Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

l’Association Mimouna : Approfondir le Dialogue Judéo-Musulman et celui de toutes nos cultures


Le Mardi 24 mai 2016 à la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc à Rabat, l’Association Mimouna a organisé, la Conférence Nord-Américaine de la Communauté Juive Marocaine portant sur le thème « Approfondir le Dialogue Judéo-Musulman et celui de toutes nos cultures », à laquelle ont participé plus d’une centaine de marocains juifs et de marocains musulmans. Elle a rendu publique le communiqué suivant :

Communiqué de Presse

Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, l’Association Mimouna a organisé, la Conférence Nord-Américaine de la Communauté Juive Marocaine portant sur le thème « Approfondir le Dialogue Judéo-Musulman et celui de toutes nos cultures », et ce, Mardi 24 mai 2016 à la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc à Rabat. Cette journée, à laquelle ont participé plus d’une centaine de marocains juifs et de marocains musulmans, a été ponctuée par la présentation de deux panels de discussions et débats, en présence d’illustres intervenants et d’éminentes personnalités.

L’allocution d’ouverture a été prononcée par El Mehdi Boudra, Président de l’Association Mimouna ainsi que Simon Keslassy, Président de la Communauté Juive Marocaine de Toronto.

A cet effet, El Mehdi Boudra a tenu à remercier Sepharadic Legacy Institute et la Communauté Juive Marocaine de Toronto pour leur collaboration et affirmé que : « Ce fut un travail intergénérationnel , où on a tous su conjuguer ensemble nos énergies, où la jeunesse a inspiré à apporter l’énergie, l’enthousiasme et la créativité, les séniors quant à eux ont rassuré et apporté l’expérience et une vision avec le recul.» et ajouté dans ce sens que « l’organisation de cette conférence Nord-Américaine de la Communauté Juive Marocaine s’aligne avec notre volonté de renouer avec les diasporas juives marocaines et d’exprimer l’attachement du Maroc à tous ces citoyens ainsi que l’attachement de la diaspora juive marocaine en Amérique du Nord, au Maroc, qu’elle considère fièrement comme son pays d’origine. »

De son côté, Simon Keslassy, a félicité chaleureusement au nom de toute la Communauté Juive Marocaine de Toronto, l’Association Mimouna d’avoir entrepris cette initiative patriote.

S’ensuit le premier panel de discussion autour de la thématique du judaïsme marocain en Amérique du Nord :

La parole a été donnée en premier lieu à S.E. André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ravi par ce rassemblement culturel qui, selon lui «célèbre notre histoire commune et notre future». Le conseiller de Sa Majesté le Roi a mis l’accent sur l’importance d’un tel événement, car «les marocains juifs et les marocains musulmans sont capables d’envoyer un message fort, positif et profond au reste du monde ». Il a également rappelé les fondamentaux constitutionnels qui témoignent d’un Maroc historiquement forgé et ciselé par la civilisation berbère, le judaïsme, la civilisation arabo-musulmane et par son identité hassanie, qui ont permis de « converger toutes les composantes de notre identité », et n’a pas manqué de salué vivement l’Association Mimouna, parce qu’elle « a rendu possible ce qui était conçu comme étant impossible. »


Pour sa part, Rachid Benmokhtar, Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, a expliqué que l’Association Mimouna a su tracer petit à petit son chemin et que « les graines ont commencé à donner lieu à une plante qui est devenue un arbre et ce, grâce à des jeunes qui ont travaillé et nous aide à être là aujourd’hui ». Le Ministre a évoqué la profondeur de cet événement qui est « très important pour notre pays et notre culture, car son effet peut s’avérer grandiose » et ajouté dans ce contexte que « la culture juive est la culture marocaine et la culture marocaine est la culture juive. »

De son côté, S.E Dwight l. Bush , Ambassadeur des Etats Unis d’Amérique au Maroc, a affirmé que «le Maroc est un pays culturellement riche, qui promeut la culture et le dialogue interculturel » et a confirmé que « le Maroc sert d’exemple pour le monde et reste leader de cette initiative».

Aomar Boum, Professeur à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), a évoqué le sujet de la mémoire, et son rôle pour forger l’identité. Et a surtout mis l’accent sur « l’importance d’appuyer des recherches et des études sur le Maroc pluriel.»

Par ailleurs, le deuxième Panel a porté sur la thématique de la construction de nouveaux ponts- perspectives de la nouvelle génération :

S’exprimant à ce sujet, Yahuda Azoulay, Fondateur du Sepharadic Legacy Institute, a expliqué amplement la notion du leadership tout assurant que « dans le leadership marocain on a tout et on est ouvert à tous».

Laziza Dalil, Vice-Présidente de l’Association Mimouna a déclaré qu’« il est important que les sources de l’incompréhension mutuelle soient réduites. Il faut établir une conversation humaine, de la connivence. Nous au Maroc, nous avons la possibilité de développer cette entente et cela se confirme par les initiatives entreprises pour accroître l’entente durable entre les communautés juives et musulmanes». Cette jeune militante marocaine a exposé les différentes initiatives entreprises pour le renforcement des relations judéo-musulmanes au Maroc, d’une part les discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du projet Aladin, lors de l’ouverture de Slat Al Fassyn et pendant l’hommage présenté par Kivunim, qui témoignent tous de l’attachement du souverain à cette mémoire collective, et d’autre part les initiatives émanant de la société civile, ainsi que celles relevant du développement humain sans oublier les initiatives culturelles et cinématographiques.

«On constate un bouillonnement culturel jamais vu auparavant de la diaspora qui touche surtout la deuxième et troisième génération. Cet engouement est partagé par les juifs et les musulmans marocains. C’est cette synergie entre ces différentes initiatives qui s’opèrent naturellement d’amont en aval qui fait la force de notre Maroc.» conclut-elle.

Dr. Samuel Torjman Thomas, Professeur d’ethnomusicologie et études juives a parlé de la musique et de son aspect profond qui s’inscrit dans cet esprit de pluralité. Il a également donné l’exemple de la musique marocaine qui, d’après lui « n’est pas seulement un objet de distraction mais témoigne d’une spiritualité (exemple de la musique Andalouse). »

Adam Ohayon, Co-fondateur du projet Darké Abotenu et juif-marocain résidant au Canada, a expliqué son attachement et son affection pour ses origines marocaines. Et a souligné qu’il « faut passer notre héritage aux générations futures, cet héritage que nous avons ensemble, nous juifs, nous marocains »

Le réalisateur marocain, Youness Laghrari a discuté autour de son film documentaire "Juifs marocains: Destins contrariés ? « Ce film est le fruit d’une idée qui m’a interpellé lors de la visite d’un cimetière juif dans un village marocain nommé Taznaght, entre Marrakech et Agadir » explique-t-il à l’auditoire. En réalisant ce film Youness Laghrari a voulu nous aider à mieux comprendre notre histoire plurielle.

La soirée s’est clôturée à la Villa des Ambassadeurs et a commencé par une bénédiction Solennelle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et un hommage rendu, par la Communauté Juive Marocaine de Toronto, à leurs excellences Maati Jorio, Tajeddine Baddou, Abdelkader Lecheb, Mohamed Tanji, Nouzha Chekrouni, anciens Ambassadeurs du Maroc au Canada.

Les rythmes Andalous de l’Orchestre Mohamed Amine Debbi de Rabat, ont conclu en beauté cette soirée, riche en témoignages et en émotions.


Auteur: Association Mimouna
Date : 2016-05-31


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Association Mimouna
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11927 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 5ggdybgq ici :  
 
 

 
La logique bivalente et le terrorisme
Introduction. Rappelons qu’on qualifie une logique de bivalente si, en ce qui concerne le jugement, elle n’admet que deux valeurs qui s’excluent mutuellement : le vrai et le faux. Disons tout de suite qu’il n y a pas de place pour les nuances. C’est comme s’il ne devait exister que le noir et le blanc. Cela ouvre la porte, en grand, à la confrontation. L’intercompréhension, le travail en équipe, l’écoute, l’ouverture ... ... Lire la suite - - Auteur: Hha Oudadess - Date : 2017-08-29

 

 
«Une femme peut aller au paradis, tant qu’elle est accompagnée par un homme» : le sermon prononcé à la mosquée du Prophète à Médine
Le Royaume Conservateur d’Arabie Saoudite s’ouvre lentement mais surement au rôle des femmes dans la société et pour la première fois dans l’histoire du pays, un chef religieux important a déclaré que les femmes pouvaient être acceptées au paradis. Dans un sermon prononcé à la mosquée du Prophète à Médine vendredi dernier, l’Imam progressiste le Cheikh Salah Al-Budair a déclaré que les femmes pouvaient être admises au paradis, tant qu’elles sont accompagnés par des «parents mahram» (des parents masculins, qui ne conviennent pas pour le mariage selon la loi islamique). ... Lire la suite - Date : 2016-07-15

 

 
Marrakech : Les Amazighes du Maroc veulent rompre avec l’anarchie et la dispersion
Dans un appel lancé hier par la Fédération Nationale des Associations au Maroc (FNAA), elle appelle au regroupement de toutes les organisations amazighes marocaines dans une seule structure forte capable de porter plus haut les aspirations du peuple le plus ancien de la méditerranée. En effet, les Amazighs durant toute leur histoire ont toujours un problème avec l’organisation. A ne citer à cet égard que le témoignage d’un des sociologues français en 1928 paru dans les Annales de géographie français qui a dit à la page 548 : «On méditera les conclusions de Mr Gsell, sur le caractère des Berbères, leur impuissance, à s'organiser par eux-mêmes, leur répugnance à se soumettre à une discipline et à s'unir d'une manière durable. En France, les forces d'unité l'emportèrent toujours sur les forces de dispersion. A cet égard, la Béribérie et la France forment le contraste le plus complet ». Un siècle après ce témoignage et avec tous les changements géopolitiques que vie l’Afrique du Nord actuellement et le recul d’histoire qu’ils ont acquis les Amazighs, cette impuissance à s’organiser par eux même sera-t-elle une partie de leur histoire ? ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2015-12-11

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.