Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

La bi-prière événementielle !

Je ne cultive pas le secret comme les polythéistes et les monothéistes pour obnubiler ,d’une manière consciente ou inconsciente , mes lecteurs et lectrices.
Si je le fais pour les autres dans une situation initiale, j’ai la quasi-certitude que je le fais pour moi-même d’avance dans sa symétrie.

Je ne dis, fais, sens et pense dans une situation initiale que ce que je souhaite que l’ISEO me fasse dire, faire, sentir et penser dans sa situation symétrique, pour rester égal à moi-même, constant, toujours équilibré et harmonieux dans mes situations globales , avec leurs deux composantes obligatoires ,l’ initiale et sa symétrie, qui ne forment qu’une seule unité, malgré l’intervalle qui les sépare sur l’axe linéaire du temps et qui n’existe que pour nous.

En réalité la situation initiale est complétée par sa symétrie simultanément lors de sa réalisation mais elle reste suspendue pendant un certain temps jusqu’au retour des mêmes conditions, internes et externes et d’autres inconnues pour nous , qui restent à découvrir et qui doivent être , en principe , similaires à celles de sa réalisation initiale , qu’elles soient d’ordre astronomique, électromagnétique, gravitationnel et /ou d’une autre nature encore inconnue pour nous à ce jour.

Sur le plan événementiel et à priori, nos situations vécues, les événements , les phénomènes naturels et tout l’univers sont régis par des lois physiques événementielles qui les font passer obligatoirement par un système binaire composé d’une situation initiale et d’une situation symétrique qui vient la compléter, « la juger », la « punir » ou la « récompenser », l’équilibrer, la purifier et l’annuler définitivement.

Je mets ces verbes entre guillemets car c’est notre lecture à nous de ces faits symétriques , dans notre langage , quant à la dynamique de la symétrie, électromagnétique, gravitationnelle et/ou autre,elle a son propre langage binaire comme le zéro et le un du langage de notre ordinateur ou le positif et le négatif de l’électricité.

Une fourmi dont l’intelligence est biochimique comprend et s’adapte à cette dynamique chimiquement et biologiquement en tant qu’être vivant comme nous.

Même une pierre interagit avec cette dynamique de la symétrie selon sa nature propre de notre point de vue d’humains mais en réalité, cette dynamique est notre essence à tous ,sans aucune frontière entre le concret et l’abstrait, le scientifique et le culturel, le rationnel et l’irrationnel , le matériel et le spirituel, les êtres, les choses et ce que je désigne , d’une manière scientifique et neutre, d’Intelligence Supérieure Équilibre Omniprésente, l’ISEO, tout ce que les hommes et les femmes , sans aucune discrimination , qualifient de divin et à toutes les époques , des fresques magiques des grottes à l’architecture de palais des temples , des synagogues, des églises et des mosquées de nos jours.

Tout est donné et vécu à moitié dans la situation initiale et doit attendre, d’une année à toute une vie , sa deuxième moitié pour qu’il soit complété, équilibré, purifié et annulé définitivement, ici et maintenant, à l’horizontal, dans l’en-deçà, sans aucun au-delà, jugement dernier, paradis ou enfer , selon l’architecture primitive et mythologique de la peur du religieux , de l’homme au pouvoir, de la mort et des dieux .

C’est dans ce sens que je parle de bi-prière qui se réalise en deux parties , une prière initiale libre, consciente ou inconsciente , dans une situation initiale et sa symétrie , également consciente ou inconsciente.
Sur le plan événementielle tout est prière :

travailler , c’est prier,
respirer, c’est prier,
sentir, c’est prier,
penser, c’est prier,
manger , c’est prier,
faire de l’amour, c’est prier,
aller aux toilettes , c’est prier ,
nager, c’est prier,
dormir, c’est prier,
se taire, ne rien faire , c’est prier ,
vivre, c’est prier,
mourir, c’est prier,

enfin , tout ce que nous faisons, sentons et pensons est en soi une prière initiale où nous investissons une partie de nous-mêmes qui nous sera rendue dans sa symétrie à l’identique en récompense, si elle est conforme aux lois physiques événementielles qui régissent nos situations vécues, les événements , les êtres et les choses ou sera rectifiée ou remplacée complètement en cas de sa non-conformité à ces lois événementielles omniprésentes , l’un des attributs de l’ISEO, accessible pour nous et preuve de son existence , ce qu’on ne peut appréhender, d’une manière palpable , concrète , prévisible et vérifiable , que dans les situations symétriques et juste pressentir dans une situation initiale.

Dans les religions polythéistes et monothéistes, le converti, de gré ou de force , n’a pas à agir, sentir et penser de son propre chef mais s’aliéner, se sacrifier , corps et âme, pour le religieux, le politique et Dieu qu’ils représentent et dont ils sont les dépositaires, les propriétaires , les ayants droit et souvent eux-mêmes, en glissant d’une situation à l’autre sans préavis ou mécanismes légaux et légitimes de contrôle.

Il y a un dogme sacré à suivre à la lettre et à pratiquer sans aucun ajout ou une déviation sous peine de sanctions sévères, allant jusqu’à la condamnation à mort ici-bas et l’envoi à l’enfer dans l’au-delà.

Tout au plus , un prieur peut émettre discrètement un vœu ou une doléance solitaire à la fin de sa prière , à la marge et en cachette ou avec la permission de son gardien de conscience ou police de conscience, puisque chez nous le ministre des affaires religieuses parle de « sécurité spirituelle » , « al amn arrouhi », au sens policier et militaire du terme.

Dans la bi-prière événementielle, il n’y a aucun contenu en dehors des actions matérielles ou spirituelles , des sentiments ou des émotions et des pensées du prieur et de ses interactions du moment avec son environnement immédiat ou lointain , perçu par l’esprit.

A titre indicatif seulement , pour différencier la prière initiale qui n’est pas intentionnelle et consciente de celle qui l’est par la prédisposition du prieur à effectuer une prière initiale en l’orientant davantage vers le Bien universel , qui reste identique dans la situation initiale et sa symétrie.

Une prière qui n’est pas intentionnelle , ce qui correspond tout simplement à nos actions , sentiments et pensées à tout moment de notre vie, loin de toute préoccupation religieuse, reste quand même une prière initiale dans le sens où nous nous investissons corps et âme dans nos actions , sentiments et pensées ,

hypothèses et paris , face à notre réalité , dans l’attente de sa symétrie, partielle ou complète, qui va les compléter, les juger, les punir ou les récompenser , en nous les rendant égaux à eux-mêmes, non pas en tant que donateurs de l’initiale mais en tant que bénéficiaires des mêmes ou de nouvelles choses, dans les mêmes proportions que nos dons ou sacrifices de l’initiale.

Rien ne peut être conçu, vécu, agi, senti et pensé en dehors de ce système binaire événementiel.

Toute prière initiale reste incomplète, handicapée, une simple hypothèse ou un pari initiaux qui doivent attendre leur juste retour, répétition ou symétrie, qui va les confirmer ou les infirmer, les approuver ou les désapprouver, les punir ou les récompenser, les équilibrer, les purifier et les annuler définitivement.

C’est cette symétrie qui est le lieu de rendez-vous avec l’ISEO( =Dieu) , le vrai lieu de culte, dont seul la dynamique de la symétrie peut déterminer le temps et l’espace et nous surprendre comme la dite mort avec n’importe qui, quoi, où , quand , comment et pourquoi.

Si la symétrie vous surprend dans les toilettes, en train de satisfaire vos besoins naturels , elle n’a pas la même perception des choses comme vous puisque rien n’échappe à sa dynamique , aussi bien votre être physique et spirituel ainsi que vos excréments ou aliments transformés par votre organisme tout simplement.

Rien ne se crée, rien ne se perd et j’ajoute que tout se symétrise pour s’équilibrer , se purifier et s’annuler définitivement , et nos symétries fonctionnent comme les trous noirs qui doivent absorber la situation globale ,l’initiale plus sa symétrie, une fois que le cercle ou les ondes de l’initiale coïncident de nouveau , comme à leur naissance ,pour s’identifier,se diluer les uns dans les autres, ne plus faire qu’un, se rétrécir jusqu’à former un point ou trou au centre et disparaître dans le néant, qui n’est pas synonyme de rien mais du zéro , de l’équilibre universel qui fonctionne exactement comme l’équilibre naturel , celui de la perfection et de l’infini ou de l’Intelligence Supérieure Équilibre Omniprésente , l’ISEO , ce par quoi je qualifie, d’une manière scientifique et neutre, la notion de Dieu primitive, syncrétique ,cannibale, raciste, ethnocentriste, archaïque et anachronique.

Dans le même sens, je parle de bi-lecture ou de bi-éthique à la place du terme religion des polythéistes et des monothéistes.

A titre indicatif , pour me mettre tout simplement en disposition consciente de prier, je peux tracer un cercle là où je veux ou faire le geste symbolique de le tracer autour de moi ou autour juste de ma tête, , me placer à son centre , à même le sol, sur une pierre, un tapis ou une chaise, sans aucune contrainte , et me taire et méditer, même si le silence n’existe pas, chanter, dire, faire, sentir et penser n’importe quoi car selon l’approche événementielle , c’est le prieur qui est le centre , l’auteur , l’acteur et le réalisateur de sa propre prière initiale ou bi-prière globale , avec ses deux composantes, initiale plus sa symétrie, sans aucune consigne ou direction dictée par un autre ou dogme , y compris par Dieu Lui-même, selon Sa propre disposition des êtres et des choses, puisque c’est Lui qui nous fait évoluer dans ce système binaire ,comme des poissons dans l’eau , dans un liquide intelligent , invisible et insoupçonné , un système qu’Il nous impose et se l’ impose à Lui-même pour rendre l’harmonie initiale harmonieuse avec sa symétrie ou la rectifier et la conformer à l’Harmonie divine , à l’Être et à l’Equilibre Universel à sa propre image.

Dans la prière, selon les religions polythéistes et monothéistes, le centre en tout et partout, c’est Dieu et ses représentants auprès des hommes et dans la bi-prière, le centre ce sont les êtres et les choses dans la situation initiale et l’ISEO dans sa situation symétrique.

Dans la prière des polythéistes et des monothéistes, le prieur est une mère porteuse de la prière d’un prophète, d’un peuple et d’un dieu qui lui sont externes et étrangers.
Dans la bi-prière événementielle , le prieur est une mère biologique et événementielle qui donne naissance à sa propre prière que l’ISEO peut accepter telle quelle ou remodeler pour la rendre conforme à ses lois et à son Être symétrique parfait , harmonieux et infini.

Je considère que je fais dans mes situations initiales une première lecture/hypothèse d’explication libre et responsable des faits vécus , des événements et des phénomènes naturels , puis je fais dans leurs symétries , d’une manière passive et obligatoire, une relecture/explication/vérité des mêmes faits, événements et phénomènes naturels que me fait subir ou redécouvrir l’ISEO , en bien ou en mal , sous l’effet de la dynamique de la symétrie , à la fois électromagnétique, gravitationnelle et/ou autre et son attribut palpable, concret, prévisible et preuve irréfutable de son existence .

Conclusion :

La bi-prière n’a ni temps, ni espace ,ni contenu prédéterminés auxquels il faut se conformer.
Le prieur est l’auteur, l’acteur , le réalisateur , le responsable de ses actes, sentiments et pensées de l’initiale dans sa symétrie obligatoire où il est passif et doit en rendre compte à l’ISEO, ici et maintenant, à l’horizontal, dans l’en-deçà, sans aucun jugement dernier, ni au-delà, ni paradis , ni enfer.

Celui qui se crée un paradis dans son initiale , il le vivra de la même manière dans sa symétrie, qui est prévisible, inévitable, incontournable, infaillible, impartiale et fatale.
Celui qui se crée un enfer dans son initiale, il le vivra de la même manière dans sa symétrie , qui est prévisible, inévitable, incontournable, infaillible, impartiale et fatale.
Dans les religions polythéistes et monothéistes , c’est Dieu qui est au Centre et le prieur est un satellite qui gravite autour de lui.

Dans ce que j’appelle l’iséo-théisme ou le cyclothéisme et la bi-prière, c’est le prieur qui est au centre et Dieu gravite autour de lui dans la situation initiale et dans sa symétrie , Dieu est au centre et le prieur gravite autour de lui, jusqu’à ce que l’équilibre perturbé à l’initiale soit rétabli et que Justice divine soit rendue, ni plus, ni moins , et à la perfection , avant que le tout soit purifié et annulé définitivement , au centre et point zéro, qui n’est pas synonyme de rien, mais celui de l’équilibre universel, de la perfection et de l’infini.


Auteur: Mohammed Hifad
Date : 2018-03-06


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Mohammed Hifad
Envoyer l'article à un ami
Article lu 4319 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant qwf01433 ici :  
 
 

 

D'autres articles :





Ce que je crois
Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2017-08-10








La mesure et la démesure
Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2016-10-30


Le défi positif !
Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2016-10-07


 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.