Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

De l’asthénie linguistique à la violence dans notre système éducatif


Si on croit aux gesticulations de nos décideurs et politiques qui ne considèrent que l’écume des choses. L’abdication des actes de violence ne demande que la mainmise sur les instruments de la violence ; cependant son boucanage n’est que sous la cendre, une simple étincelle l’embrase; et son éradication devient utopique de plus en plus que les réformes contournent autours de la problématique identitaire qui se définit soit par rapport à la colonisation soit par rapport à l’idéologie arabo islamisme. La politique linguistique des décideurs fait que les langues marocaines (amazighe et darijas) meurent. Conséquence, on adopte l’arabe classique et le français. Ce qui est grave au Maroc, c’est qu’on se définit comme arabophone ici et francophone là-bas !

En effet nos enfants - je dis bien nos enfants - passent à l’acte de violence plus vite et plus fort, ce n’est pas parce que ni nous ni leurs maîtres n’avons su leur transmettre la capacité de mettre pacifiquement en mot leur pensée pour l’Autre, mais c’est la schizophrénie identitaire que l’enfant reçoit à l’école le conduit à méconnaître à la fois sa face et celle de l’interlocuteur ; d’où neuf élèves sur dix environ quittent aujourd’hui notre système scolaire en situation d’insécurité linguistique et d’un « je » humilié. Ils sont incapables de dire leur pensée au plus juste de leurs intentions ; ils sont tout aussi inaptes de recevoir la pensée d’un autre avec autant de bienveillance que de vigilance. Leur drame n’est pas de ne pas savoir parler selon les règles, leur drame est que l’école n’a pas su leur donner le respect de « je » afin d’avoir le goût de l’Autre. Le « je » humilié engendre trois principaux types de violence verbale : la violence fulgurante, la violence polémique et la violence détournée ; L’insécurité linguistique, parce qu’elle condamne les élèves à une incarcération admise, à une communication rétrécie, rend difficile toute tentative de relation pacifique, tolérante et maîtrisée avec un monde devenu hors de portée des mots, indifférent au verbe. Réduite à la proximité et à l’immédiat, la parole n’a plus le pouvoir de créer un temps de sereine négociation linguistique seule capable d’éviter le passage à l’acte violent et à l’affrontement physique. Cette parole alors éruptive n’est le plus souvent qu’un instrument d’interpellation brutale et d’invective qui banalise l’insulte et annonce le conflit plus qu’elle ne le diffère. Confinée dans le cercle étroit des «alter ego», elle n’autorise que de rares perspectives d’analyse et de problématisation.

Ces accès linguistiques peuvent être appréhendés dans un cadre théorique interdisciplinaire par la découverte, en 1996, par Rizzolatti et son équipe, des neurones miroirs. Par la suite, de nombreuses recherches ont permis de distinguer différents types de neurones miroirs chez le singe (Rizzolatti & Sinigaglia). Il y a ceux qui rendent compte des gestes transitifs, c’est-à-dire l’observation des gestes directs, orientés vers un objet comme prendre une banane et la manger : neurones digestifs. Et il y a ceux qui rendent compte des gestes intransitifs, c’est-à-dire l’observation des gestes qui appartiennent au répertoire des comportements communicatifs comme la protrusion labiale chez les singes : neurones communicatifs.). L’étude des activités motrices révèle que les réseaux de neurones permettent non seulement de réaliser une action, mais chez un observateur, ces mêmes réseaux de neurones simulent l’action. Les expériences intersubjectives auraient alors une base motrice créant des liens partagés (Le système de neurones miroirs chez l’homme semble posséder les propriétés suivantes : il code les actes moteurs transitifs et intransitifs ; il est capable de sélectionner aussi bien le type d’acte que la séquence des mouvements qui le composent : « son rôle principal est de nous permettre de comprendre la signification des actes d’autrui »).

Sachant que dans le cadre de la communication, la situation est à la fois langagière et gestuelle et la situation gestuelle est elle-même langagière. La compréhension des intentions d’autrui s’appuie sur la sélection automatique de ces stratégies d’action, qui, sur la base de notre patrimoine moteur, apparaissent chaque fois les plus compatibles avec le scénario observé. Le système des neurones miroirs et la sélectivité de leurs réponses déterminent ainsi un espace d’actions partagées, à l’intérieur duquel chaque acte et chaque chaîne d’actes, les nôtres et ceux d’autrui, apparaissent immédiatement inscrits et compris ». Il en serait de même en situation énonciative. Lors des échanges verbaux et non verbaux, nous réajustons mutuellement nos propos en fonction des différentes compréhensions : il y aurait « mise en miroir » par le jeu du système des neurones miroirs. De cette situation gestuelle et langagière acquise dans son environnement naturel l’enfant marocain confronte à l’école une situation langagière qui n’est pas la sienne et qu’on lui impose (enseignement de la langue arabe classique comme langue maternelle),ainsi s’il n’a pas subi un enfermement il produit non seulement de violence verbale constitutive par exemple d’insultes mais aussi de violence verbale constitutive d’un énoncé déviant au déroulement normé de l’interaction pédagogique et didactique.
Langue arabe classique comme facteur de l’impuissance linguistique.

M. Jabri estime que le déséquilibre de l’arabe classique remonte à l'ère de sa transcription, et depuis qu’il formait le cadre referenciel de la raison arabe ; à savoir l'époque dans laquelle l’arabe classique se troqua d’une langue bédouine vers le niveau de la science d’une manière artificielle et l'invention de signes afin d’éviter la confusion au sujet de son écriture ... Tout cela ne peut être décrit par moins de la mise en place d'une nouvelle langue arabe classique dénaturées : est ce à La méthodologie de khalil basant sur la sonorité musicale inventa selon les historiens 12305412 mots en regroupant les 28 alphabets dans toutes les combinaisons possible en chassant chaque terme qui ne répond pas à son goût.
Cependant La neurologie nous a appris que, lorsque nous sommes en situation d’ interaction, il est nécessaire de savoir prendre de la distance avec son propre interactant et plus globalement avec le contexte lui-même afin de continuer à être maître de son niveau de langue. En milieu scolaire on trouve ici l’un des enjeux fondamentaux de l’interaction pédago-didactique et plus spécifiquement de la relation interpersonnelle. Tandis que la langue arabe ne possède pas des zones de pratiques suffisamment voisines et cohérentes et son fonctionnement énonciatif en interaction (prise en compte de l’autre/des autres et des choses, des circonstances –temps et lieu-).

Cette impuissance linguistique impose alors que l’on utilise d’autres moyens pour imprimer sa marque : on altère, on meurtrit, on casse parce que l’on ne peut se résigner à ne laisser ici-bas aucune trace de son éphémère existence.
L’impuissance linguistique amorce la violence des frontières ; et les frontières sont des points de partage et de séparation, elles traversent désormais le corps, le territoire de l’Etat, la société, la langue. Elles sont les lignes possibles de la violence.

L’impuissance linguistique est La condition confortable et constitutive de la « population non-truchement » relève d’une exclusion constituante de la langue elle-même.





Auteur: Rinas Bouhamdi
Date : 2013-07-04
Source : Rinas Bouhamdi


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Rinas Bouhamdi
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11490 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: fatima najib Le : 2010-03-03
Titre:
Pays: Morocco  

c est bon je crois que cette une iniative importante pour savoir les droits de la femme.  
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: DASSARI Mohamed Le : 2010-03-06
Titre: Femme Amazighe...au Magheb Arabe?
Pays: Morocco  

Je suis navr? en tant que Berb?re de pur-sang, de devoir me montrer une nouvelle fois quelque peu s?v?re dans ma position comme ? l\'accoutum?e, eu ?gard au ph?nom?ne de multiplication de tenues de: \"colloques, de conf?rences, de tables-rondes, de soir?es de po?mes\" etc... etc... sur l\'existence, l\'histoire et la civilisation des Berb?res sur leur terre ou l\'Afrique du Nord.
En effet je constate qu\'aujourd\'hui O6 Mars 2O1O va se tenir un colloque sous forme d\'une table ronde, consacr? ? la situation de la femme Berb?re comme ?l?ment de participation ? la vie active du pays et ? son d?veloppement en g?n?ral.
Cette table-ronde se tient ? Marrakech et organis?e par 2 Associations en l\'occurence \"IMAL et AFOULKI\" qui probablement, feront publier plus tard, les conclusions de leurs d?lib?rations finales, afin que le public Berb?re et l\'opinion en g?n?ral en seront inform?s.
Seulement mon point-de-vue personnel diverge compl?tement de la continuit? d\'organisation de telles assises qui ne contribuent en rien ? la propulsion de l\'affaire des Berb?res Marocains ? pouvoir se rendre libres avec leur Etat souverain, comme ils ?taient jadis ou du temps de leurs anc?tres et avant l\'invasion \"Arabos-Musulmanes\" du 7 ?me. si?cle, avec l\'occupation et la tentative continue de transformer notre identit? Amazighe.... en identit? Arabe.
Parall?lement ? la tenue de cette table-ronde de Marrakech, se tient aujourd\'hui m?me ? GRANADA/Espagne; la rencontre entre \"Union Europ?enne et le Maroc\" sur le pr?tendu STATUT AVANCE, reconnu ? l\'Etat Marocain ratifi? (avec r?serve...) le 13/1O/2OO8 et mis en vigueur depuis Mars 2OO9?
Cependant en raison d\'une multitude d\'Associations ? caract?re Amazigh qui b?chent partout et diff?remment, sans jamais parvenir ? \"unifier\" leurs efforts en participant ? de telles manifestations internationales, pour savoir sous quelle \"identit? g?ographique\" les repr?sentants des Gouvernants du Maroc vont-ils se pr?senter? Est-ce qu\'ils vont s\'exprimer en Etat Africain ou Arabe? Vont-ils reconnaitre que le Maroc et l\'Afrique du Nord en g?n?ral ne JAMAIS ?t? et seront JAMAIS le Maghreb Arabe!
Alors je vous laisse le soin d\'essayer de mieux orienter vos d?bats dans ce sens, car de telles rencontre, bas?es toujours sur l\'?tude de notre histoire, sans jamais penser ? la LIBERATION DE L\'ETRE AMAZIGH comme tous les autres peuples libres; ne sera compt? que comme du temps perdu?
Je vous remercie par avance de ne pas m\'en tenir rigueur, si au hasard je pourrais heurter certaines susceptibilit?s.

Sign?: DASSARI Mohamed (Agadir/Souss).
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant x1wujd9l ici :  
 
 

D'autres articles :

 
Traduction de la préface (Tazwart)
Il est bien connu que dans l'histoire des peuples, rien n'est définitivement acquis ni figé pour toujours, qu'il s'agisse de conflits de délimitation de frontières entre nations, de luttes idéologiques, de lignes politiques ou économiques ou de religions. Tant qu'il y a des Hommes qui luttent, des peuples unis ou ennemis, ils peuvent à tout moment changer le cours des choses et tracer la voie qui correspond à leurs intérêts. L'histoire est vivante, mouvante, comme le sont les humains.... Lire la suite - - Auteur: U Lamara - Date : 2016-08-11 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
La glottophagie linguistique de la langue amazighe
1936466_1039814342728573_3565411105731805000_n.jpgLe néologisme de la glottophagie linguistique comme étant un concept sociolinguistique  consacré aux situations coloniales. Est un terme très proche au cannibalisme linguistique de (jean du Bois)  et de l anthropophagie linguistique de Houis mauris dans son ouvrage intitulé l anthropophagie linguistique de la Afrique noire. L auteur  critique la description linguistique de Delafosse et Westramane, en confirmant que cette description porte une caution savante a la politique coloniale, c est à dire la compromission de la science et dela politique ». ... Lire la suite - - Auteur: Lhoussaine Outouganne - Date : 2016-06-17 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
Manuel de L'Amazighe marocaine du capitaine Justanard
Le précieux Manuel de la langue Amazighe  (variante du Maroc le Tachelhite) établi par le capitaine Justanard. Vous pouvez le télécharger du lien suivant... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2015-12-13 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
Une école pour demain
A plusieurs reprises nous voyons les Amazighs du Maroc manifester contre ceci ou cela pour avoir droit à un enseignement digne, accompli et valorisant de leur langue "tamazight". Ils ne se rendent pas compte qu'en restant sur des schémas anciens cela  n'est pas possible. Le seul objectif de l'Education Nationale marocaine est de maintenir les Amazighs dans le sous-développement en les coupant de leur racines et de leur identité . Cela est encore plus flagrant quand ce système veut leur faire croire qu'il leur donnera les moyens pour réussir leur formation en tamazight alors qu'il ne cherche qu'à les dégoûter. ... Lire la suite - - Auteur: id Bawziki - Date : 2015-11-08 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
La ''DARIJA'' va-t-elle tuer TAMAZIGHT ?
Il suffit de regarder la société marocaine dans sa vie courante pour s'apercevoir que la ''Darija'' est la langue nationale la plus répandue et la plus usitée. Elle dépasse de loin toutes les autres langues que ce soit l'arabe littéraire, le français ou encore Tamazight.... Lire la suite - - Auteur: id Bawziki - Date : 2015-02-02 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
EST-ELLE POSSIBLE UNE STANDARDISATION PROPREMENT AMAZIGHE?
Faut-il revoir les autres méthodes appliquées aux autres langues et imaginer une standardisation spécifiquement amazighe vu la réalité particulière et le statut particulier de cette langue à travers l’histoire ? Pour parler de l’amazighe au Maroc, il faut situer cette langue au sein du marché linguistique. Ce dernier est plurilingue dont  l’amazigh fait parti. Le problème de la standardisation de l’amazighe n’est pas uniquement intrinsèque, inhérent à la langue, lié uniquement à la norme, mais aussi extrinsèque dépendant de la place de cette langue au sein de la politique linguistique au Maroc.... Lire la suite - - Auteur: El Hossaien FARHAD - Date : 2014-04-06 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
Ayyouche et Laroui dans la confusion des langues
Au commencement fut le verbe, nous dit la Bible. Dieu ordonna que le monde soit et le monde fut. Le verbe est donc à la base de la création, il a une fonction démiurgique au sens large. La pragmatique et l’énonciation le confirment. L’histoire témoigne : le mythe de la Tour de Babel est révélateur du poids des langues dans l’évolution de l’humanité. La diversité des langues relativise la prétention de certaines d’entre elles à s’ériger en idiome suprême et divin. Toutes les langues se valent en tant que vecteur de la communication et réceptacle d’une culture et d’une civilisation. Tout le reste est littérature.... Lire la suite - - Auteur: Moha Moukhlis - Date : 2013-12-05 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
Cause amazighe : Naissance, disparition et résurrection de la revue Abc Amazigh. En blog
“Cher frère,
Ta lettre si émouvante qui, pour moi, représente non seulement une prise de contact mais un appel ou, plutôt, une réponse à un appel de la pensée et du cœur que je ne cesse de lancer depuis ma tendre enfance.  Il y a, en nous, tant d’espaces à combler, de contraintes à effacer comme de mésententes à conjurer. Il est temps, c’est vrai, de nous rencontrer, de nous voir en profondeur et, surtout, de nous comporter en frères, car le temps passe et nous n’avons plus beaucoup de temps pour sauver ce qui doit l’être.
... Lire la suite - - Auteur: Smaïl Medjeber - Date : 2013-11-06 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
Le tamazight : à la conquête des technologies de pointe
Décidément, la langue amazighe ne se refuse plus rien! Et c’est le moins que l’on puisse dire ! Après Windows 8 qui l’a intégrée dans son système, malgré les manigances amazighophobes de dernières minutes de quelques actionnaires arabes de Microsoft, voilà la très active organisation Tawalt et la très dynamique fondation Tirggwa qui en rajoutent. Et de quelle manière ! ... Lire la suite - - Auteur: Lahcen oulhadj - Date : 2013-10-14 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 
Richesse lexicale dans la diversité sémantique de Tamazight
La langue, en tant qu’ensemble servant à transmettre et les messages et les idées, est un instrument de communication usité par les membres d’une communauté linguistique. Une communauté est toujours soumise aux différents et divers facteurs tels l’histoire, l’économie et la politique ; elle est aussi influencée par l’étendue géographique. Les liens qui unissent la langue et la société sont très étroits à tel point qu’il est impossible de parler de la langue sans parler de la société. Et la langue reste toujours le résultat des situations sociales, culturelles, économiques… et politiques qui se suivent dans le temps et dans l’espace. Ainsi, la langue qui réfléchit la situation existentielle de la communauté linguistique, n’est jamais... Lire la suite - - Auteur: Nat Mzab - Date : 2009-09-10 - Source : Rinas Bouhamdi

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.