Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Maroc, Des journées de formation en faveur des femmes amazighes

 

L’organisation TAMAYNUT a organisé des journées de formation dans le domaine des droits humains au profit de 47 femmes amazighes. Cette rencontre est réalisée en  partenariat avec la NCIV, « Centre Nederland des Peuples Autochtones », et a eu lieu au local de l’Association de Bienfaisance et de Développement du  Bassin d’Ourika à Marrakech entre le 31 janvier au 4 février 2007. Ces jours ont porté comme slogan : « Des femmes amazighes, leaders pour l’avenir ».

  Avant l’inauguration de cette activité, les participantes ont présenté leurs condoléances à l’association ASSID de Meknès qui a perdu l’une de ses membres actives, feu « Houriyya MESSBAHI ».
  C’est  la responsable du projet "Sanaa BOUZIT" qui a pris la parole au nom de l’organisation TAMAYNUT suivie d’une présentation de Mme Angeline VAN ACHTERBERG, la représentante  de la NCIV qui a lancé l’ouverture officielle de la formation. Ces deux allocutions ont été suivies d’une prise de parole par les deux formatrices représentantes de Global Right au Maroc. Ensuite, la diffusion d’un reportage sur les grandes activités féminines de l’organisation TAMAYNUT durant l’année 2006 /2956.
  La 1ère séance a commencé vers 9h00. Après  Turart n tlelli, l’hymne officiel de TAMAYNUT, les animatrices, et pour faciliter la connaissance entre les différentes participantes, ont proposé un jeu amusant. Le premier atelier avait comme but le renforcement des capacités de la femme au niveau de la défense de ses droits. A partir des histoires réelles racontées par les femmes de chaque groupe, chaque atelier a mis le point sur des situations qui élucident la négligence de la femme et l’absorption de ses droits.
 L’après midi  a été marqué par la présentation de deux exposés : Le premier était sur le Programme de l’Education sur les Droits Humains et Juridiques des femmes, et sur la description du livre «Rendant les droits humains réels »: ses chapitres et les stratégies appliquées pour le réaliser.
Le deuxième a traité la notion des droits humains de la femme : source et évolution.
  Quant à  la soirée du premier jour, elle a été animée par le jeune historien chercheur amazigh "Abdelaziz YASSIN ". Pour rendre la soirée plus constructive, il a lancé un débat avec les participantes autour de la situation ancienne et actuelle de la femme amazighe.

 

  • Deuxième jour : Ce jour là a été consacré à l’évaluation des travaux des ateliers, suivie d’une séance réservée à la définition et l’application de quelques pédagogies ayant relation avec le domaine de l’éducation sur les droits humains. Après la pause café, les participantes ont bénéficié d’une séance exemplaire autour du programme de l’éducation sur les droits humains et juridiques des femmes à fin de définir la méthodologie de transmettre ces droits aux autres femmes.

 L’après midi a été consacré à la présentation  de deux exposés :
 Le premier a examiné  le rôle et  les caractéristiques de l’animatrice dans le programme de l’éducation sur les droits humains des femmes et le deuxième visait à définir les stratégies et les techniques professionnelles que doit adopter une animatrice pour une animation prépondérante et  consciencieuse. Pour la mise en application de ces idées, une séance exemplaire a été  proposée par les deux animatrices pour définir les sources et la hiérarchie des droits dans le programme. Dans ce sens, quatre animatrices, parmi les participantes, ont été désignées pour animer, le lendemain, une séance du programme de leur choix.
La soirée de cette journée avait un goût spécial avec un programme riche et varié composé de chansons amazighes, de pièces de théâtre et de la surprise de célébrer l’anniversaire de notre collègue Said AMEZ.

  • Troisième jour : L'ouverture de la séance par un jeu proposé par les animatrices pour rendre les participantes actives et savoir à quel point elles étaient capables de comprendre le contenu des dernières séances, suivi d'un exposé sur le proche genre et sa relation avec les droits humains des femmes. Deux heures ont été consacrées après la pause café à un essaye  d'animation de deux séances du programme par les participantes choisies. Après le déjeuner, chaque groupe présentait l’évaluation et le résumé de l’essaye.

  La soirée a été marquée par un débat animé par"Hassan LAAGUIR" président de TAMAYNUT section Achtouken, sous le thème:"La femme et le développement".

 

  • Quatrième jour: Cette journée était la plus importante durant la formation. Les participantes ont été divisées en groupes selon chaque région  pour déterminer les tranches et les personnes visées par le programme ainsi que les stratégies que devaient appliquer chacune d’elles  pour convaincre et former  les femmes de sa région en posant des plans d’action.

   Le soir a connu l’intervention du président de TAMAYNUT « Abdallah HITOUS ». Son exposé avait comme objectif de retracer l’histoire de la lutte des peuples autochtones sur la seine internationale et les points communs entre le combat des Amazighs et les revendications des peuples autochtones dans le monde. Dans ce sens, il    a traité l’histoire de la création du premier Groupe de Travail sur les Populations Autochtones (GTPA), ainsi que la 1ère participation des amazighes dans la dynamique internationale des peuples autochtones. De même, il a mis l’accent sur plusieurs notions comme la notion d’instrument et les droits individuels et collectifs. De sa part, Sanaa BOUZIT a présenté une synthèse de son stage à Genève. Elle a donné aussi un aperçu sur le forum permanent pour les questions autochtones et sur l’OAFA, « Organisation  Africaine de Femmes Autochtones ». Aicha ALHIYAN a tenté de parler de son expérience, son combat en tant que militante  amazighe, et son travail dans un centre de défense des femmes victimes de violence. De son coté, Angeline Van Achterberg a parlé de NCIV et de son travail pour les peuples autochtones.
   Le soir, toutes les participantes avaient un rendez-vous avec un superbe gala à l’honneur des femmes amazighes leaders. Cette soirée est composée  d’un dîner en plein air, et un plateau riche composé de chansons présentées par timaynutin d’Inezgane, ahwach d’Imi n tanut, ahwach de Taghjijt,  tanguift «  mariage » de Souss et l’exposition des habits amazighs.
   La cérémonie avait un goût particulier, chacune des participantes portait des costumes et des bijoux traditionnels amazighs de sa région.

  • Cinquième et dernier jour : Cette journée de clôture a été réservée à l’intervention de Mme Angeline VAN ACHTERBERG, représentante du NCIV qui a présenté la situation des femmes autochtones et les différentes actions menées par elles pour leurs droits. Elle a aussi donné des éléments importants sur les différents réseaux féminins dans le monde ainsi que l’histoire du mouvement féministe aux Etats-Unies. Dans ce sens, un atelier fût consacré aux plans d’actions possibles pour traiter les dossiers des femmes amazighes.

  Ces jours de formation se sont passés dans des conditions favorables. Le travail en groupe au cours des ateliers permettait de faciliter les taches et de renforcer les capacités des participantes par l’échange des idées et des informations.
   L’initiative était très importante pour les femmes amazighes, elle a constitué une valeur ajoutée que chacune des participantes doit transmettre aux autres femmes. Ainsi, des attestations ont été décernées aux participantes.
   Nos vifs remerciements à l’organisation TAMAYNUT, Sanaa BOUZIT, NCIV, Global Right, l’association de bienfaisance pour le développement du basin d’Ourika, sans oublier les membres du Comité d’organisation : Lahcen BOUKERDI (yugrten), Abdelaziz YASSIN, Hassan LAAGUIR, Said ADIL, Said AMEZ, Mohamed MAYSS et Boubker ELYADIB.

                                                                            Rachida BOULAOUANE
                                                                     TAMAYNUT section Inezgane


Auteur: Rachida Boulaouane
Date : 2007-02-19


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Rachida Boulaouane
Envoyer l'article à un ami
Article lu 14898 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant w3gi1u93 ici :  
 
 

 

D'autres articles :

















 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.