Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

L'interdiction de la marche "TAWADA" Amazighe par les Autorités d'AGADIR


En effet la marche nationale "TAWADA Amazighe" prévue de se dérouler en son temps programmé ou le dimanche matin 19/04/2015 à 11h.à AGADIR (Maroc), avait été interdite par ordre des Autorités Administratives locales en dépêchant un dispositif policier de tous grades et des forces auxiliaires énorme très tôt le matin, encerclant toute la place publique près du Cinéma SALAM lieux du rendez-vous.

Cette place publique qui allait accueillir les militants conviés à participer à la 4ème édition de la marche du "printemps Amazigh" Marocain et venus de toutes les régions du pays, s'est trouvée complètement occupée par les fourgons de dernier tirage de la force-publique, attendant l'arrivée des jeunes et des moins jeunes Amazighs, comme s'il s'agissait d'une bataille rangée.

Et dès l'apparition des premiers arrivant qui s'étaient étonnés de voir occuper la place publique réservée habituellement aux festivités depuis 6 décennies, par les forces du Makhzen qui ont aussitôt pris l'initiative d'inaugurer le bal des hostilités en faisant la chasse à la matraques aux premiers jeunes arrivés sur-place, sous prétexte que les organisateurs ne disposaient pas d'autorisation qui serait délivrées par lesdites Autorités Administratives locales dépendant hiérarchiquement du Ministre de l'Intérieur. Et liant le geste à la parole, ils avaient commencé à tabasser à tort et à travers, interdisant que le passage dans la rue en groupes constitués sauf de 2 personnes, contraignant tous les manifestants à se disperser de force et avec des interpellations musclées des plus tenus à l'oeil.

Bien entendu les protestations d'indignation ne cessaient de pleuvoir sur les représentants de l'ordre-public, alors qu'il n'avait aucun désordre public dans la ville d'AGADIR et cet endroit précis, pour nécessiter un tel arsenal d'intimidation, à l'heure où sur l'audiovisuel marocain, on fait croire aux représentants des Institutions Internationales et Diplomates occidentaux, que le Maroc est le seul parmi tant d'autres pays du tiers monde qui respecte et reconnait les droits de inaliénables de ses populations.

Cette image transcrite dans le registre de l'histoire de la ville d'AGADIR et dont les acteurs seraient les Autorités nouvellement qui y sont affectées, me rappelle bien une autre image identique à la quelle j'avais assisté le 30/03/1979 (36 ans) lors de la manifestation de solidarité avec le peuple PALESTINIEN lors de la journée de la terre. Et les forces du Makhzen ne voulait pas à ce moment-là de cette gigantesque manifestation qui avait regroupé des sympathisants de toutes tendances de soutien.

Malheureusement les interpellations de cette époque parmi les militants, avaient fait des victimes par l'utilisation des tortures et des bastonnades dans les locaux de polices aux Commissariat Central d'AGADIR, un jeune étudiant militant habitant le quartier ANZA, y avait laissé la vie, mort à la prison civile d'INEZGANE en prévenu, après un marathon de procédural d'environ 2 mois, qu'il ait pu survivre à gravité de ses blessures, sans que le Parquet d'alors eu pu ouvrir une enquête sur les motifs de son décès? Quant aux autres détenus il se sont tous tirés avec des plus ou moins lourdes, allant de 6 à 12 mois pour atteinte à l'ordre-public.

Alors il n'est que juste si certains Députés Parlementaires de la ville d'AGADIR et même aussi de sa région, s'ils pourraient s'armer d'un peu de courage et d'humanisme, de poser de nouveau à Monsieur le Ministre de l'Intérieur une question orale sur le comportement de ses Agents qui ne diffère guère de celui de 1979, sous la gestion du défunt précèdent Ministre Driss BASRI.

Par: DASSARI Mohamed - Le 20/04/2015


Auteur: DASSARI Mohamed
Date : 2017-04-21


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de DASSARI Mohamed
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11266 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: id Bawⵣiki Le : 2017-04-22
Titre: Le Makhzen fait tout pour écraser les Chleuhs, il va peut-être faire naître un Rif dans le Souss.
Pays: France  

 
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: Anir-suisse Le : 2017-04-23
Titre: Debut de Revolution Amazigh
Pays: Switzerland  

Azul
Ca montre une fois de plus que les amazigh du Grand Souss doivent etre tres determine a poursuivre la lutte a l image de nos freres du Grand Rif, il faut se reorganisier pour mettre tout Le monde dans une dynamique de Revolution citoyenne et ne rien attendre du makhzen et ces partis politiques pour tuer a petit feu Le peuple Amazigh
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant w262mj7l ici :  
 
 

 
Bruxelles se prépare pour une autre manifestation de soutien au RIF le 25 juin
Les marocains résidents en Europe se préparent pour une grande manifestation de soutien au mouvement Rifain. Des vidéos d’appel à la grande manifestation à Bruxelles, place du trône, le samedi 25 juin 2017 ont fait le tour des réseaux sociaux. ... Lire la suite - - Auteur: Moha Bouwawal - Date : 2017-06-20

 

 
Pays-Bas : une grande manifestation de soutien au RIF
Les marocains du pays-bas ont organisé une grande manifestation au mouvement de protestation Rifain. Nora Acherqane, une politicienne Néerlandaise d'origine marocaine et membre d’un conseil régional au Pays-Bas a déclaré au micro de la manifestation : ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-06-20

 

 
Le « Pik ya wlidi », analysé par deux femmes Amazighs
Le « Pik ya wlidi », prononcé par un des détenus d’Al Hoceima nous a fait tous rire, mais derrière cette phrase se profile toute une histoire et une situation problématique actuelle grave :

  • une histoire de colonisation ;
  • une histoire de transition économique ;
  • une histoire de rapport avec l’Etat ;
  • une histoire de marginalisation sociale et économique de régions Amazighs;
  • une situation économique désastreuse. ... Lire la suite - - Auteur: Faty Rezaki et Zoubida Fdail - Date : 2017-06-20

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.