Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Niger : Entretien avec le chef du parti politique MDR Tarna Dr Adal RHOUBEID


Nous reproduisons cet entretien réalisé par un confrère avec le chef du parti politique le mouvement Démocratique pour le Renouveau - MDR-Tarna, qui veut dire le triomphe (Tarna) en Amazigh touareg.


Bonjour Monsieur le Président ! Présentez-vous à nos lecteurs !

Je m appelle Dr Adal RHOUBEID je suis médecin de formation et Président du MDR Tarna.

- Définissez-nous le parti MDR TARNA !

Le Parti MDR TARNA c’est le Mouvement Démocratique pour le Renouveau. TARNA est un mot tamasheq qui signifie Triomphe. Triomphe de la justice, Triomphe de la liberté.

- Pourquoi votre choix du combat politique ?

Nous avons choisi le combat politique pour la justice, la liberté car pour nous c’est notre devoir le plus sacré. En tant que médecin nous avons été confrontés aux souffrances insoutenables et multiformes vécues par notre peuple. En particulier sa composante rurale. Nous ne pouvons rester insensibles à tant d’injustice sociale, de misère humaine, de mal gouvernance dont la cause n’est pas seulement l’incompétence de certains hommes qui ont eu à diriger la destinée du Niger mais aussi et surtout le manque de la fibre patriotique. Pour diriger une nation, il faudra au préalable l’aimer.

- Qu'est-ce que TARNA propose de nouveau aux Nigériens ?

Les propositions politiques de TARNA partent d’un constat amer : En plus d’être surendetté, la politique de notre pays est dictée par les puissances impérialistes, qui se servent d’une classe politique profondément corrompue et sans réelle ambition pour leur pays. Devant l’attentisme et l’absence de volonté politique des dirigeants actuels pour sortir notre pays du marasme économique et social, il nous paraît urgent de prendre les choses en mains. Ainsi, le MDR TARNA se propose de transformer radicalement le NIGER afin d’en faire une nation libre et prospère en revenant vers des valeurs qui ont fait leur preuve ailleurs : démocratie, bonne gouvernance, développement, bien-être social. Dans cette perspective, nos priorités seront la lutte contre la corruption qui gangrène l’Etat par tous les moyens légaux nécessaires ; la redéfinition d’une politique économique qui sera centrée sur l’intérêt de notre peuple ; le choix rationnel sans influence ni contrainte néocoloniale, des meilleurs partenaires pour l’exploitation de nos richesses nationales et leur juste répartition entre les citoyens. Je ne vais pas finir sur cette question sans évoquer une autre des priorités de MDR TARNA celle de l’éducation car elle est pour nous la meilleure arme qui permettrait à notre peuple de faire des choix éclairés mais aussi de défendre toujours sa souveraineté.


- Bientôt les élections au Niger ! Etes-vous prêts pour y participer ?

Bien sur que nous sommes prêts à y participer et à tous les niveaux et ce quelques soient les difficultés ou aléas que nous pourrons rencontrer sur notre chemin. Eut égard à l’interchangeabilité des propositions creuses du pouvoir et de l’opposition, ce que l’on peut qualifier de politique de « bonnet blanc, blanc bonnet » auquel nous avons assisté ces vingt dernières années, nous proposons une politique différente, non plus basée sur des intérêts personnels mais une politique basée sur des idées novatrices, un projet de société clair et réalisable qui mettraient en avant l’intérêt du peuple.

-Vous dites être prêts à participer aux élections et ce à tous les niveaux, cela signifie t-il que vous êtes candidat aux élections présidentielles?

Notre nation est jeune et a soif de changement. Elle a besoin de leaders intègres et patriotes, des hommes capables de relever les défis auxquels elle est confrontée depuis plusieurs décennies. Donc toutes les options restent ouvertes. Notre participation aux élections présidentielles est du domaine du possible mais la décision finale sera guidée par l intérêt supérieure de notre Nation.

- S'il vous est demandé de vous classer entre les deux blocs politiques du Niger, la MRN et L'ARDR, dans quel camp seriez-vous ?

Nous pensons que la MRN et l’ARDR sont dans une large mesure les deux faces d’une même chose. Les deux blocs se plaisent à s’opposer, pourtant nous savons qu’ils ont géré l’un après l’autre si ce n’est ensemble ce pays les vingt dernières années. S’ils semblent s’opposer aujourd’hui c’est uniquement dû aux jeux d alliances malsains entre eux dans lesquels la survie politique des individus a été mise au-dessus de l’intérêt supérieur de la Nation. Et pour revenir à votre question, nous n’appartenons à aucun des deux blocs. Nous leur lançons plutôt un appel à la réconciliation et à l abandon des positions extrêmes dans l'intérêt de notre pays. Pour autant, le MDR TARNA reste ouvert à toute proposition qui privilégie l’intérêt supérieur de notre Nation.

- Le SAHEL est confronté à une crise de sécurité sur certaines de ses frontières ! Quelle lecture cela vous suscite-il ?

Le Sahel ou pour utiliser la terminologie courante la BANDE SAHELO-SAHARIENNE est devenue le théâtre d’affrontement des puissances qui gouvernent ce monde. Nous pensons que les causes profondes de cette instabilité doivent être recherchées dans la lutte des puissances néocoloniales pour le contrôle des ressources énergétiques. Il est clair que les djihadistes qui sévissent aujourd’hui sur cette bande ne sont pas des musulmans. Ils desservent de la manière la plus fragrante la cause de l’Islam qui est une religion de Paix. Il convient de garder à l’esprit que ces terroristes ont été parfois les alliés voire dans certain cas le bras armé de certaines grandes puissances étrangères avant qu’ils ne finissent par se retourné contre elles. Aujourd’hui ces terroristes sont à nos portes, il est de notre devoir et nous sommes décidés, au delà de la question de situer les responsabilités, de les combattre par tous les moyens nécessaires, avant qu’ils ne déstabilisent notre pays.

- D'aucuns taxent déjà TARNA d'être un parti au service d'une communauté ! Que leur répondiez-vous ?

C est de bonne guerre. En manque d’arguments sérieux, nos adversaires ne peuvent que puiser dans les fantasmes et les chimères dans leur tentative de porter atteinte à notre crédibilité. Mais ces tentatives seront vouées à l’échec car aujourd’hui le peuple Nigérien est politiquement mûr, pour faire ses propres choix en toute connaissance de cause et cela ne nous fait pas peur. Le MDR TARNA est un mouvement national dans lequel se retrouvent toutes les composantes de notre Nation et cela notre peuple le sait.

- S'il vous est demandé de vous adresser à la jeunesse nigérienne, que leur diriez-vous ?

Nous dirons à notre jeunesse livrée pendant longtemps à elle-même que l’heure de la rupture a sonné. Il est temps qu’elle prenne son destin en main. Nous avons la conviction que cette jeunesse est prête à faire sa Révolution : la Vraie, l’authentique. Le MDR TARNA a d’ailleurs été fondé pour servir de cadre à cette Révolution, cadre qui lui permettra d’écrire une partie de l’Histoire du Niger et au delà de l’Afrique tout entière. Ce serait l’histoire glorieuse telle que rêvée par les filles et les fils de l’Afrique depuis

- Avez-vous un dernier mot ?

Nous ne finirons pas cet entretien sans une note d’espoir. Nous sommes convaincus que le peuple Nigérien a acquis une maturité suffisante pour que sa jeunesse balaie d’un coup de main le système corrompu qui l’a pris en otage et le remplace par un nouveau qui tienne compte pour une fois de ses préoccupations. Un nouveau soleil s’est levé, un nouvel espoir est né. Cet espoir c’est le Mouvement démocratique pour le Renouveau TARNA.


Auteur: Amazighworld
Date : 2015-08-25


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Amazighworld
Envoyer l'article à un ami
Article lu 30871 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 4i8uujk9 ici :  
 
 

D'autres articles :

 
Sommet des peuples Amazighs: L'ex Algérie symboliquement enterrée dans les instances du CMA (Entretien avec Hocine AZEM, Vice-président pour le Pays kabyle)
Si un seul mot devait être retenu des travaux de la 7è session du Congrès Mondial Amazigh qui s'est déroulée du 24 au 26 juillet à Agadir, c'est incontestablement le mot "Ex-Algérie" qui le serait. En effet, le statut des peuples Amazighs qui composent "l'ex-Algérie" a fait l'objet d'âpres débats avant que la vice-présidence "Algérie" ne soit définitivement "enterrée" au profit des peuples et des pays catégorisés dans cette désormais "défunte" appellation. ... Lire la suite - - Auteur: Hocine AZEM - Date : 2015-07-28

 

 
Interview avec le grand chanteur Amazigh AKLI D à Marrakech
 : Nous les Kabyles, on a trop mélangé la politique qui nous a séparé et nous a éloigné de notre objectif, parce qu’une fois qu’on sépare un peuple y a plus d’amour ni fraternité. J’ai un conseil à donner aux artistes, on est là pour réunir les gens, il ne faut pas qu’on se prennes pour des politiciens, on est pas des politiciens, il faut qu’on défend des valeurs humaines, culturelles et historiques, et le temps fera les choses et le combat sera plus positif ; Mais, si on mélange la politique à la musique, ça peut .... » .... Lire la suite - - Auteur: Samir N'ayt OUIAZAN - Date : 2015-02-26

 

 
Que Dieu bénisse l'Afrique et les africains
Hier Dimanche 19 janvier, j'étais invité par l’évêque de Cathédrale Saint-Pierre de Rabat à intervenir sur le thème de la Migration ... à l'occasion de la 100ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié célébrée par L'Eglise catholique ... Après mon intervention, un ressortissant chrétien originaire de la cote d'ivoire qui s'appelle Jésus, est venu me voir et voici ma discussion avec lui:

... Lire la suite - - Auteur: Omar Louzi - Date : 2014-01-20

 

 
Entretien sur le Dahir Berbère à Marrakech : saviez-vous Monsieur qui avait signé ce Dahir?
Il y'a quelques semaines, j'étais invité pour une soirée chez un ami, dans sa grande villa à Marrakech ... l’homme, est connu dans la sphère industrielle, qui lui a permis de ramasser une fortune colossale ... elle consacre ses week-end ... à recevoir du Beau Monde ... et à organiser des fêtes faramineuses ... ou il invite ses amis et un max de jeunes femmes pour " faire jolie" disait-il ... ... Lire la suite - - Auteur: Omar Louzi - Date : 2013-11-05

 

 
Entretien avec un islamiste sur le Tamazight
Il y'a quelques semaines, j'ai été à la forêt de Hilton (Casablanca-Rabat) pour faire mon jogging matinal ... ce matin là, j'ai mis un Tee-shirt avec un un petit drapeau Amazigh sur la poitrine ... c'était un Tee-shirt qui m'a été offert par une amie canarienne lors de mon dernier voyage à Las Palmas ... J'ai commencé mon premier tour ... je croise un barbu qui courait dans le sens inverse ... j'ai remarqué qu' Il fixait le petit drapeau amazigh ... sur mon Tee-shirt ... il passe sans me parler ... 15 min après on se croise de nouveau et là, ils'arrête avant même que j'arrives à sa hauteur ... et me lance: " Salam 3laykoum!" et je répond :" Alikom Salam" ... je voyais qu'il voulais me dire quelque chose ... alors, j'ai pas hésité à m'arrêter tout en prenant quelques précautions d'usage ... ... Lire la suite - - Auteur: Omar Louzi - Date : 2013-11-03

 

 
En raison du divorce consommé entre le pouvoir algérien et la Kabylie, l’autonomie est une nécessité vitale
Une intreview avec Ferhat Mehenni réalisée par le journal marocain L'opinion (le porte parole du parti de l'Istiqlal). L’Opinion: Vous êtes président d’un mouvement qui proclame l’autonomie d’une partie du territoire algérien pour des causes identitaires et culturelles. Êtes-vous conscient des défis et entraves qui se dressent sur votre chemin en face d’un système qui vous accuse de trahison et de dépendance ?... Lire la suite - - Auteur: Journal l'opinion - Date : 2010-01-18

 

 
La langue berbère-tamazight ne mourra pas...
Interview de Abdelaziz Berkaï, enseignant de linguistique berbère à l’université de Bgayet (Bejaïa).
Parlez-nous de votre parcours ?Lorsque les manifestations du printemps berbère de 80 sont arrivées dans mon village (Raffour dans la wilaya de Bouira), elles m’ont surpris dans l’école primaire locale en train de subir un cours de langue étrangère. Les manifestants nous ont donc fait sortir dans la rue manifester et scander à haute et vive voix : « Imazighen ! Imazighen !... Ad nerreẓ wala ad neknu !... Je pense que ces évènements m’ont définitivement marqué. D’ailleurs au collège et au lycée, plus tard, avec trois autres élèves, nous avons crée un groupe (clandestin) de défense de la langue tamazight, avec des cartes d’adhésion et un sceau portant l’empreinte de l’emblématique lettre de l’alphabet tifinagh (Z). Etudiant à l’Université Mouloud Mammeri (en mathématiques), je faisais déjà des travaux sur le lexique de ma langue maternelle. J’ai toujours chez moi un gros cahier où sont consignées des noms de plantes en kabyle,
... Lire la suite - - Auteur: S.A - Date : 2009-12-24

 

 
Interview de Chabane Mourad, membre du conseil national du MAK
Azul agma, avant tout Tanemmirt Tamoqrant , Mourad est un kabyle fier de sa kabylité. Comme la plupart des dignes fils de notre grand peuple kabyle, je me suis engagé très tôt dans la lutte pour le recouvrement de notre droit identitaire sur la terre de nos ancêtres ! J’ai intégré ainsi les deux associations les plus actives dans le domaine culturel dans la région d’Aokas, à savoir Azday Adelsan N Aweqqas et Rahmani Slimane. Le boycott scolaire constituait pour nous, ...... Lire la suite - - Auteur: Chabane Mourad - Date : 2009-12-06

 

 
Interview de Tarik MIRA, député de Béjaïa et membre de la Commission des AE à l’APN, au sujet retentissement de la rencontre de football entre l'Algérie et l'Egypte.
Moubarak: Roi d'Egypte

Question : Le fils aîné du président Moubarak a qualifié le peuple algérien de sauvage, de barbare et de terroriste. Comment interprétez-vous cette diatribe ?
Tarik MIRA : le fils d’un président de la République doit plus que les autres avoir une attitude des plus respectueuses et essayer, dans ce contexte, de faire retomber la température. Il a préféré emboîter le pas à ces propres media qui, par ailleurs, sont sous contrôle, et ainsi créer un climat surréaliste par l’entretien d’une ambiance surchauffée. En acceptant de jouer le match du Caire au lieu de saisir la Fifa pour la délocalisation de cette rencontre, les autorités algériennes – politiques et non sportives – ont permis, entre autres, au fils Moubarak de tenir ce genre de propos. Quand on ne se donne pas de la prestance à la mesure de soi, on ne se fait pas respecter par les autres. ... Lire la suite - - Auteur: Tarik Mira - Date : 2009-11-28


 

 
Berbéritude, francité : même combat
Med Ouramdane Khacer est né dans un petit village de la Grande Kabylie, il y a 61 ans. Arrivé en France en 1970 en tant que réfugié politique, opposé au pouvoir algérien, ce vivace francoberbère n'a de cesse de se battre pour promouvoir sa double culture.
Il préside depuis 1985 l'association roubaisienne « Afus deg wfus », qui défend à la fois la berbéritude et les valeurs d'une république forte et formatrice.
... Lire la suite - - Auteur: Khacer Ouramdane - Date : 2009-11-19

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.