Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Revendication amazighe : le chemin de la liberté

Moha Moukhlis


Face à la résurgence définitive et irréversible de la revendication amazighe portée par une jeunesse déterminée qui a vaincu les fantômes de la peur et les épouvantails d’un Etat policier, castrateur, népotiste, théocratique et esclavagiste, le pouvoir, désemparé, navigant à vue, réprime et érige sa violence officialisée comme unique réponse à une réalité sociohistorique incontournable, qui avance et remet en question les fondements idéologiques et la légitimité « imposée » arbitrairement.
La jeunesse amazighe est porteuse d’espoir, garante d’un avenir libéré des pesanteurs d’un passé fait de mascarades et de falsifications. C’est une jeunesse qui portera, certainement, le poids des sacrifices multiformes et nécessaires à l’amazighité. Elle a évolué au cœur d’un combat authentique et universel, vomit tous les discours et les topiques exogènes galvaudés par les marionnettes politiques de la nouvelle ère : l’ère de l’arbitraire officialisé et de l’amazighophobie, l’ère du mensonge et de la démagogie.


Une jeunesse pour qui l’amazighité est la raison d’être, d’exister. Qui force note respect et notre estime. Prête à mourir si nécessaire. Qui accule les « élites amazighes » qui continuent à ronronner un discours nostalgique de salon sur un passé glorieux qu’elle rêve de reproduire dans les salons mondains. Une « élite » assimilée. Dépassée. Incapable d’établir des canaux avec une jeunesse décidée.


La jeunesse amazighe a fait son choix, en dépit du brouhaha et du parasitage de la meute des plumitifs de service. Elle a porté la revendication sur un espace public, établi des connexions avec les communautés amazighes d’Afrique du nord, des Iles Canaries et de la Diaspora. Un cauchemar pour le Makhzen et ses acolytes. Elle a œuvré pour sortir un peuple, une nation amazighe de l’ombre, de l’isolement et d’une omerta généralisée. Pour dire non au règne du mensonge et de la démagogie. Honorer la mémoire de nos ancêtres tombés sur le champ d’honneur.

La jeunesse rompt avec le système des atermoiements sempiternels et le système de prédation culturel et politique. Elle refuse de confondre la démocratie et sa caricature. Son discours exprime des idéaux amazighes et des valeurs pérennes, à l’épreuve du temps et des contingences métaphysiques, à travers un langage de vérité, un esprit lucide et l’exemplarité dans le comportement.
Le Mouvement Amazighe, portée par une jeunesse déterminée, est convaincu que seule une participation équitable des amazighes dans la gouvernance, actuellement accaparée par des cartels, une mafia de collaborateurs et de traîtres, voir d’assassins, pourrait sortir notre pays du marasme qui l’étouffe. Convaincu que seul un système de gouvernance basé sur des institutions démocratiques, issues d’une expression libre et souveraine de la population est capable de garantir la paix, la stabilité et l’ordre social.


Imazighen, spoliés de ce qu’ils ont de ce qu’ils sont depuis une indépendance offerte et négociée avec le colonisateur, revendiquent leur droit à l’autodétermination conquise de haute lutte par la résistance amazighe, revendiquent le droit de décider de leur vie et des choix, de tous les choix politiques qui les concernent et concernent leur pays.
Le Mouvement Amazigh a construit une alternative démocratique. Il n’a peur de personne. De personne.  Il ne cèdera pas devant les porteurs d’eau d’une idéologie anachronique et d’un système inique, amazighophobe et bâtard. Il refusera d’amuser les galeries officielles et makhzéniennes qui s’attardent sur l’écume des échéances en se pavanant dans des succès factices et éphémères et la multiplication des effets d’annonces illusoires.
Imazighen lutteront avec abnégation, résistance et détermination et une espérance chaque jour renouvelée. Quels que soient les obstacles qui se dresseront devant eux. Ils aspirent vivre dans la dignité, léguer aux futures générations un héritage qui n’a pas de prix : le combat pour Timmouzgha et le sacrifice suprême si nécessaire.

La motivation politique qui pousse le pouvoir inique a multiplier les gaffes et les empressements irresponsable tient au fait qu’il a l’impression – ou donne l’impression – de maîtriser – par la violence s’entend – l’espace national et les « indigènes » mais non par le temps. Le peuple amazighe, à travers sa jeunesse est sur le chemin de sa libération. Les tentatives répressives du pouvoir ne l’arrêteront pas. Elles renforcent sa détermination quant à la justesse de sa cause. Lui permettent de prendre conscience de sa condition de colonisé sur sa propre terre.
L’impunité garantie par la corruption et l’esbroufe ne sont pas éternelles. Car la caste au pouvoir a le genre malfaisant d’ouvrir de profondes fosses communes pour y ensevelir les faits qui lui font toujours peur. Une gabegie. Elle espère ainsi condamner le passé comme s’il n’a jamais existé : que faire de Addi Ou Bihi, Aknoul et Bourd dans le Rif, Moulay Bouâzza, Goulmima, Tinghir, Rich, Figuig, Amellaggou et des dix sept généraux amazighe fusillés, pour leur substituer les Bennani et les Kabbaj de la Karaouiyinne de Fès ???
Le passé resurgit avec force. Têtu comme le temps. La répression ne viendra pas à bout de la résistance amazighe et ne fera pas taire les revendications amazighes. Les arrestations qui se multiplient à Imtghern (Errachidia) parmi les étudiant du Mouvement Amazighe, les reports du procès des détenus de Meknès, la dissolution du Parti Démocratique Amazigh, les interdictions de tous genres qui frappent l’action amazigh et l’amazighité témoignent de la nervosité d’un pouvoir qui navigue à vue, joue sur l’usure et renforce davantage la détermination des amazighes à vivre debout.


Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2008-06-05


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11018 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: ouassa abdellah Le : 2010-05-18
Titre: timozgha
Pays: Morocco  

azuuuuuuuuuull ikoll maktazlan idamn ntimouzra n lm339oooooooou
anmt ghif tamazight
 
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: billal@amdouneyahoo.fr Le : 2011-01-10
Titre: amzighe
Pays: Algeria  

 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant wys41sip ici :  
 
 

 
Hommage aux victimes du 9 et 11 septembre 2001 : le Commandant Massoud et les 5000 victimes de World Trade Center
Il y a seize maintenant, les organisations de l’Islam politique ont orchestré deux attentats politiques meurtriers historiques espacés d’une seule journée : un à Afghanistan et l’autre à New York. Afghanistan, le dimanche 9 septembre 2001 : deux terroristes tunisiens du parti Ennahada ont assassiné le héros national Afghan le commandant Ahmad Shah Massoud. Ils sont Dahmane Abd el-Sattar (mari de l'islamiste Malika El Aroud d'origine marocaine) et Rachid Bouraoui el-Ouaer, deux hommes vivant à Bruxelles, en Belgique. Ils ont pu approcher Massoud grâce à une lettre de recommandation du Centre d'observation islamique ... Lire la suite - - Auteur: Mohamed EL OUAZGUITI - Date : 2017-09-11

 

 
Ce que je crois
Une « civilisation » en déroute, repliée autour de ses minarets et scandant des slogans rhétoriques dont les dérives se traduisent par l’appel au meurtre et au terrorisme. C’est l’expression qui me semble adéquate pour qualifier la majorité des sociétés arabo-musulmanes aujourd’hui et qui sont en proie à des soubresauts inédits qui secouent leurs fondements. Elles refusent de regarder la réalité en face et se réfugient dans un discours accusateur creux qui tourne en rond.... Lire la suite - - Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2017-08-10

 

 
Emmanuel Macron : QUE SUIS-JE ET QUE PUIS-JE ?
Emmanuel Macron, jeune chef d’état « Jupitérien » a chamboulé les normes et les procédures d’antan, propres à l’élection du président de la république française ! du moins le pense-t-on ! Tout doit être rénové comme tout doit être neuf !... Lire la suite - - Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2017-08-08

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.