Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Mauritanie :L’esclavage est toujours pratiqué dans le milieu Pulaar à travers les castes


Nous sommes à Niabina,village au bord de la route de l’espoir et commune de département de Mbagne dans la région de Brakna au sud du pays. Habité par la majorité des « Torodbé » classe sociale supérieure et détenteur des pouvoirs, suivi des « Maabubés » qui ne représentent que 10 voire 15% de la population et enfin les esclaves « Maccubés » au tour de 5%.

comme de coutumes, la société peule recèle des mystères et des directives encore en vigueur que toute personne doit obligatoirement se résigner sans se poser autant de questions. Ce malheur ou plutôt les vicissitudes des mœurs désuètes persistent à nos jours à maintenir certaines tribus à vivre serviles et dépourvues de sans moral et humain.

A Niabina dont je vous parle, c’est une affaire d’esclavage à nouveau visage qui prend profil au détriment de caste « Maabubé», les victimes tant muselées ne bénéficient jamais une faveur quoique ça soit dans leur patelin. Traités de rang inferieur, les « Maabubés » voient leurs quotidiens s’empirer de jour au lendemain jusqu’à entendre certains propos balivernes venant des dignitaires qui insistent le lynchage des réfractaires sociaux en les réprimant sauvagement.

Ce qui passe actuellement à Niabina dépasse l’entendement et montre à tel point la barbarie de la classe dominante sur les dominées.

Dans notre société, nous avons ces us dont dans la réciprocité était tenue en vertu de la cohabitation et le respect de l’autre en substituant le sujet dans ses cérémonies et lui donne une certaine forme d’aisance et de personnalité pour pouvoir jouir aux retombées des fruits de l’organisation sociale. Manque de compréhension et du sens humain, les « Torodbés » croient que l’ordre social est en leur faveur et qu’il leur est permis d’asservir tout le monde sans que personne ne pousse un cri de mécontentement ou de refus d’obéir aux penchants esclavagistes des dignitaires.

Nos femmes qui toutes éveillées, humaines et respectueuses perpétuent la coutume comme « constitution » pour pouvoir donner à l’ethnie sa forme et ses qualités de vie meilleure. Trouvant cette hiérarchie moins comprise, les femmes « Maabubés » qui mijotaient dans leur festin mettent fin à l’obéissance des « Torodbés » qui suscite un grand un tollé de la part des dignitaires furieuses et prêtes à verser leurs venins sur les transfuges.

Ainsi commença le théâtre des injures et des sarcasmes de part et d’autres et que chacun s’obstine à s’accrocher sur son droit. Voyant leur personnalité marchée à reculons, les « Torodbés » n’ont qu’un choix : couper le cordon ombilical qui les relier, s’absenter aux funérailles des castes révoltées, décliner aussi toutes aides de leur part.

Le pire reste dans la fameuse oraison du Hérault qui dit en ses mots : « Ces minables individus sans dignité ni personnalité ne peuvent changer d’iota de ce qu’avait été faite par nos ancêtres et reprise par chaque génération.» Toujours vexés, les ex roitelets multiplient des réunions et des assises pour trouver une solution à ce différend qui les pose un gros casse-tête.
Ils n’ont pas droit à diriger la prière ni accéder à des postes, ils sont victimes au haut niveau du gouvernement.

Nous dénonçons les dignitaires, leurs imams qui incitent la haine et maintiennent toujours des esclaves dans leur domicile. Nous demandons aux ONG ,aux associations tous de venir libérer les innocents de Niabina qui n’ont juste fait vivre et demander à vivre humainement comme toutes les autres couches sociales.


Auteur: Bano Sidibe
Date : 2016-06-25


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Bano Sidibe
Envoyer l'article à un ami
Article lu 38640 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: Carter Le : 2016-06-26
Titre: Tu nous fait chie bano wallah
Pays: Mauritania  

Bano tu n'est pas encore un journaliste on te paye pour qui tu écrit des truck comme ça menteur moi je suis un mabbo personnes ne de passe notre famille qui se soit toi ou un torodo ou un autres arrete de manigancé des gens retour a l'école est tu un autre recherche pas un journaliste OK oufff bano tu ma déçu va dans votre villages est tu fait visité tes coutume de m.......?  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 2ya951mr ici :  
 
 

 

 

Autres articles :












 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.