Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Maroc : Et si l'on décolonisait, pour de bon!

Diverses analyses faites récemment du dossier sahraoui appellent quelques remarques quant au vrai fond du problème. Il y a lieu de penser tout d'abord que, si les dirigeants de de l'Afrique du Sud sont allés jusqu'à comparer le sort du peuple sahraoui à celui du peuple palestinien, c'est que probablement ils ne savent de l'histoire de l'Afrique du Nord rien de plus que ce que les politiciens algérois ont bien voulu leur dire et répéter. Ces politiciens, souvenons-nous en, ont été portés au pouvoir par le nassérisme divagant des années soixante, puis confortés dans leur attitude de suffisance par le baâthisme paranoïaque des années soixante-dix. Ils continuent de s'aveugler sur le fait que l'islamisme destructeur est le fils légitime du panarabisme en détresse. Ivres du sentiment de puissance que leur procure une rente pétrolière en exponentielle croissance, ils se défoulent en de frénétiques gesticulations visant à intimider périodiquement un pays frère depuis longtemps pris en grippe pour des raisons ressortissant à la psychanalyse. Se répandant sana cesse en menaces et invectives, ils en oublient d'écouter les geignements de leurs propres compatriotes taraudés par bien des tourments.

Malheureusement, comme les instances internationales ne semblent entendre que ceux qui crient le plus fort, elles se trouvent amenées à ne percevoir des problèmes locaux ou régionaux que leurs parties émergentes. La diplomatie étant l'art d'accommoder au faux-semblant le pis-aller, elles ne s'inquiètent sérieusement des vraies causes d'un douloureux événement que lorsqu'il est déjà trop tard. Essayons donc de les aider en allant au fond des choses, quittes à offusquer nos adeptes du non-dit et du pas-à-dire, très nombreux, hélas, et influents.

L'Organisation des Nations Unies, l'Union Africaine, l'Afrique du Sud ou tout autre pays mal instruit des tenants et aboutissants des affaires nord-africaines, devraient se faire à l'idée que les Imazighen, c'est-à-dire les Berbères, ne sont pas résignés à se considérer comme une ethnie en voie d'extinction. Loin s'en faut. Ils se sentent mal à l'aise, où ils se trouvent au Maghreb. Universalistes par penchant naturel ou par nécessité, ils tiennent pour négligeables les différences entre les races. Mais, en l'étape actuelle de leur histoire, ils s'estiment à juste raison opprimés culturellement, et plus ou moins discriminés politiquement et économiquement. La nature austère de leurs contrées et les vicissitudes d'une saga millénaire leur ayant forgé un tempérament d'endurance et de patience, ils souffrent sans trop se plaindre depuis près d'un demi-siècle, après avoir porté la partie la plus lourde du joug colonial européen. Comme surpris dans leur bonne foi et leur confiance en des coreligionnaires affichant une piété sans faille en apparence, c'est au fil de plusieurs décennies qu'ils ont pris conscience du déni de justice dont ils sont victimes. Mais, très vite, ils ont compris l'importance du symbolique. Ils se veulent désormais les champions du dur combat pour la sécularisation de la vie publique et rechercher de plus en plus clairement à admettre que l'Afrique du Nord, le berceau de leur civilisation et le réceptacle des flux civilisateurs qui les ont imprégnés, puisse un jour se nommer Maghreb arabe. Pour l'heure, ils tiennent à ce que toutes leurs démarches restent pacifiques et menées en interne.

Or, des signes de nervosité se manifestent par-ci par-là chez les militants de la cause amazighe, au fur et à mesure que l'affaire du Sahara occidental semble poser problème à l'humanité tout entière, après n'avoir été, aux yeux des Imazighen, qu'un simple malentendu entre dirigeants marocains et algériens sans atomes crochus les uns pour les autres. La communauté internationale, très peu avertie du fait berbère, ne pouvait pas prêter toute l'attention voulue aux détails de la dénomination République Arabe Sahraoui dont s'est affublé le Polisario. Et voilà qu'on cherche sérieusement à lui faire envisager la possibilité d'entériner la création d'un Etat se disant d'emblée arabe sur un territoire à haute valeur symbolique au regard de l'émotion presque religieuse qu'inspire aux Berbères leur histoire médiévale. C'est en effet le grand sahara occidental qui a été le témoin privilégié de la naissance de la dynastie almoravide, celle-là qui, au XI eme siècle, esquissa le premier tracé de ce qui fut appelé à devenir rapidement la carte de l'Afrique du Nord politique, englobant le Maroc, la Mauritanie , l'Algérie, la Tunisie et la Libye , c'est-à-dire la majeure partie des régions berbérophones, un ensemble auquel les Européens ont longtemps donné le nom dépréciatif de Barbaria, passant outre à l'avis du grand Montaigne disant en ses Essais qu' "il n'y a rien de barbare et de sauvage en cette nation, sinon que chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage".

Le journaliste anglais Toby Shalley, du Financial Times, interviewé par l'hebdomadaire marocain le Journal, estime que "... Le refus de Rabat d'accorder aux Sahraouis le choix entre intégration et indépendance a engendré la frustration de la communauté internationale...". Si l'on devait parler de frustration, ne serait-il pas plus objectif et plus pertinent de penser à celle, bien plus réelle et mieux ressentie, du peuple amazighe? Il est des ressentiments qui, pour être intériorisés, n'en deviennent que plus dangereux. Les Imazighen en sont réduits à se sentir étrangers chez eux, en des territoires dont ils n'ont jamais spolié personne, et qu'ils ont toujours défendus avec vaillance. Au fait, pourquoi le Maghreb dit arabe n'arrive-t-il pas à se former? C'est précisément parce qu'il n'est pas arabe, et ne peut le devenir ni par la force ni par la ruse.

Jusqu'à ce jour, bien que lésés en plus d'un partage dans la convivialité qui caractérise apparemment leurs rapports avec les maghrébins se donnant des origines arabes, les Berbères, qu'ils soient marocains, algériens, tunisiens, libyens ou mauritaniens, ont su raison garder. La création d'une république arabe sahraouie aurait valeur à leurs yeux d'une étape décisive dans la marche forcée vers l'arabisation imposée à l'Afrique du Nord depuis cinquante ans. Suffisamment atteints dans leur amour propre ethnique, et même humiliés de plusieurs manières dans leurs vies collectives et individuelles, au quotidien, ils tentent, sans y arriver vraiment, de signifier à la conscience mondiale, si soucieuse de mener à bien les dernières tâches de décolonisation, qu'ils sont eux-mêmes colonisés, de façon archaïque, mais terriblement efficace. Il existe bien des peuples que les instances internationales ont soutenus à bout de bras pour leur permettre de se réapproprier des territoires ancestraux dont ils ont été expulsés en des temps immémoriaux. Les Imazighen n'en demandent pas autant. S'ils n'ont jamais eu vocation à vraiment coloniser, ils n'ont jamais non plus durablement cédé à quelque colonisateur que ce fût. De ce fait, ils n'ont jamais abandonné la terre qui a bercé leur devenir. Et ils tiennent à en rester les maîtres, en tant qu'Imazighen, dans la mesure où l'ethnocide programmé, dont ils subissent déjà les effets, n'aura pas le temps d'être mené à bout. L'histoire témoigne de leur acharnement à résister et à se défendre, et Dieu sait s'ils ont eu à faire face à des armées déferlantes ou à des hordes d'envahisseurs affamés. Mais, ouverts aux idées, ils ont accueilli sans réserve toute influence civilisatrice; aussi ont-ils contribué à l'élaboration des grandes cultures méditerranéennes, celle des Egyptiens, leurs cousins, celles des Grecs, des Latins, des Chrétiens, et des Musulmans. Leur adhésion à tout mouvement en quête d'universalité aura-t-elle été la cause d'une certaine stagnation de leur propre civilisation? Leur envie irrésistible de connaître l'autre et de chercher à le comprendre a fait qu'ils ont peu oeuvré pour valoriser leur propre patrimoine culturel, pourtant riche de potentialités et proche de l'humanisme. Dans l'antiquité, ils se sont signalés par la vigueur de leur pensée, qu'ils ont exprimé en grec, puis en latin. Au Moyen-Âge et au début des Temps Modernes, ils se sont fait remarquer par leurs approches rationalisantes des problèmes de l'esprit. Au siècle dernier, ils ont écrit en anglais, en français, et même en néerlandais. Mais il y a seulement une trentaine d'année qu'ils ont commencé à publier en leur propre langue des romans, des pièces de théâtre et des poèmes dignes d'être mentionnés en tant que productions écrites.

Il était temps; car il se trouve que les particularismes se basculent déjà au portillon de la culture universelle dont la venue a été tant rêvée. Les identités sont sommées en quelque sorte de disparaître, ou de s'affirmer suffisamment pour être habilitées à participer au débat fédérateur, ou, le cas échéant, à se positionner dans le clash des civilisations, qui, semble-t-il, a déjà fait des victimes. Contrairement à la mauvaise réputation qui leur a été faite par les colonialismes français et espagnol, les Berbères n'aspirent qu'à la paix; mais ils ne sont pas peuple à abdiquer son droit à l' existence, en tant qu'entité ethnique et culturelle. En silence, ils ruminent leurs frustrations, mais sont prêts à se battre loyalement. Toby Shelley, lui qui se veut faiseur d'opinions et analyste patenté des sentiments des autres, lui le citoyen d'un pays ayant droit de veto au Conseil de Sécurité, a-t-il sérieusement interrogé l'histoire et le géographie de l'Afrique du Nord? Que sait-il du passé et du présent des "Brebers" de son dictionnaire? (Quel dommage pour l'Humanité que des médias toujours pressés et prompts à formuler des jugements à l'emporte-pièce la guident dans des choix et décisions! les dictatures sensationnelles, du superficiel, du faux et du mensonge, sont déjà en place). Il est vrai que Toby Shelley n'est spécialiste q'au Moyen-Orient et... du Sahara (marocain), deux régions si proches l'une de l'autre, à l'évidence; les panarabistes algérois lui en ont donné la preuve. Eux-mêmes ne s'enivrent-ils pas de vapeurs de pétrole à la manière de leurs congénères d'Irak et d'ailleurs? Voici trente ans qu'ils s'évertuent à gorger de toutes pièces le premier élément d'une future république arabe unie populaire socialiste et superpuissante, suffisamment tout au moins pour pouvoir phagocyter (ô le beau rêve!), dans l'ordre, la Mauritanie , la Libye , puis la Tunisie , en attendant que mûrisse... le reste. Les Arabes auront ainsi démontré qu'ils sont plus forts et plus unis ailleurs qu'ils ne le sont chez-eux. ... Et la berbérité? Quelle barbarité? ... Vous plaisantez ! ... D'abord al-Barbar sont des Arabes; et ensuite ils n'existent plus.

Il existe bien pourtant un peuple amazighe kabyle humilié et voué à la misère; un peuple amazighe aurasien acculé au mercenariat militaire; un peuple amazighe mozabite persécuté pour ses croyances religieuses; un peuple amazighe chenoui au territoire sans cesse quadrillé et ratissé; un peuple amazighe senoussi contraint de s'adonner à la petite contrebande pour pouvoir survivre; un peuple amazighe gourari mourant de soif dans le désert et surveillé de très près; et aussi un peuple amazigh targui spolié de tout. Les Touregs n'ont-ils pas été, de toute leur existence et jusqu'en 1920, totalement indépendants ? Et voici ce que dit de l'Aurès la vraie histoire de l'Algérie, pas celle qu'ânonnent des écoliers e, pleurs: "Peuplé de Berbères, l'Aurès, véritable bastion est une terre d'irrédentisme, opposé à toutes influences extérieures... Les Français ne colonisèrent jamais vraiment l'Aurès, où éclata en novembre 1954 la guerre de l'indépendance algérienne". Mais les Français se sont bien vengés en livrant à des arabistes brailleurs de slogans les fiers peuples amazighes, targui, aurasien, kabyle, et autres. Ces peuples ont-ils été réellement décolonisés?... Oui, MM. Annan, Baker, et Mbeki, l'Afrique du Nord n'est pas encore décolonisée! Regardez-y de plus près.

 

Rabat, le 12-10-2004

Mohammed CHAFIK


Auteur: Mohamed Chafik
Date : 2005-01-01
Source : Le journal le Monde Amazigh


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Mohamed Chafik
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11189 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 616t7hkc ici :  
 
 

D'autres articles :

 
Le sénateur McCain: les Kurdes sont de «vrais amis» des États-Unis et la décision de Barzani est digne d'homme d'Etat
Le sénateur américain John McCain, président du Comité des forces armées du Sénat, a salué lundi dernier le leadership du président Barzani et a exprimé son soutien aux Kurdes dans leur dialogue avec Bagdad.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-10-31 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
L'Arabie saoudite n'a pas eu d'élections depuis sa création : la vice-présidente iranien
Dans une interview accordée à la chaine de télévision américaine CNN dans une émission de l’éminente journaliste Amanpour, la vice-présidente iranien Masoumeh Ebtekar a déclaré ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-05-23 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Les officiels américains confirment que les gardes du corps d’Erdogan ont abbatu les manifestants Kurdes et Arméniens
Les responsables américains confirment que les hommes turcs qui ont battu les manifestants kurdes et arméniens à Washington DC sont bien les gardes du corps d'Erdogan. Le Département d'Etat travaille avec la police de Washington, DC et le Service secret des États-Unis pour identifier les gardes du corps travaillant pour le président de la Turquie qui a battu samedi les manifestants devant l'ambassade de Turquie à Washington, DC. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-05-17 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Crimes de guerre : La coalition arabe au Yémen est pointée du doigt par l’ONU
Un rapport de l’ONU enquêtant sur dix frappes aériennes distinctes menées par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen, a conclu que la plupart étaient le résultat d'un «processus de ciblage inefficace» et d'attaques délibérées sur des cibles pacifiques.... Lire la suite - - Auteur: correspondant - Date : 2017-02-01 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
La droite alternative américaine : Nous nous révolterons si Trump nous déçoit
Les dirigeants de groupes «alt-right» (la droite alternative) qui favorisent la suprématie de la race blanche sont prêts à se révolter contre le président élu Donald Trump s'il ne respecte pas ses promesses de campagne électorale, a rapporté mardi le Guardian.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2016-12-29 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Attentat de Berlin : des appels pour honorer le chauffeur polonais qui a pu minimiser les dégâts du Djihadiste
Une pétition, adressée au président allemand Joachim Gauck, est mise en ligne sur internet et déjà signée par 38.000 personnes demande la reconnaissance à titre posthume du conducteur polonais qui a pu avec son acte héroïque de désobéir aux ordres du djihadiste  pour minimiser les dégâts humains. «Grâce à cet acte héroïque, il a probablement sauvé la vie de beaucoup de personnes», affirme notamment le texte de cette pétition.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2016-12-27 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Kuwait : son ambassade aux EUA annule ses contrats avec les hôtels du prince Al-Walid ben Talal et signe avec les hôtels de Trump
Selon le journal américain The Hill, l'ambassade du Koweït aux états unis aurait changé l'emplacement d'un événement d'un hôtel de Four Seasons appartenant au saoudien Al-Walid ben Talal au nouveau hôtel de Donald Trump à Washington, D.C. Pour rappelle Trum et Talal ont échangé des insultes virulentes lors de la compagne électorale, où Trump avait dit à Talal, si je gagne les élections américaines je te laisserai pas faire de l’argent sur le sol américain pour financer le terrorisme.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2016-12-20 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Turquie : Libération des députés du HDP placés en garde à vue ! Lutte unie contre la politique répressive du régime du Erdogan!
Un nouveau seuil est franchi dans la mise en œuvre du projet présidentiel d’Erdogan : selon la déclaration du ministère de l’intérieur, des mandats d’amener ont été émis contre treize députés du Parti démocratique des peuples (HDP).... Lire la suite - - Auteur: Parti de la Démocratie Ouvrière - Date : 2016-12-19 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Le Supertanker américain contre incendie a atterri en Israël
Le plus grand avion aérien de lutte contre l'incendie dans le monde, le Supertanker américain, a atterri en Israël. Le Supertanker est modelé après le Boeing 747, et est capable de transporter jusqu'à 19.600 gallons soit 73.000 m3 de retardateur ou d'eau.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2016-11-25 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 
Israël se brule et ses voisins arabes se réjouient
Des tempêtes de feux se répandent à travers Israël. Ils sont les pires dans l'histoire du pays. Les autorités ont fait évacuer des dizaines de milliers leurs maisons. Les aides de défense contre incendie commencent à arriver de Turquie, Grèce et Russie.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2016-11-24 - Source : Le journal le Monde Amazigh

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.