Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

François Bayrou exprime sa totale solidarité avec le mouvement Amazigh

François BayrouA la rencontre des Berbères de France, François Bayrou exprime sa totale solidarité avec leur engagement : « J’aime le combat qui est le vôtre, c’est un combat exemplaire : les problèmes qui sont les vôtres sont les problèmes de millions et de millions de Français qui les ressentent et les vivent au quotidien » Au-delà même des discriminations intolérables auxquelles ils sont confrontés, les franco-berbères, comme tant d’autres citoyens français, vivent ce déchirement profond : « L’identité qu’on vous prête n’est pas la vôtre».

« Lutter contre les discriminations pour faire République ensemble » : ainsi nommées les secondes assises nationales des Berbères de France ont réunis 1400 délégués samedi 16 et dimanche 17 décembre 2007 au Centre culturel Georges Pompidou de Vincennes. Outre la sympathie, maintes fois manifestée, que François Bayrou porte à la cause des militants de la cause, de l’identité et de la langue berbère, un tel intitulé justifiait à lui seul sa présence à ces rencontres, tant il use de ses mots et arbore ses valeurs.

D’autant que les représentants des 67 associations que fédère la Coordination des Berbères de France se défendent de tout communautarisme : « Nous refusons l’enfermement, nous avons besoin de connaître la culture de nos parents sans être en conflit avec la République », explique ainsi Leïla Kerchouche, présidente de l’association des juristes berbères de France. «Nous voulons participer de ce pays et vivre notre différence, nous souhaitons que la culture berbère soit considérée comme une culture de France», affirme Yazid Iktoumi, le président de la coordination qui regroupe 3000 adhérents et entend exprimer le sentiment des deux millions de Berbères qui vivent en France. La question des discriminations est aussi au centre des débats : «Je me sens pleinement intégrée, pourtant nous sommes dénigrés, on nous assimile à la banlieue et donc, à la délinquance», témoigne Baya Bessad, membre de l’association Amitié euro-berbère en Lorraine.

Balayant l’ensemble des thèmes évoquées au long de ces assises, François Bayrou, seul candidat à l’élection présidentielle à être venu à la rencontre de ses concitoyens de culture et d‘origine berbère, exprime sa vision de «militant de la République». Il sait que le combat des franco-berbères est non seulement exemplaire mais «deux fois plus difficile» que celui d’autres Français venus de quelque ailleurs : «Vous ajoutez à la discrimination ordinaire une discrimination extraordinaire parce que votre mémoire, votre identité, votre langue, sont celles d’un peuple que ne défend aucun état. » « Je comprends, je soutiens, je défends ce que vous dîtes, poursuit François Bayrou, nous comme des enfants de la France, nous sommes des citoyens français, nous ne voulons pas de discrimination, fut-elle positive. Car vous savez comme moi que les discriminations positives ne sont que des alibis, instruments de bonne conscience, impuissance et renoncement. »

La laïcité qui protège

François Bayrou aborde ensuite la question des discriminations fondées sur l’appartenance religieuse et la tentation d’une part de la société française, relayée par certains responsables politiques, d’accepter, voire de promouvoir la division de la France en communautés, « en îlots qui ne communiquent pas entre eux, en ghettos. » « Nous qui croyons à la République et à l’histoire de la France, savons qu’elle s’est bâtie, de l’édit de Nantes à la loi de 1905 de séparation des églises et de l’Etat, sur la volonté de construire une maison commune qui rassemble, qui protège la liberté de croire ou de ne pas croire, de pratiquer ou de ne pas pratiquer. Pour nous, Républicains, la loi civile est la loi de tous les citoyens de France. Ensemble, nous devons défendre, préserver, projeter vers l’avenir le projet laïc pour qu’il soit un modèle de société, un modèle de République et de France. »

Combattre les discriminations dans le concret

François Bayrou évoque les paroles de cette jeune femme rencontrée il ya quelques jours à Lilles : d’origine maghrébine, diplômée, désireuse de vivre « comme tout le monde » : « je cherche un emploi et je vois qu’une porte se ferme quand on lit mon nom et qu’on voit mon visage. » Il s’exclame : « C’est un fer rouge sur notre société ! » Défendant l’expérimentation du CV anonyme, les initiatives multiples engagées par des associations de chefs d’entreprises, il affirme qu’il faut désormais attaquer le mal par tous moyens, délaissant les proclamations incantatoires au profit de tout ce qui peut s’inventer sur le terrain. « Si je suis élu Président de la République, je ferai un plan de lutte contre les discriminations s’appuyant sur des pratiques contrôlables, des textes vérifiables dans la vie de tous les jours et je demanderais qu’on en mesure les résultats, avec le concours d’associations comme celles que vous fédérez. »

« La différence culturelle est un droit de l’homme »

« Je suis un défenseur de la diversité culturelle, conclut François Bayrou. Pas seulement pour les franco-berbères : je défends le droit à la différence culturelle pour tous. C’est un droit de l’homme. Chacun est, pour part, son histoire, son patrimoine, son identité culturelle. Qu’un enfant puisse être fier du chemin que ses parents ont fait ; que ses enfants, que ses petits-enfants aient encore en mémoire la manière d’être, les chansons, la langue de la lignée dans laquelle il se situe, c’est une grande richesse. » « Ces enfants, ces petits-enfants, cet enfant-là : il est fier de cela, plus il est fier de cela, plus il est intelligent, mieux il est dans sa peau, plus il apporte à la France ! »


Auteur: CBF
Date : 2007-05-01


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de CBF
Envoyer l'article à un ami
Article lu 13236 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 0bkyhng1 ici :  
 
 

 

D'autres articles :















VŒUX POUR L’ANNEE 2019
Auteur: Madjid AM - Date : 2019-01-03


 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.