Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

En raison du divorce consommé entre le pouvoir algérien et la Kabylie, l’autonomie est une nécessité vitale

 

L’Opinion: Vous êtes président d’un mouvement qui proclame l’autonomie d’une partie du territoire algérien pour des causes identitaires et culturelles. Êtes-vous conscient des défis et entraves qui se dressent sur votre chemin en face d’un système qui vous accuse de trahison et de dépendance ?

Ferhat Mehenni: Le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) prône l’autonomie régionale pour éviter l’implosion de l’Algérie. Nous sommes un mouvement pacifique qui table sur l’action démocratique pour parvenir à nos objectifs. Que le régime militaire algérien nous diabolise, il est dans son rôle. C’est dans sa nature de jeter l’anathème sur tous ceux qui s’opposent à lui. Il a peur de l’effet de contagion sur les autres régions du pays. Quant à la société kabyle, elle a très vite montré de l’intérêt pour la revendication autonomiste et c’est ce qui nous a encouragé à continuer sur notre lancée. Cela fait plus de huit ans maintenant que nous existons. Nos efforts ont fini par être couronnés de succès puisque le 20 avril 2009, à l’appel du MAK, plus de 20 000 personnes sont descendues dans les rues de Tizi-Ouzou. D’autres démonstrations sont à l’ordre du jour de cette année et montreront notre ancrage réel au sein de la société kabyle.
Nous sommes conscients des défis que nous relevons et nous en assumons les risques. Je vous rappelle qu’en juin 2004, on a déjà assassiné mon fils aîné pour me châtier de ma témérité à avoir revendiqué cette autonomie régionale. Mais quand on a la force de ses convictions, le cours de l’histoire ne s’arrête pas devant des écueils, quels qu’ils soient.

L’Opinion: Une partie de la presse algérienne vous accuse de militer pour le compte du MOSSAD et d’Israël. Que répondez-vous ?

Ferhat Mehenni: Ce sont les services algériens qui opèrent derrière des prête-noms journalistiques pour riposter à notre succès le 26 mai à la tribune des Nations Unies. La seule parade que le régime ait trouvée c’était de dire que nous nous réunissions avec le Mossad et la CIA à l’ambassade d’Israël à Paris. J’ai engagé des poursuites judiciaires à ce sujet. La justice algérienne ne s’est pas encore prononcée.
Mais puisque vous m’en donnez l’occasion, je démens solennellement ces allégations mensongères. D’ailleurs, dans le même article qui se retrouve sur tous les sites internet islamistes dans lesquels des appels au meurtre contre ma personne sont lancés, la télévision marocaine a été citée comme le média à travers lequel j’aurais annoncé un congrès du MAK pour le mois d’août dernier et pour déclarer la guerre à l’armée algérienne. Une pure invention du DRS pour diaboliser le MAK et son président. Vous voyez, si on s’en tient à ces assertions, cela aurait fait bientôt six mois depuis que le congrès aurait dû se tenir et la guerre être déclarée, il n’en est rien. Les mensonges sont toujours rattrapés par le temps.

L’Opinion: Vous faites constat de l’état de divorce politique consommé entre la Kabylie et le pouvoir algérien, est-ce une raison valable et suffisante pour revendiquer l’autonomie alors que le différend peut paraître d’ordre strictement culturel? Ne craignez vous pas le pire?

Ferhat Mehenni: C’est parce que le divorce est consommé entre le pouvoir algérien et la Kabylie que l’autonomie est autant une nécessité vitale qu’un moindre mal à ce qui risque d’arriver, si la situation stagnait. Nous sommes plutôt une soupape de sécurité contre la dislocation du pays. Sans le MAK et sa revendication autonomiste, cela irait droit vers la désintégration de l’Algérie. C’est la politique du régime algérien, calquée sur le modèle serbe en ex-Yougoslavie, qui va nous conduire à l’irréparable. Avant qu’il ne soit trop tard, je lance un appel aux décideurs du pays pour prendre en compte notre revendication.. Le MAK est un mouvement qui leur tend la main pour une solution politique de raison, à même d’éviter les drames inscrits dans la logique qui a prévalu en ex-Yougoslavie jusqu’ici.

L’Opinion: Vous avez soutenu le plan d’autonomie au Sahara proposé par le Maroc pour mettre fin au conflit artificiel qui l’oppose au Polisario. Par cette prise de position vous vous êtes opposé à la position officielle du gouvernement algérien qui est totalement contre les intérêts au Maroc. Croyez vous que l’Algérie s’oppose a la proposition marocaine par peur d’être dans le futur contrainte de s’y conformer pour le cas de la Kabylie et des touaregs au sud ?

Ferhat Mehenni: Je m’oppose à la position officielle du régime algérien sur la base de valeurs et de réalisme. Je suis contre la guerre et l’effusion de sang. La proposition marocaine d’une autonomie régionale pour le Sahara me parait plus empreinte de sagesse que l’attitude rigide du gouvernement algérien sur la question. Elle est moralement supérieure à la guerre. Pour que les efforts de nos peuples soient orientés vers la construction de nos économies respectives, de nos cultures et de nos identités, nous avons tous besoin de paix. Je n’ai pas le droit de me prononcer à la place des autres, mais si j’étais un dirigeant du Polisario j’en aurais accepté au moins le principe. Le reste est du domaine de la négociation.
Si le gouvernement algérien, dans les jours à venir, propose au MAK de négocier les modalités de l’autonomie régionale pour la Kabylie, nous accepterions volontiers.

Par ailleurs, sur le plan de la simple logique et du bon sens, comment se pourrait-il que le MAK qui revendique une autonomie pour la Kabylie viendrait à s’opposer à la proposition marocaine de même nature pour la région du Sahara? Il le ferait au nom de quelle cohérence?

L’Opinion: Est ce que vous pensez que vous avez les moyens humains et financiers pour aller jusqu’au bout dans votre lutte qui s’annonce longue et périlleuse ? Quels sont vos appuis à l’intérieur comme à l’extérieur de votre pays?

Ferhat Mehenni: Nous comptons avant tout sur nous-mêmes pour mener notre combat à son terme. Quels que soient les soutiens amicaux que nous puissions recevoir, il n’y a que le terrain qui, en dernière instance, déterminera le rapport de force par lequel on obtient une victoire. Notre volonté d’aller jusqu’au bout de cette revendication est suffisante pour cet objectif. Nous souhaiterions cependant que tous les Nord-Africains, riches de leurs nombreuses identités, aillent ensemble vers la généralisation des autonomies régionales là où cela est nécessaire. Nous construirons un ensemble géopolitique autrement plus solidaire et plus viable que la misérable UMA où l’ont se fait un malin plaisir à se piéger les uns les autres au lieu de se concerter sur la meilleure manière de construire un avenir viable pour tous les peuples de cette région du monde.

L’Opinion: Vous êtes le leader d’un mouvement autonomiste mais on vous reproche d’être constamment hors des frontières de l’Algérie. Où se conçoit l’essentiel de votre lutte ?

Ferhat Mehenni : J’étais sur le terrain de 2001 à 2009. Depuis qu’on amnistie en Algérie les criminels de sang, les terroristes islamistes d’El Qaeda, Bouteflika et consorts se sont tournés, pour leur passe temps favori, vers la répression des démocrates et surtout des autonomistes. Après m’avoir assassiné mon fils âgé de 30 ans en juin 2009, ils m’ont exilé par la grâce d’un mandat d’arrêt qui ne repose sur aucun argument juridique hormis celui de mettre en prison un opposant gênant pour eux.

Mais la lutte pour l’autonomie de la Kabylie n’est pas une propriété personnelle, un intérêt privé. C’est le combat du peuple kabyle qui donne à son cadre de lutte le MAK, des femmes et des hommes de qualité. Ce sont ces derniers qui œuvrent chaque jour avec abnégation et conviction à faire de l’autonomie kabyle une réalité. Grâce à eux, la marche du 20 avril dernier a drainé pas moins de 20.000 personnes dans la rue à Tizi-Ouzou pour porter ensemble cette revendication autonomiste.

L’autonomie régionale n’a jusqu’ici, jamais disloqué un pays. Au contraire, nous sommes le meilleur rempart contre ce danger. Que chacun se le dise: Le MAK est une solution et non un problème. Il est la paix et non la guerre.

L’Opinion: Vote approche pour l’autonomie de votre région s’accorde dans divers points et principes avec la proposition marocaine d’autonomie de ses provinces du Sud. Est-ce une simple coïncidence? Ou est-ce que vous y êtes référencé pour élaborer votre projet de l’autonomie pour la Kabylie ?

Ferhat Mehenni: Honnêtement, je ne me suis pas posé la question de savoir qui du Maroc ou du MAK a été le premier à faire cette proposition d’une autonomie régionale. Cette question n’a pas de sens pour moi dans la mesure où cette solution n’a été inventée ni au Maroc ni en Kabylie. Elle est déjà en vigueur depuis longtemps dans de nombreux pays développés. Aujourd’hui, même le Soudan confronté à une guerre identitaire entre Sud et Nord depuis des décennies, vient de trouver un compromis entre belligérants pour une autonomie du Sud-Soudan.
Par ailleurs, les conceptions et les applications de l’autonomie sont différentes d’un pays à un autre. De ce fait, celle que revendique le MAK peut recouvrer une autre réalité que celle que prévoit le Maroc pour sa région du Sud.


Auteur: Journal l'opinion
Date : 2010-01-18
Source : Journal l'opinion


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Journal l'opinion
Envoyer l'article à un ami
Article lu 14115 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: lenumidien Le : 2010-01-18
Titre: la numidie ressucite? viva!!!! vive imazighens
Pays: Belgium  

puisque les arabes ne reussissent pas ? fonder le maghreb uni (inchaallah il ne verra jamais le jour ,,amine) creons la numidie des peuple amazighe  
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: moha??ed hifad Le : 2010-01-19
Titre: Ignore-t-il cette r?alit
Pays: Morocco  

Je me demande comment si Ferhat Mehenni a accept? cette interview de la part d'un journal appartenant au parti ennemi num?ro un des amazighs au Maroc depuis le protectorat et ? ce jour.Ignore-t-il cette r?alit? ?Ils ?taient et restent les initiateurs et les d?fenseurs acharn?s de l'arabisation et de l'islamisation au Maroc ,ce qui a port? un coup fatal ? notre langue, notre histoire et notre culture.Par d?ontologie et solidarit? il faut boycoter les m?dias ennemis de la cause amazighe!

mohammed Hifad.
 
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: rayah Le : 2010-05-04
Titre:
Pays: Algeria  

il y avait iooopersonnes qui se promenaient a \"\"l\'appel du mak\"\".
ton fils (que dieu est son ame ) tt le monde sait et toi en parti-
-culier de qoiu il est mort . NE fait pas de lui un moudjahide c\'est
une honte .
 
 
 

 
Commentaire N° : 4
Par: jugurta Le : 2010-06-04
Titre: amazir
Pays: Algeria  

vive nous vive farhat et matoub lounes  
 
 

 
Commentaire N° : 5
Par: Brahim de seine et marne Le : 2010-08-08
Titre: Ferhat ne repr?sente que lui-m?me.
Pays: France  

Bonjour Messieurs. Avant d\'attribuer un statut quel qu\'il soit ? quelqu\'un il est sans doute utile d\'en savoir un peu plus sur lui.
Ferhat est quelqu\'un qui ne peut rep?senter les kabyles et encore moins tous les b?rberes ni agir en leur nom. Quelqu\'un qui n\'a d\'ambition que d\'acc?der ? des postes de pouvoir ne peut apporter de perspective ? un peuple qui a besoin de projets s?rieux et porteurs d\'avenir. Ferhat ne fait que tenter une nouvelle fois d\'obtenir des subsites du pouvoirs alg?rien. Apr?s avoir tent? sa chance sans succ?s en rejoignant les soutiens de la r?volution agraire de Boum?dienne (qui traite les kabyles de racistes) puis avoir ?t? ?ject? du RCD par le syst?me politique Alg?rien qui lui a pr?f?r? Said SAADI le voil? qu\'il tente sa chance avec les kabyles car il se croit en terrain concquis, lui qui a fait perdre une ann?e scolaire aux jeunes kabyles. Pour ?tre representant d\'un peuple il faut en avoir la stature et avoir des convictions bas?es sur l\'int?r?t g?n?ral et non sur des ambitions personnelles !
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 5e64ud60 ici :  
 
 

 

D'autres articles :




Interview avec le grand chanteur Amazigh AKLI D à Marrakech
Auteur: Samir N'ayt OUIAZAN - Date : 2015-02-26 - Source : Journal l'opinion

Que Dieu bénisse l'Afrique et les africains
Auteur: Omar Louzi - Date : 2014-01-20 - Source : Journal l'opinion


Entretien avec un islamiste sur le Tamazight
Auteur: Omar Louzi - Date : 2013-11-03 - Source : Journal l'opinion

La langue berbère-tamazight ne mourra pas...
Auteur: S.A - Date : 2009-12-24 - Source : Journal l'opinion

Interview de Chabane Mourad, membre du conseil national du MAK
Auteur: Chabane Mourad - Date : 2009-12-06 - Source : Journal l'opinion


Berbéritude, francité : même combat
Auteur: Khacer Ouramdane - Date : 2009-11-19 - Source : Journal l'opinion

Ahmed Adghirni en direct avec vous
Auteur: Moha Bouwawal - Date : 2009-10-06 - Source : Journal l'opinion


Premier "opus de Tamazghra" composé par ferroudja
Auteur: Dalil Amazigh - Date : 2009-05-13 - Source : Journal l'opinion

Saïd Sadi : «je réitère notre appel à l'union avec le FFS»
Auteur: Sonia Lyes - Date : 2009-01-21 - Source : Journal l'opinion

La laicïté : un entretien avec Halim Akli
Auteur: Youri K - Date : 2008-12-30 - Source : Journal l'opinion

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.