES ARMÉES ROYALES OU LE FANION OFFICIEL DU ROYAUME DU MAROC A Coté - BIEN SUR ET EVIDEMMENT - AZWAW OU ASHENYAL DE TAMAZGHA ......

"" J'AI""" BEAU RÉCLAMER QUE LA NOBLE CAUSE NÉCESSITE UN COMBAT CIVILE OU RÉSISTANCE CIVILE ; MAIS L’EXCÈS D’ÉGOCENTRISME FERME LES CERVELLES DES MILITANTS EN GÉNÉRAL.

QUOIQUE CE DRAPEAU AVAIT ÉTÉ CRÉE LE EN 1915 PAR LE MARÉCHAL HUBERT LYAUTEY, AUSSI FONDATEUR DE L'ETAT MAROCAIN MODERNE , MAIS FACE A PRES DE 90°/. DE CITOYENS A-POLITIQUE OU ANALPHABÈTES QUE FAUT - IL FAIRE ????????

BIEN SUR QU'IL FAUT ABSOLUMENT USER DE LA Flexibilité OU ART-DU-POSSIBLE ET NON DE L'IMPOSSIBLE - AD TERAZ ULA TEKNA - ........................

IL FAUDRAIT ABSOLUMENT AUSSI RÉVISER ET ACTUALISER CERTAINS PRINCIPES DE AMUSU ADELSAN AMAZIGH QUI NE SE LIMITE AUX UNIVERSITÉS ET EN MILIEUX ESTUDIANTINS .................

EN RAPPEL UNE LOI EN SCIENCE PHYSICO-CHIMIQUE DICTE QU'" UN SYSTÈME HERMÉTIQUEMENT CLOS AUX ECHANGES EXTÉRIEURS EST VOUé A LA DÉGRADATION """ .

VIVE LE ROYAUME DU MAROC FÉDÉRAL ET UNIS.
VIVE LA CITOYENNETÉ/TANUMRI ET LA DÉMOCRATIE
VIVE LE GRAND MAGHREB DES PEUPLES UNIS sur TAMAZGHA NORD AFRICAINE / MAGHREB UNITED.

AFGAN/AWAL/AKAL
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant drex0jp6 ici :  
 
 

 
Maroc :«Agharas Agharas» du RNI est au bout de son souffle avant même de commencer
La ministre Lamaia Boutaleb, au nom du parti RNI dans le gouvernement marocain d’El Othmani, vient de le prouver en passant un important contrat à une société qui vienne de se créer Southbridge A&I. La société appartient à son collègue qui vient de rejoindre le bureau politique du RNI au mois de Mai dernier, Mr Hassan Belkhayat que son oncle n’est que Mouncif Belkhayat l'ex-ministre de la jeunesse et dans le même bureau politique du même parti. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-09-10

 

 
Maroc : Le peuple Amazigh soutient le peuple Catalan et appelle à l’éradication du Jihadisme islamiste
La Fédération Nationale des Associations Amazighes au Maroc « FNAA », a publié un communiqué dont lequel elle a exprimé le soutien total du peuple Amazigh au peuple Catalan dans ces moment de deuil. Elle a rappelé que si les civils européens sont visiblement les victimes cibles de ce courant, il ne faut pas perdre de vue la double victime qui sont les Amazighs d’Afrique du Nord, immigrés en Europe, et pris en otage dans ce conflit qui oppose l’orient et l’occident. Selon FNAA les Amazighs sont la seule chair à canon que les concepteurs de ces écoles de formation des terroristes diplômés (EFDT), sacrifient toujours .... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-20

 

 
Maroc/Wawizght : Le Maroc profond marche pour le 1er mort en grève de faim pour la TERRE
Choqués par la mort tragique de Mr Khellada Lghazi, suite à une greve de faim en prison, les habitants de Wawizght, un petit village niché dans les montagnes du haut Atlas Marocain, ont organisé une marche de protestation à son honneur.... Lire la suite - - Auteur: َAmazighWorld - Date : 2017-08-12

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.