Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Le panarabisme en deuil, même les dirigeants palestiniens sont impliqués l’affaire Panama papers!


Les « Panama papers » révèlent l’ampleur de l’évasion fiscale des dirigeants et personnalités. Les dirigeants Arabes impliqués arrivent en tête de liste. Et ce qui est encore plus grave pour le panarabisme, c’est que même les dirigeants palestiniens sont impliqués. Le Vice-premier ministre Mohammad Mustafa (voir photo) ainsi que le fils du « président à vie » Abbas sont impliqués.

Mohammad Mustafa, Vice-Premier ministre palestinien et ministre de l’Economie nationale (2014-2015) ; vice-Premier ministre en charge des affaires économiques (2013-2014)
Mohammad Mustafa, président du fonds souverain palestinien (Palestine Investment Fund), est un proche ami du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas depuis la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza en 2007. Ancien cadre supérieur de la Banque mondiale, M. Mustafa entre au gouvernement palestinien en 2013 en tant que vice-Premier ministre en charge des affaires économiques. Un an plus tard, il occupe deux fonctions (vice-Premier ministre et ministre de l’Economie nationale) jusqu’à sa démission en mars 2015. A cette époque, il est chargé de la reconstruction de Gaza après les 50 jours de guerre de l’été 2014. Le magazine Foreign Policy a dit de lui qu’il était « l’homme le plus important de l’économie palestinienne ».

M. Mustafa est administrateur de la société Arab Palestinian Investment (Holding) Company Ltd. (APIC Holding) depuis mars 2006. Créée dans les îles Vierges britanniques en 1994, APIC Holding est la maison mère de la société homonyme Arab Palestinian Investment Company (APIC), fondée la même année par des hommes d’affaires saoudiens et palestiniens afin d’acheminer « des fonds et investissements depuis le monde arabe vers la Palestine ».

Les documents divulgués par le cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca ont révélé l’existence d’un « club » palestinien dont les membres sont liés au monde politico-financier de l’Autorité palestinienne, a rapporté vendredi le journal israélien Haaretz
Les documents de Panama (Panama papers) indiquent également que Tareq Abbas, le fils du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, détenait des actions d’une valeur de près d’un million de dollars dans une entreprise associée à l’AP.

Au cours des deux décennies qui ont suivi sa création, l’APIC a pris de l’ampleur pour devenir un « géant économique » de l’économie palestinienne. Elle a été active dans presque tous les domaines que ce soit ceux de l’alimentation, du matériel médical, des relations publiques, de l’automobile ou des centres commerciaux. Depuis 2014, elle est cotée à la bourse palestinienne. Le PDG en est Tarek Aggad, le fils de Cheikh Omar Aggad.
Depuis sa création en 1994, l’implication de l’Autorité palestinienne dans cette entreprise s’est également développée. L’AP ne détient pas directement des actions, mais le Fonds d’investissement palestinien (PIF), qui est lié au bureau d’Abbas, détient 18% des actions de l’entreprise tandis que Tarek Aggad en détient plus de 27%.


Auteur: Moha Bouwawal
Date : 2016-04-11


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Bouwawal
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10719 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant djp4dry0 ici :  
 
 

 
Ce que je crois
Une « civilisation » en déroute, repliée autour de ses minarets et scandant des slogans rhétoriques dont les dérives se traduisent par l’appel au meurtre et au terrorisme. C’est l’expression qui me semble adéquate pour qualifier la majorité des sociétés arabo-musulmanes aujourd’hui et qui sont en proie à des soubresauts inédits qui secouent leurs fondements. Elles refusent de regarder la réalité en face et se réfugient dans un discours accusateur creux qui tourne en rond.... Lire la suite - - Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2017-08-10

 

 
Emmanuel Macron : QUE SUIS-JE ET QUE PUIS-JE ?
Emmanuel Macron, jeune chef d’état « Jupitérien » a chamboulé les normes et les procédures d’antan, propres à l’élection du président de la république française ! du moins le pense-t-on ! Tout doit être rénové comme tout doit être neuf !... Lire la suite - - Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2017-08-08

 

 
L'amazighité vs l'arabo-islamisme
Les Amazighs qui continuent à supporters ou à adopter l'arabo-islamisme doivent savoir que cette culture est incompatible avec la leur. Tout le monde sait et voit autour de lui l'image donnée par l'arabo-islamisme : lutte intestine et fratricide , terrorisme, divisions , pouvoir totalitaire, hypocrisie, mégalomanie, despotisme etc..., il faut ajouter à cela une défiance internationale contre l'Islam et l'arabe. Même les pays arabo-musulmans se disent victimes, alors que c'est eux qui portent  les germes du terrorisme par leur croyance, dont il semble qu'ils en ont oublié les dogmes et la doctrine en l'abjurant. Par ce comportement ils ont poussé certains ....... Lire la suite - - Auteur: id Bawziki - Date : 2017-08-01

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.