Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Historique : Trump inaugure le premier vol historique entre l’Arabie et Israël avec en plus 380 milliards de $ dans la poche

Plusieurs journaux américains se sont arrêtés sur cet évènement jugé historique. Dans une dépêche de l’Associated presse (AP), l’agence de communication américaine a souligné : « En fait, le vol du président Trump d’Arabie Saoudite vers Israël est le premier dans l’histoire entre les deux pays ».

"L'Arabie saoudite ne reconnaît pas Israël et les deux États n'ont pas de relations diplomatiques. Il n'y a pas de vols directs entre les deux pays et les vols de l'un vers l'autre pays contournent l'espace aérien de l'autre. Un porte-parole de l'Autorité aéroportuaire israélienne dit qu'il n'y avait jamais un vol direct de l’Arabie vers Israël durant toute l’histoire de l’état hébreux ». Ajoute la même agence.

D’autres ONG américaine, comme ACT for America qui est l’une des supporteurs de la candidature de Trump, et l’une des plus hostiles à l’Islam politique en Amérique rapporte sur son site « Nous sommes fier de notre président ». Cette organisation se prépare pour de grandes manifestations dans plusieurs villes américaines le 10 juin prochain conte ce qu’elle a appelée : « la March Against Sharia Islamique ».

Cette effrayante peur de l’islam Chiite est enfin arrivée à réconcilier les cœurs des Arabes avec les cœurs de leurs ennemies éternels : les Israéliens. De ce fait, les israéliens, qui cherchaient depuis un siècle à casser l’embargo arabe sur Israël, doivent rendre un grand hommage à Barak Obama qui a mis fin à l’embargo économique sur ce géant perse : l’IRAN.  Ce qui a donné une occasion d’or au grand ami d’Israël, Donald Trump, d’inaugurer en grande pompe le projet de Normalisation avec Israël avec en plus 380 milliards de dollars arabe dans la poche américaine.

La CNN a rapportée dans son édition du 22 Mai 2017, que Trump a annoncé et à son côté le président Israélien «Ce qui est arrivé avec l’Iran a beaucoup rapproché plusieurs régions du moyen Orient, j’ai touché un sentiment positif envers Israël durant ma visite en Arabie saoudite et c’est un point positif». «Chaque occasion, crée une autre » lui réplique son homologue Israélien. « J’ai un sentiment agréable que toutes les parties prenantes vont résoudre définitivement le problème Israélo-palestinien », ajoute Trump.    

C’est la première facture, semble-t-il, que doit payer les concepteurs de l’islam politique à l’occident, en attendant le montant global que doit décider la cour fédérale américaine après l’adoption par le Senat et la chambre des représentants américains de la loi « les sponsors du terrorisme ». Le lendemain de son adoption, 800 plaintes sont déposées par les familles des victimes du 11 septembre chez les juges de l’état fédéral. Comment exécuter le jugement ? Certains peuvent se poser cette question. En effet, un antécédent a déjà eu lieu avec Kadhafi et Lockerbie, ce dernier a pu convaincre son peuple d’un fonds Lockerbie et l’affaire est close.

Bref la première visite de Trump à l’étranger est chargée de messages politiques et diplomatiques, s’il ne faut retenir que trois principaux :

  1. Spécialement déstinée à la capitale des arabo-musulmans et à la capitale des hébreux-juifs, les ennemies historiques depuis le 6eme siècle
  2. A Riyad, Trump a fait un discours bien cadré avec un seul message fort, il demande aux musulmans de chasser les Djihadistes chez eux d’abord (des mosquées, des villes, des écoles, des familles …)
  3. A Tel Avive, Trump est allé prier sur le mur des Lamentations à Jérusalem, l’après-midi même de son arrivée à Tel Avive, où il a été accueilli comme un « bon ami » par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Il aussi a placé une petite note de papier dans le mur antique, comme le veut la coutume juive. Alors que tous les présidents George H. W. Bush, Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama ont tous visité ce site sacré, mais en leur qualité de citoyens ou de candidat à la présidentielle, mais jamais en tant que président en fonction. Trump est le premier président à le faire. La raison est simple, l’Amérique ne reconnait pas encore officiellement cette partie de l’ancienne ville de Jérusalem comme partie d'Israël, car au-delà de la ligne de 1949.

Mais, croire que tout cela n’a pas été bien préparé à l’avance relève de la naïveté politique, à ne commencer que par le geste historique de Hamas, du jour au lendemain, reconnait l’état hébreu.

Ceux qui vont souffrir psychiquement dans toute cette histoire, sont malheureusement, ceux en Afrique du Nord qui ont fait de leur raison de vie le non normalisation avec Israël. Ils ont taxé de séparatiste, de non nationaliste, de sioniste et de tous les maux du monde, ceux qui pensaient autrement et disaient « Taza avant Gazza ». Quel malheur !

Quelle double chance politique pour un Businessmen qui n’a jamais fait de la politique dans sa vie !


Auteur: Mohamed EL OUAZGUITI
Date : 2017-05-22


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Mohamed EL OUAZGUITI
Envoyer l'article à un ami
Article lu 2719 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 63xlqvfi ici :  
 
 

 
Une première : Le drapeau Amazigh est interdit dans la cérémonie de Miss Amazighe !
A Agadir, les organisateurs de la 4eme édition de ce qu’ils ont appelé « Miss Amazighe » ont tout simplement interdit le drapeau Amazigh dans la cérémonie finale. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-07-31

 

 
Entre le mouvement Polisario et Rifain, l’Algérie préfère plus tôt le 1er, la raison est simple on craint tous un printemps démocratique d’essence Amazigh en Afrique du Nord
Cela fait deux mois, qu’une certaine presse marocaine proche du pouvoir, fait véhiculer comme quoi le régime algérien alimente en argent, en logistique et en idéologie la révolte du Rif, mois sans jamais apporter la moindre preuve. La seule preuve rendue publique à ce jour est l’existence d’un journaliste du Journal algérien El Watan au Rif pour couvrir la plus grande manifestation du 18 Mai à l’instar de tous les medias internationaux.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-06-02

 

 
Maroc : La question de la terre va-t-elle faire naitre un second mouvement Amazigh ?
Les manifestations annuelles à l’occasion du printemps démocratique Amazigh, appelé Tafsut, qui s’organisent chaque au 20 Avril au Maroc ont vu naitre cette fois ci de nouvelles figures d’un autre âge. Celui du Maroc de la résistance. Si le mouvement Amazigh au Maroc est resté portée jusqu’ici par une jeunesse militante dans la rue et dans les universités marocaines, cette année à la manifestation de Rabat qui a eu lieu le 23 Avril 2017, a vu venir des vieux et des vielles du Maroc profond. Celui qui avait pris les armes contre le colonialisme français et espagnol : leurs visages et leur regard est resté symboles de la résistance armée.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-04-24

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.