Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Imazighen du Rif boycottent les mosquées de l’état et décrètent le prêche du vendredi en Tamazight dans l’espace publique : d’une pierre deux coups

 

Les descendants d’Abdelkrim khettabi ont encore montré une fois de plus leur détermination à aller jusqu’au bout de leur souffle, comme ils l’ont fait d’ailleurs avec les deux colons espagnoles et français réunis en même temps. Ils ont complètement boycotté les mosquées officielles de l’état et ont organisés le prière du vendredi dans l’espace publique, et c’est une première dans l’histoire du Maroc. Jamais auparavant le conflit politique ne s’est étendu jusqu’au champ religieux.  Il faut reconnaitre que la protestation sociale a investi les mosquées aussi.

Ce dernier conflit qui oppose, depuis sept mois, les Imazighen du Rif au pouvoir centrale a fait revivre les racines profondes du contentieux historique : identitaire et idéologique.

C’est une réponse jamais attendu à l’incident de la mosquée Mohamed V de Hoceima lors du prêche du vendredi dernier où le pouvoir via le ministre des affaires religieuses avait imposé un prêche qualifiant la protestation sociale de la Fitna. C’est un terme religieux arabe qui veut dire la sédition et la discorde entre musulmans et est habituellement utilisé pour se référer au schisme qualifié de non musulman, habituellement lorsque la Fitna est décrétée le Jihad est tout de suite autorisé contre les musulmans.  Hors la Fitna, le Jihad est uniquement autorisé contre les infedels.

Et c’est ce qui a excité les démons dormants dans les fils d’Abdelkarim Khettabi. Cela leur a rappelé les blessures profondes de l’histoire de l’arabo-islamisation d’Afrique du Nord et ses interminables conséquences.
Leur réponse est hautement politique et symbolique, ils désertent les mosquées du pouvoir et organisent la première prière du vendredi dans l’espace publique. Et en plus c’est en langue Amazighe, que le ministre des affaires religieuses a toujours interdit jusqu’ici. Ce qui montre que cet acte à réveiller les racines identitaires du conflit.

Juste après cette réponse de la population, le gouverneur de la ville s’est déplacé en personne pour rencontrer les foules et essayer de retrouver l’ex-fil conducteur qui a toujours permis l’obéissance de ces populations Amazighes.  
Mais ces populations jadis obéissantes, ont demandé tout d’abord au pouvoir de dire pardon, à l’appui :

  • une vidéo filmée du toit d’une maison qui a vite fait tache d’huile dans les réseaux sociaux montrant les forces armées casser les portes des maisons la veille même dans la nuit.
  • Sur le terrain des dizaines de portes de maisons complétement détruites

Dans cette vidéo on montre au gouverneur un homme âgé et handicapé dans sa chaise roulante, à qui on a cassé en plein nuit la porte de sa maison, alors qu’il n’a même pas d’enfants qui peuvent être recherché par l’armée suite à leur participation éventuelle dans le Hirak (le mouvement) :

Dans cette autre vidéo, les forces armées filmées entrain de casser les maisons des habitants en plein nuit à la recherche de la vraie Fitna :


Une autre partie de la société, connue dans les milieux marocains par la Jeunesse Royale, les mauvaises langues disent qu’elle est téléguidée par le pouvoir, sort elle aussi pour enfoncer le clou. Comme cette jeune dame à Rabat devant le parlement qui rentre dans les foules de protestation pour les droits sociaux, économiques et culturels pour leur dire : « Oui vive le roi, vivre le roi, vous avez le ventre plein de pain c’est pour cela que vous protester ». Video :


Une autre jeune dame ajoute dans une autre foule : « il n’y a pas de marocain qui ne trouve pas de pain à manger, ces gens-là (pour dire les rifains) sont les apaches, oui les apaches ». Une autre dame avec elle et un peu âgée ajoute : « je voulais ajouter une chose, pourquoi ces rifains qui travaillent à l’étranger ne font pas rentrer leur argent et investir au Maroc. Et comme ça ils aident l’état et non pas qu’ils demandent à l’état de les aider, ça va pas ? ». Les deux dames semble bien préparées et venues ensemble à la foule pour un message claire. Voir vidéo :

 

Bref la cicatrice ne continu que de s’approfondir et l’état d’esprit de la gouvernance au Maroc n’est absolument pas consciente de la gravité de la situation.

Quelques photos des dégâts a Imzouren :

   

 


Auteur: Moha Bouwawal
Date : 2017-06-03


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Bouwawal
Envoyer l'article à un ami
Article lu 9970 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 5w6dub54 ici :  
 
 

 
Maroc :«Agharas Agharas» du RNI est au bout de son souffle avant même de commencer
La ministre Lamaia Boutaleb, au nom du parti RNI dans le gouvernement marocain d’El Othmani, vient de le prouver en passant un important contrat à une société qui vienne de se créer Southbridge A&I. La société appartient à son collègue qui vient de rejoindre le bureau politique du RNI au mois de Mai dernier, Mr Hassan Belkhayat que son oncle n’est que Mouncif Belkhayat l'ex-ministre de la jeunesse et dans le même bureau politique du même parti. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-09-10

 

 
Maroc : Le peuple Amazigh soutient le peuple Catalan et appelle à l’éradication du Jihadisme islamiste
La Fédération Nationale des Associations Amazighes au Maroc « FNAA », a publié un communiqué dont lequel elle a exprimé le soutien total du peuple Amazigh au peuple Catalan dans ces moment de deuil. Elle a rappelé que si les civils européens sont visiblement les victimes cibles de ce courant, il ne faut pas perdre de vue la double victime qui sont les Amazighs d’Afrique du Nord, immigrés en Europe, et pris en otage dans ce conflit qui oppose l’orient et l’occident. Selon FNAA les Amazighs sont la seule chair à canon que les concepteurs de ces écoles de formation des terroristes diplômés (EFDT), sacrifient toujours .... ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-08-20

 

 
Maroc/Wawizght : Le Maroc profond marche pour le 1er mort en grève de faim pour la TERRE
Choqués par la mort tragique de Mr Khellada Lghazi, suite à une greve de faim en prison, les habitants de Wawizght, un petit village niché dans les montagnes du haut Atlas Marocain, ont organisé une marche de protestation à son honneur.... Lire la suite - - Auteur: َAmazighWorld - Date : 2017-08-12

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.