Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Le cercle et la spirale


Comme dans un acte d’initiation religieuse, ancestrale et millénaire , mon père m’a raconté que nos Ancêtres avaient l’habitude d’emmener les vieux , devenus inutiles pour eux-mêmes et pour les autres, des bouches à nourrir et un fardeau pour la famille et les villageois , jusqu’en pleine forêt et les abandonnaient pour qu’ils soient dévorés par les hyènes .

Un jour , un jeune homme emportait sur ses épaules son vieux père pour l’abandonner dans la forêt.

Son père s’est mis à rire et le fils est intrigué par ce comportement.

Il lui demanda ce qui le faisait rire et le père lui avait répondu qu’il avait fait un jour exactement la même chose pour son propre père.

Le fils fait quelques pas de plus en réfléchissant à ce que venait de lui dire son père . Et brusquement, il fit demi-tour et ramena son père à la maison. Il s’est occupé de lui jusqu’à sa mort car il voulait que ses fils lui fassent la même chose.

Ce que tu fais aux autres et à toi-même, te sera fait tôt ou tard !
« Anna tskert i wiyyad d ougayyou nk , a rad ak ittiyskar ! »

C’est armé de ce conte/verset, reste certainement de nos anciennes religions disparues ou détruites par nos occupants successifs, que j’ai mis quarante ans à mettre au point ma théorie de la symétrie événementielle, ma science de l’événemelogie , ma philosophie et spiritualité horizontales événementielles , et ma bi-lecture ou bi-éthique ( =religion pour les autres) de l’Evénementialisme.

La tradition aveugle est un cercle vicieux dans lequel on répète infiniment les mêmes gestes, sentiments et pensées , sans jamais oser , par peur ou crétinisme , les remettre en question , ce qui les sacralise et les rend intouchables pour la postérité.

Le conte/verset de mon père , reste certain de nos anciennes religions amazighes , me donne l’autorisation et la liberté de briser ce cercle et le transformer en spirale , pour mon bien , celui de mes descendants et d'autrui .

Aussi sacrée et ancienne que soit une tradition , il est de notre devoir de la changer pour notre bien , celui de nos descendants et des autres.

Lorsque le cercle vicieux de la tradition dure trop longtemps à notre détriment, il faut le briser .

La spirale devient la solution , faire le cercle mais ne jamais le fermer en faisant écarter les deux bouts et en générant des cercles ouverts de plus en plus grands pour nos actes, sentiments , pensées, visions du monde , croyances et dieux !

Le conte/verset de mon père ou de mes Ancêtres permet le progrès , l’initiative, la créativité et la liberté de penser, ce qui est aux antipodes de l’archétype des polythéistes et des monothéistes, gestes, sentiments et pensées figés par la sacralisation , par des livres sacrés intouchables et dits universels et valables pour toutes les époques .

Ce segment sacré d’une religion et d’un Dieu devenus inconnus montre l’ouverture d’esprit de mes glorieux Ancêtres et leur capacité et liberté de changement , de création et d’initiative.

Selon ce conte/verset , la tradition et le sacré s’arrêtent là où commence ce que je juge mon bien et celui de mes enfants et de ma communauté.

Est sacré ce qui est mon bien et celui de ma famille et de mes voisins, même s’il s’agit de la tradition et du sacré.

Tout ce qui est mon bien et celui de mes enfants et de mes voisins , est plus sacré que la tradition et le sacré existant.

Il est de mon devoir et de ma liberté de changer tout ce qui n’est pas mon bien, celui de mes enfants et de mes voisins, même s’il s’agit de la tradition et du sacré millénaires.

C’est la morale et l’éthique véhiculée par le fragment/verset de mon père .

C’est la quintessence de ma théorie de la symétrie événementielle , de ma philosophie et spiritualité horizontale événementielles, de ma science de l’événemelogie et de ma bi-lecture ou bi-éthique , ce qui correspond à toute notion du divin chez l’homme et la femme, sans discrimination, à toutes les époques, des fresques magiques des primitifs dans les grottes aux luxueux temples, synagogues ,églises et mosquées des polythéistes et monothéistes.

Un cercle tant que c’est bien et une spirale pour en sortir quand cela devient le contraire de mon bien.

Un cercle divin , sacré et archétypal , cesse de l’être de plein droit quand il devient le contraire de mon bien , celui de mes enfants , de mes voisins et de toute l’humanité.


Auteur: Mohammed Hifad
Date : 2018-03-16


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Mohammed Hifad
Envoyer l'article à un ami
Article lu 6807 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: Umimum Le : 2018-03-16
Titre: En fin, je comprends Mr. Hifad
Pays: Canada  

Cher Mr. Hifad,

J'étais misérable à suivre votre logique de symétrie événementielle: une véritable torture ...

Avec la spirale, vous avez allégé ma souffrance, et en fin je vous comprends. J’admire votre notion de cercle versus spirale.

Thanemmirth chigan,

Umimun
 
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: Mohammed Hifad Le : 2018-03-16
Titre: La symétrie événementielle n’est pas un cercle fermé.
Pays: Morocco  

La symétrie événementielle n’est pas un cercle fermé.
La symétrie événementielle n’est un cercle fermé que dans quelques rares cas, 3 % environ, où les constituants de la situation initiale restent égaux à eux-mêmes dans la situation symétrique, s’ils sont conformes aux lois physiques qui régissent nos situations vécues et les événements.
C’est ce qui correspond à l’archétype chez les polythéistes et les monothéistes , comme ce geste constamment répété à l’identique du sacrifice du mouton, à l’origine une spirale par rapport au cercle de la tradition du sacrifice humain et cannibale d’avant le polythéisme et le monothéisme .
Mais ce geste resté figé en cercle sacré il y a des siècles, ne se transformera en spirale qu’une fois que tous les hommes deviennent végétariens et inventent des substituts aux protéines animales .
Les 97 % des cas de symétries événementielles restent sous forme de spirales et de cercles éclatés .Je peux provoquer moi-même cette sortie du cercle artificiel de la tradition et être approuvé par la dynamique de la symétrie en me rendant ma spirale initiale à l’identique , comme je peux maintenir volontairement le cercle artificiel de la tradition dans mon initiale et voir sa symétrie me désapprouver, me faire sortir de force du cercle initial et me faire vivre une spirale événementielle.
Tout changement qui n’est ni voulu , ni attendu dans les situations initiales et imposé dans leurs symétries est une spirale événementielle qui vient corriger ce cercle en le transformant brusquement en spirale par son ouverture pour l’équilibrer, le purifier et l’annuler définitivement.
Tous les prophètes et toutes les religions ont brisé le cercle sacré de ceux et celles qui les ont précédés et ont imposé une nouvelle spirale.
Mais au bout d’un certain temps, cette nouvelle spirale sacralisée redevient un nouveau cercle fermé .
Tanmmirt nk a gma Umimum !
 
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: id Bawⵣiki Le : 2018-03-18
Titre: Toutes les anecdotes aussi crues sur les ancêtres sont pleines d'enseignements.
Pays: France  


Aux Canaries des équipes archéologiques se sont lancées dans des fouilles pour connaître la vie et la culture des Guanches (ou proto-berbères ) qui ont vécu sur ces îles avant que les conquistadors espagnols viennent les exterminer (principalement les hommes, certaines femmes se sont suicidées ou tuées leurs enfants).

Apparemment l'esprit " d'Agurrame " à rejoint le leur, comme on peut le voir sur ces images en tapant l'adresse internet ci-dessous:

http://www.cajacanarias.com/microsites/escrito-en-piedra/FR/LEGADORUPESTRE_FR.pdf

Aujourd'hui encore les descendants à sang mêlé des Guanches ont gardé comme emblème le cercle en spirale. De même que la statuette " Venus de la procréation " qui signifie que " l'Homme descend de la Femme " , une valeur que tous les ancêtres berbères partageaient en commun, sauf qu'en Afrique du Nord on ne trouve plus de statuette.

Ces fouilles n'ont révélé aucun signe ni témoignage d'une quelconque présence religieuse monothéiste (juive , chrétienne ou musulmane). Ce qui prouve une nouvelle fois que les ancêtres berbères croyaient en ce qu'ils voyaient et en ce qu'ils touchaient, et quand le résultat n'est pas là (ex: mauvaise récolte), ils peuvent choisir une autre croyance, ce qui vient réconforter la théorie d'Agurrame et son cercle en spirale comme celui des Guanches.

On peut dire que les ancêtres berbères dans leur immense majorité n'ont jamais été attirés par des croyances virtuelles et imaginaires. S'ils sont devenus musulmans en Afrique du Nord et chrétiens aux Canaries c'est grâce au sabre d'un côté et à l'épée de l'autre.



 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant uc1geidw ici :  
 
 

 

D'autres articles :




 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.