Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Benchemsi : l’arabisme est mort, vive lâroubisme

R. Benchemsi

Dans un papier publié le 1 septembre 2007  dans l’hebdomadaire  Nichane,  Réda  Benchemsi, qui est en ce moment -vous devez certainement le savoir-  dans des eaux plus que chaudes, a essayé d’apporter, maladroitement d’ailleurs, sa propre explication  sur les raisons qui ont poussé le régime marocain à vouloir sa perte  en interdisant ses magazines et en lui intentant un procès dans la plus pure tradition makhzenienne. 

Jouant la victime à l’extrême- une spécialité où il est passé maître-, le fameux journaliste, un fils à papa tout droit sorti des écoles prestigieuses de la mission française au Maroc, ne s'est pas embarrassé de circonlocution pour dire haut et fort que c’est en raison de son choix d’écrire dans ce qu’il appelle le darija – où l’arabe classique est plus que présent-  et que d’autres appellent le plus simplement du monde, lâroubia.  Que l’on ne me veuille pas, c’est ainsi qu’il est appelé, le plus simplement du monde. Vous en doutez, demandez aux habitants de Abda ou de Rhamna !

Essayons d’être objectifs, est-ce que ce monsieur dit vrai ?  Pas du tout. Car le régime marocain ne peut pas mépriser sa langue par excellence, celle qu’il utilise et qu’elle diffuse, à coups de violences symboliques et de violences tout court, au travers de son administration, de ses médias et de son école.  Que Benchemsi demande aux Amazighs, ils en savent plus que quelque chose !  En réalité, la sortie de Benchemsi est nulle et non avenue ! Surtout d’un point de vue amazigh. 

 Si le Makhzen méprise réellement son darija, pourquoi a-t-il donné plus de 11 millions de dirhams  pour y produire des films ? Que Benchemsi, qui devait être normalement bien informé, nous dise, combien a-t-on accordé au cinéma amazigh ?  Pourquoi dans  l’administration du Makhzen seul ce dialecte a droit de cité et cela depuis des lustres ? Pour quelle raison dans ses médias n’entend-on que cet idiome ? Pourquoi même dans les radios privées, créées dernièrement dans les régions amazighes, le HACA, son organisme très officiel des médias, a-t-il exigé d’elles pour décrocher leurs autorisations de faire une programmation majoritairement arabe ? Est-ce que ce même HACA a exigé la pareille pour le tamazight dans les régions arabes ?  Pourquoi, pourquoi… ?

Ayant bizarrement la mémoire courte - il a déjà oublié ses récentes et violentes diatribes  contre l’amazighité et les Amazighs-,  Benchemsi se revendique… amazigh. Quelque incroyable que cela puisse être, il a osé le dire. Mais à dessein bien évidemment. En fait, comme par le passé, il veut probablement  amadouer certains militants amazighs, toujours aussi gobe-mouche et surtout désespérément naïfs, pour le soutenir encore une fois dans ses malheurs. Une fois qu’il s’en sortira, ils auront comme d’habitude un bras d’honneur en guise de remerciements. A ce moment, ils n’auront encore une fois qu’Internet pour geindre. 

Reste que le plus insupportable dans le petit « délire » de Benchemsi- et c’est le cas de le dire-, c’est d’affirmer que son darija est la langue maternelle de tous les Marocains. Oui, tous les Marocains. Sans exception. Du Nord, du Sud, de l’Est,  de l’Ouest et même du monde entier.  Ne soyez surtout pas étonnés, il le dit et il le répète. A souhait en plus. Histoire de donner à ses élucubrations on ne peut plus pathétiques un semblant de vérité. Pour lui, les millions d’Amazighs ne doivent compter que pour du beurre. S’ils n’existent tout simplement pas. Je vous le dis, la logique n’est tout simplement pas le point fort de ce monsieur.  En fait, quand il s’agit de l’amazighité,  la rationalité gauloise  n’est tout simplement plus opérante ! Qu’il se rassure, il n’est pas le seul dans ce cas.

En fait, disons les choses franchement et clairement, ce Benchemsi  n’a tout simplement rien à envier à ces aînés arabistes sectaires qui affirment encore et toujours, sans sourciller, que la seule et l’unique langue maternelle des Marocains est l’arabe classique. Alors que même en Arabie, cette langue n’est plus parlée depuis des siècles- aux Émirats c’est l’anglais qui massivement utilisé. En d’autres termes, la schizophrénie identitaire a encore de beaux jours devant elle.  Même si on se gargarise, avec beaucoup d’arrogance, de la combattre.

Mais alors, quelle est la  raison de l’ire makhzenienne contre ce Benchemsi ?  Une chose plus que sûre, elle n’a absolument rien à voir avec une quelconque langue. C’est plutôt parce qu’il a affirmé, sans ambages, que les élections que le régime s’est organisé, tambour battant, ne servent à strictement rien. Sauf peut-être à dilapider les deniers publics ou ce qu’il en reste. Ce que d’aucuns pensent déjà. Sans forcément le dire. Lui, il l’a dit. Qu’il en paye le prix !


Auteur: Lahsen Oulhadj
Date : 2007-09-21


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Lahsen Oulhadj
Envoyer l'article à un ami
Article lu 12455 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant d6wsdrj0 ici :  
 
 

 

D'autres articles :

















 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.