Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Algérie : des élections en trompe l’oeil


Le congrès Mondial Amazigh dans un communiqué rendu publique aujourd’hui a qualifié les élections en Algérie prévues le 4 mai prochain en « des élections en trompe l’œil ». « Tous les scrutins sont organisés et contrôlés par une administration au service exclusif des partis au pouvoir » rajoute le communiqué. La nouvelle de cette fois-ci : « des candidates islamistes sont présentées sans visage sur les affiches électorales avec l’aval de la « Haute instance indépendante chargée de la surveillance des élections législatives », présidée par un islamiste, alors on ne peut que conclure que ces élections-là comme les précédentes, sont manipulées et ne reflèteront donc en rien le choix populaire ». Ci-après le communiqué dans son intégralité. La Rédaction.


Le 4 mai prochain, les algérien-nes sont appelés à voter pour élire leurs représentants à l’assemblée nationale. Il est alors légitime de s’interroger à la fois sur l’honnêteté, la transparence et donc la crédibilité d’un tel scrutin mais également sur le contenu des programmes affichés par les différents partis politiques et en particulier ceux qui gouvernent l’Algérie depuis son « indépendance » en 1962, le Front de Libération Nationale (FLN) et le Rassemblement National Démocratique (RND).

Concernant la question de la crédibilité du suffrage, lorsque l’on sait qu’en Algérie tous les scrutins sont organisés et contrôlés par une administration au service exclusif des partis au pouvoir, lorsque l’on sait que toutes les élections passées ont été dans une large mesure entachées de fraudes massives, lorsque la corruption est largement utilisée soit pour obtenir une place de candidat-e, soit pour « acheter » les voix des électeurs, lorsque des candidates islamistes sont présentées sans visage sur les affiches électorales avec l’aval de la « Haute instance indépendante chargée de la surveillance des élections législatives », présidée par un islamiste, alors on ne peut que conclure que ces élections-là comme les précédentes, sont manipulées et ne reflèteront donc en rien le choix populaire. Dans ces conditions ces élections sont illégitimes et inutiles.

Quant aux programmes des deux principaux partis au pouvoir, FLN et RND, il n’y a d’une part aucun bilan du mandat passé et d’autre part, leur contenu se résume à des promesses et des discours à dominante idéologique arabonationaliste et islamique, mais dans lesquels on trouve également des intimidations adressées à tous ceux qui réclament un minimum de justice, de démocratie et de respect pour les droits humains et les libertés fondamentales.

Ainsi, M. Ouyahia, secrétaire général du RND et directeur du Cabinet du chef de l’Etat, déclare à Tizi-Wezzu, en Kabylie, que « l’Algérie restera unie et indivisible », fermant de manière autoritaire la porte à toute discussion sur d’autres alternatives possibles comme celle que porte le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie. Pourtant la Constitution algérienne indique dans son article 30 son attachement au droit à l’autodétermination des peuples.

De son côté, le Premier ministre, M. Sellal choisit Tamanrasset, une des capitales du peuple Touareg, pour affirmer que « l’Algérie ne rouvrira pas ses frontières » ni avec le Niger, ni avec le Mali, ni avec le Maroc, condamnant les populations locales à être privées d’échanges notamment de produits de première nécessité comme les produits alimentaires et les médicaments. Le Premier Ministre algérien bafoue ainsi le droit international, notamment l’article 36 de la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones qui stipule que « les peuples autochtones, en particulier ceux qui vivent de part et d’autre de frontières internationales, ont le droit d’entretenir et de développer, à travers ces frontières, des contacts, des relations et des liens de coopération avec leurs propres membres ainsi qu’avec les autres peuples, notamment des activités ayant des buts spirituels, culturels, politiques, économiques et sociaux ». Par ailleurs, les droits de l’Homme sont les grands oubliés de cette campagne électorale alors que les abus sont nombreux : détention illégale depuis plus de 22 mois du défenseur des droits humains Kamel-Eddine Fekhar et ses 150 codétenus du Mzab, détention arbitraire de Slimane Bouhafs, uniquement parce qu’il est chrétien, condamnations abusives de Belaid Imad pour avoir porté le drapeau Kabyle, de Touati Merzouk et de Arezki Marwan, jeunes blogueurs ainsi que les persécutions engagées contre tous les défenseurs des droits de l’homme et des libertés, particulièrement en Kabylie.

En conclusion, pour les Amazighs d’Algérie, il n’y a aucune raison d’espérer un quelconque progrès suite à ce scrutin. Le combat pacifique doit être poursuivi avec détermination par la société civile qui est pour le moment la seule force susceptible d’apporter les changements positifs attendus.

Paris, 20/04/2967 – 2/05/2017

P/Le Bureau du CMA
Kamira Nait Sid, Présidente


Auteur: CMA
Date : 2017-05-02


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de CMA
Envoyer l'article à un ami
Article lu 2656 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 7npnqmym ici :  
 
 

 
Lettre du Congres Mondial Amazigh au Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal
M. le Premier Ministre,
Votre gouvernement a organisé des « élections » au cours desquelles vous avez promis pas moins que le bonheur aux algérien-nes.
... Lire la suite - - Auteur: CMA - Date : 2017-05-22

 

 
AMAZIGHS D’ALGERIE : DES DROITS HUMAINS VIOLES EN TOUTE IMPUNITE
Rapport alternatif de : l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA) au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies concernant
L’examen de l’Algérie pour la 27-ème session du groupe de travail de l’EPU (du 1 au 12 mai 2017). (Human Rights Council Universal Periodic Review (Third Cycle))
... Lire la suite - - Auteur: Khodir SEKKOUTI - Date : 2017-05-17

 

 
Il est temps de donner à la Kabylie sa liberté
En analysant le film de l’histoire d’Afrique du Nord depuis la naissance du printemps Amazigh un 20 Avril 1980, cela fait 37 ans à ce jour, il est clair que le plus vieux peuple de la méditerranée s’est réveillé. Il est clair aussi qu’il a décidé de reprendre son destin en main. Au début, Il a demandé la libération de sa culture et sa langue. Celle-ci a été purement et simplement interdite après l’arrivée au pouvoir des régimes arabo-islamiques qui font allégeance au moyen orient et de l’arabo-islamisme leur état d’existence.  L’histoire retienne que leur impulsion au pouvoir était loin d’être démocratique mais belle et bien par l’appuie affiché de la France post coloniale.... Lire la suite - - Auteur: Moha Bouwawal - Date : 2017-05-05

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.