Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Entretien de Belkacem Lounes, Président du CMA accordé à Amazighnews

Amazighnews : Vous avez annoncé récemment la tenue du 5° congrès du CMA à Meknes, du 31 octobre au 2 novembre. Pouvez-vous nous dire où en sont les préparatifs?

Les préparatifs du 5° congrès du CMA ont démarré dès le lendemain de l'annonce du choix de la ville de Meknes, pour accueillir ce congrès. Rappelons que Agadir, Tanger et Marrakech étaient également candidates et que le choix de Meknes a été fait démocratiquement par le bureau, conformément aux statuts du CMA. Le comité local d'organisation coordonné par l'association Asidd de Meknes, s'active à confirmer le lieu du congrès ainsi que les lieux d'hébergement et de restauration des congressistes, des invités et de la presse. Le programme détaillé des 3 jours de ces 5èmes assises amazighes internationales sera rendu public incessamment. Du côté de la participation, en plus des associations qui ont participé au 4° congrès, nous enregistrons à l'heure actuelle, une vingtaine de nouvelles demandes d'adhésion. A noter également que pour ce 5° congrès, nous attendons pour la première fois, une très forte participation des Touaregs et des Amazighs de Libye. Nos amis étrangers (peuples amis, ONG et organisations internationales) se sont également annoncés en grand nombre.

Avez-vous les autorisations nécessaires?

Au Maroc, la loi prévoit qu'il faut seulement informer les autorités locales, au moins 48h avant l'évènement. C'est ce que l'association Asidd, en tant que coordinatrice du comité d'organisation, fera en temps voulu. Nous n'avons eu aucun problème pour organiser le 4° congrès en 2005 à Nador, je ne vois donc pas pourquoi nous aurons un problème à Meknes.

Comme vous le savez, R. Raha, votre vice-président, conteste le choix de Meknes. Que répondez-vous?

D'abord je rappelle que c'est moi qui ai proposé au congrès de Nador, la tenue du congrès suivant en Algérie et en particulier en Kabylie, proposition qui a été approuvée à l'unanimité. Si on était dans des Etats démocratiques, il serait tout à fait naturel que les pays de Tamazgha accueillent à tour de rôle les congrès des imazighen, mais la vérité c'est qu'aujourd'hui cette possibilité n'existe qu'au Maroc. Pour autant, nous avons tout fait pour rendre possible ce congrès en Kabylie: nous avons entrepris les premières démarches au mois d'août 2007, en sollicitant d'abord des responsables administratifs et politiques Kabyles. Nous nous sommes rapidement rendus compte que le seul obstacle, c'était l'administration algérienne qui exige une autorisation, même si la loi ne prévoit pas cela. Mais l'administration (la Wilaya) s'appuie sur l'état d'urgence en vigueur en Algérie depuis 1992, pour prendre des mesures exceptionnelles et extralégales dans le seul but d'interdire la libre expression des citoyens. Aucun propriétaire ou gestionnaire de salle, quelle que soit sa taille, n'a le droit de louer son  local à un citoyen et à fortiori à une association, s'ils ne sont pas munis d'une autorisation de l'administration. Celle-ci est donc dans tous les cas, incontournable. C'est ce qui a obligé des membres du CMA en Kabylie, à introduire deux demandes d'autorisation du congrès du CMA, l'une à la Wilaya de Tizi-Wezzu, en janvier 2008 et l'autre à celle de Vgayet, en février 2008. Jusqu'en juin, les deux wilayas n'ont pas daigné répondre. Nous avons alors essayé de faire intervenir des élus locaux (les Présidents des Assemblées Populaires des Wilayas de Tizi et de Vgayet) et nationaux (députés) mais sans résultat. Il ne restait plus que l'action en justice pour au moins contraindre l'administration à répondre. Le CMA a donc assigné la Wilaya de Tizi-Wezzu devant le tribunal administratif mais après deux mois de procédure, le juge a décidé le 3 août 2008 qu'il était incompétent pour juger cette affaire. Il fallait donc saisir une autre juridiction nécessitant d'autres procédures et d'autres longs délais, mais sans aucune garantie de résultat, surtout que la justice algérienne est aux ordres du pouvoir algérien. C'est donc après avoir épuisé toutes les possibilités en Kabylie que nous nous sommes tournés vers la solution d'organiser le congrès au Maroc.

Pourtant, vous avez annoncé lors d'un point de presse à Béjaia que le congrès aura lieu en Kabylie avec ou sans autorisation.

Oui, je l'ai dit car pour moi, nous n'avons pas besoin d'autorisation pour nous réunir chez nous. De plus, la loi ne prévoit même pas une telle autorisation. Mais pour réunir 500 personnes, il faut au moins un lieu adéquat et c'est justement celui-ci qui fait défaut. Lorsque Rachid Raha parle de Tawrirt Moussa et de la maison de Matoub Lounès, d'une part il parle de choses qu'il ne connait pas et d'autre part, il tente d'instrumentaliser le prestigieux nom de Matoub pour impressionner les militants. Ce qui est une évidence, c'est que ni la maison de Lounes Matoub, ni le village de Tawrirt Moussa perché dans la montagne kabyle, ne peuvent accueillir un congrès de la dimension de celui du CMA. Les vrais questions que Rachid Raha, révolutionnaire de la 25ème heure, ne veut pas se poser c'est, pourquoi les maisons de la culture de Tizi et de Vgayet sont-elles fermées aux Amazighs? pourquoi même les salles privées sont interdites aux Amazighs? pourquoi les Amazighs doivent-ils toujours reculer plus loin dans les montagnes et les déserts? De plus, il faut reconnaitre qu'aujourd'hui la Kabylie est devenue un territoire occupé, quadrillé par l'armée et tous types de services de sécurité de l'Etat et infestée par les islamistes. L'insécurité est une réalité palpable en Kabylie plus qu'ailleurs en Algérie et on ne sait même pas d'où peuvent venir les coups. Et les récents attentats spectaculaires comme ceux de Boumerdès, de Tizi ou de Tubirett (Bouira), ne sont que la partie visible de l'iceberg terroriste. Dans ces conditions, je ne peux, en mon âme et conscience, ni emmener nos frères et nos amis étrangers à l'aventure, ni les exposer de manière inconsidérée à de tels risques. Aujourd'hui il en est ainsi, mais je suis persuadé que demain, la Kabylie se reprendra, organisera sa défense et vaincra.

On vous reproche aussi de vouloir rester à la tête du CMA. Etes-vous candidat pour un 3ème mandat?

Vouloir rester à la tête du CMA, c'est mon droit et ma liberté, à partir du moment où je le fais démocratiquement. Aujourd'hui, les statuts du CMA ne m'interdisent pas de me représenter une 3ème fois et le dernier mot reviendra à l'assemblée générale. Notre organisation pratique la démocratie et les élections de nos instances dirigeantes sont libres et transparentes, ce qui n'a rien à voir avec les régimes arabes dictatoriaux qui maintiennent leurs chefs par la force ou en bricolant des Constitutions sur mesure. Au CMA, il n'y a ni argent, ni pouvoir ni privilèges. Il n'y a qu'une somme considérable d'efforts à consentir dans des contextes toujours hostiles. Ce qui m'importe le plus, c'est la cause du peuple amazigh ainsi que le CMA, comme un des instruments au service de cette cause. Etre président du CMA nécessite de vrais sacrifices que chaque candidat doit connaitre au préalable et assumer. S'il y a des candidat(e)s susceptibles de porter notre combat pour l'amazighité, la liberté et la dignité plus fort, plus haut et plus loin, ils peuvent compter sur mon aide et mon soutien. Sinon, ni le peuple ni le CMA n'ont besoin de personnes à la recherche de la satisfaction d'ambitions personnelles ou autres. Nous n'avons pas le droit de nous tromper dans nos choix fondamentaux et pour cela, la vigilance s'impose à tout instant.

Comment expliquez vous la dissidence de Raha?

Je constate qu'à la veille de chaque congrès il se produit des agitations qui visent à destabiliser notre organisation ou pour le moins à tenter de semer la confusion et la division. Cette fois-ci c'est Raha qui se fait l'instrument conscient ou inconscient de ce jeu politicien. Le texte qu'il a diffusé sur internet est fait d'interprétations personnelle des textes et des décisions des instances du CMA, ajoutées à des mensonges et même des insultes. Cela est indigne de celui qui se prétend militant amazigh. L'ambition affichée de Raha est de revenir à la tête du CMA, ce qui est son droit, mais au lieu de le faire proprement et démocratiquement en se présentant à la prochaine assemblée générale, il préfère le coup de force et la fuite en avant. Il prône la démocratie mais refuse le verdict des urnes de notre assemblée. Curieuse conception de la démocratie. La réalité est que Raha est le seul membre du bureau à vouloir imposer ses choix personnels. Comment peut-il prétendre diriger une organisation internationale comme le CMA s'il n'est même pas capable de respecter les décisions prises démocratiquement ? En fait, il semblerait que Raha ait opté pour Tizi-Wezzu uniquement parce qu'il pense se faire élire plus facilement en Algérie où il est moins connu et où il croit pouvoir séduire notamment les Kabyles grâce à un discours agressif de circonstance. Les Amazighs d'Algérie qui connaissent mieux que quiconque leur réalité locale ne sont pas dupes. Ils savent que notre démarche est sincère et c'est la raison pour laquelle aucune association à ce jour n'a manifesté son intention de ne pas se rendre au congrès de Meknes. Au contraire, le CMA reçoit de très nombreuses demandes d'informations sur les modalités de participation et enregistre chaque jour des confirmations. Le seul frein à la participation des Amazighs d'Algérie, c'est la fermeture de la frontière terrestre algéro-marocaine, ce qui oblige les congressistes à emprunter la voie des airs à un coût très élevé.

Un dernier mot?


Les congrès du CMA sont toujours des événements déterminants pour imazighen et doivent servir de tremplin pour d'autres avancées en faveur des droits du peuple Amazigh. Au moment où nous faisons face à un grand nombre de menaces et de défis (interdits, exclusion, discriminations, menaces, répression, etc), j'appelle à l'unité des rangs et à la mobilisation générale pour faire de ces 5° assises amazighes de Meknes, un moment fort et une nouvelle étape importante sur le chemin de notre liberté et de tous nos droits. Et je vous remercie...

Belkacem Lounes, Président du CMA.
10/09/08

from : www.amazighnews.net


Auteur: Amazighnews
Date : 2008-09-14


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Amazighnews
Envoyer l'article à un ami
Article lu 13693 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant fvcl4egg ici :  
 
 

 

D'autres articles :

















 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.