Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Matoub Lounès : Le Cardinal de la Chanson Berbère

Introduction :

Matoub Lounès.

Le Cardinal de la chanson berbère.

Ce patriote de toutes les patries opprimées né le 24 janvier 1956 en Kabylie et que les chasseurs de lumières ont assassiné le 25 juin 1998 dans un guet-apens. Cela s'est passé au lieu dit " Tala Bounane " entre Tizi-Ouzou et son village natal situé au cœur de Kabylie qu'il n'a jamais songé à quitter ainsi que son pays qu'il aimait. Matoub Lounès n'était pas seulement un grand chanteur et poète mais aussi et surtout un défenseur et un symbole hors du commun de toutes les causes justes.
Grand admirateur du père spirituel de la chanson berbère, le grand Slimane Azem,
(1) Matoub Lounes est devenu une icône de la jeunesse kabyle et un grand symbole à l'instar des : Feraoun, Mammeri, Djaout ,(2) Azem, Lhasnaoui, Kateb, Jean Amrouche et tant d'autres encore. Il est simplement considéré comme un Che Guevara ou un Martin Luther King.

Armé du vers, son unique arme, il disait tout haut ce que d'autres pensait tout bas.
Ce chantre de l'amazighité, le maquisard de la chanson revendicatif et contestataire comme disait Kateb Yacine, était un homme de principe et d'action, l'anticonformiste qui défrayait la chronique, qui n'a jamais plié devant rien. Il était et demeurait l'éternel insoumis et rebelle.

Mitraillé de sang froid, par les gendarmes, en octobre 1988, il fut atteint de plusieurs balles qui lui ont traversé le corps, blessé grièvement, il subira 17 interventions chirurgicales.
Ensuite enlevé et séquestré par un " groupe armé " pendant 15 jours en 1994. Il ne fut libéré que sous la pression de la population kabyle.

Celui qui était une figure charismatique et rassembleuse, était conscient des menaces qui pesaient sur sa personne. La mort le guettait à tout moment, c'est lui qui disait un jour :

"Je suis un mort en sursis; je suis conscient du danger permanent qui pèse sur moi de la part de groupes armés et des terroristes islamistes, du pouvoir sans compter tous ceux que je dérange et me détestent. Je sais que je vais tomber entre leurs mains, il est probable qu'ils m'auront un jour ou l'autre. Cependant, quoi qu'il arrive, l'Algérie est ma partie, je préfère mourir parmi les miens et si on m'assassine, qu'on me couvre du drapeau national et que les démocrates m'enterrent dans mon village. Ce jour-là, j'entrerai définitivement dans l'éternité."
Matoub a abreuvé son public de vers vindicatifs, porte-voix et défenseur acharné de la cause berbère ce qu'il lui vaut une estime populaire et acquiert une dimension nationale et internationale.
 
Matoub Lounès disait : " Si je peux choisir, je choisirai de mourir pour mes idées, en effet, mieux vaut mourir pour la liberté, la démocratie, et l'Algérie libre."
Entre la famille qui recule et la famille qui avance, son choix a été vite fait en s'investissant dont celle qui avance comme son grand ami le célèbre écrivain et poète
Tahar Djaout ,(3) premier journaliste et intellectuel algérien assassiné à Alger, le 26 mai 1993 à l'âge de 39 ans.
Matoub était l'artisan du mot choisi, du verbe ciselé, celui qui joignait le geste à la parole, bien sûr, les poètes sont ceux qui inventent, disent et font.

Il a bercé des millions de gens avec sa voix rauque, celle des humbles, celle que nous continuerons d'entendre longtemps et à jamais. Il a payé de sa vie en bravant la mort, les monstres et le pouvoir, il demeurera pour nous tous ce symbole de la résistance, la lutte et la défense de toutes les causes justes.
Cet homme invincible qui demeure l'emblème du courage et du sacrifice était une cible facile pour ses assassins.
Il disait dans une chanson en hommage au grand Tahar Djaout : " même s'ils ont effacé des étoiles, jamais le ciel n'en sera dépourvu."
L'héritier du père spirituel de la chanson berbère, Slimane Azem, était une légende vivante, populaire, une personne mythique, qui jouissait d'une grande popularité alors qu'il était interdit d'antenne et sur les ondes des médias algériens. Cet enfant prodige de Kabylie était un républicain né et démocrate dans l'âme.

Telle une étoile qui brille au milieu d'un amas et qui illumine le foyer des artisans des vers à l'instar du grand Slimane Azem, Youcef Oukaci, Si Mohand ou Mohand, Lounis Ait Menguellet, Jean Amrouche et tant d'autres encore que l'on ne peut pas tous les citer tant la liste est longue.
Son engagement dans la chanson débute en 1978, lors de sa première K 7'' Yal Lferh-iw''.
Par la suite, une pléiade de cassettes tout les ans, des fois en deux volumes tant sa production était prolifique et ce jusqu'à sa mort.

Matoub a tout chanté, la misère, la faim, l'injustice, l'amitié, la fraternité pour tout les Algériens.
N'est-ce pas Matoub qui disait dans une chanson :

" A mes frères ! à l'Algérie entière !
Des montagnes du DjurDjura jusqu'au fin fond du désert, montrons notre courroux.
Montrons que nous nous aimons, mais sans porter atteinte aux consciences.
Mais porter un coup fatal, décisif, à ces soi-disant opposants ;
A ces fainéants de la nation qui se pavanent dans les salons de l'Occident
Et qui nous embourbent de boue de désillusion.
Et à ces gens sans entente qui sèment le trouble et la honte sur cette terre prospère,
Très chère, où beaucoup de mères ont souffert.
Qu'ils se taisent !
Qu'ils se taisent !
Mais qu'ils se taisent ! "

Le poète en est le porte-drapeau, n'est-ce pas ? Un éveilleur de conscience bien sûr. En se souvient que la poésie a enflammée toute la Kabylie lors de l'interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri sur la poésie berbère ancienne qui a même déclenchée quasiment une révolution.
En effet, c'est ce qui a donné naissance au " Printemps berbère " dont Lounès était un des artisans et une cheville ouvrière de ce mouvement, tant par ces actions que
par ses animations de plusieurs galas à l'occasion de chaque commémoration de cet événement important qu'est l'anniversaire de cette date 20 avril 1980.

C'est encore lui qui a toujours combattu pour le triomphe de son identité et composa une chanson pour les détenus du printemps berbère "Yehzen El Oued Aissi ", chanson devenue un hymne pour la jeunesse kabyle assoiffée de liberté, attachée à sa langue, culture et démocratie.

Si aujourd'hui, je parle sur ce ton, c'est que Matoub Lounès, en toute objectivité, était quelqu'un de bon, gentil et serviable, de grand aussi, non seulement par la bonté et la grandeur de sa renommée mais par ses innombrables talents.

Mouloud Mammeri avait été très touché par les paroles de Jean Amrouche lorsqu'il lui dit notamment : " Je conçois et raisonne en français, mais je ne peux que pleurer en berbère. "

En plus de tous ses hommages parvenus de par le monde, sache bien Lounés, que nous avons tous pleuré dans toutes les langues et comme disait aussi Pierre de Ronsard :
"Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses ".

Un poète peut-il mourir ? Non, certes ! les gens de ta trempe ne meurent jamais.

Comme disait Dda Lmulud à propos du célèbre poète Si Mohand u Mhand :
"il y a des gens qui sont vivants, on dirait qu'ils sont morts et ils y a des gens qui sont morts et qui demeurent toujours vivants ."

" Illa walba ? v illa ulac-it,
illa wayev ulac-it illa ",

Keç a Lwnes ulac-ik, telliv. "

 

En dépit des difficultés qui se sont dressées dans ton chemin, je suis sûr et certain que ton combat aboutira et les choses retrouveront leurs véritables places.

Ces poèmes que j'ai composé pour toi Lounes, sont un hommage d'un poète à un autre poète.

Yahia Yanes(*)

 

 

(1) Pour son hommage l'auteur prépare deux livres (Tome 1 et 2) :

‘' Slimane Azem, la légende vivante du sage visionnaire.''

(2)L'auteur prépare des ouvrages en hommage aux pères fondateurs de la littérature 

     algérienne d'expression française : Jean Lmouhoub Amrouche et sa soeur Taos

     Amrouche, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib et Kateb Yacine en passant par 

     Assia Djebar .

(3) Ouvrage de l'auteur en hommage à 'Tahar Djaout.

‘'Tahar Djaout, le vigile de la patrie. ‘' Dédie aussi à Matoub Lounès .

(4) Recueil de poésie de l'auteur .

(*) L'auteur est enseignant chercheur dans le domaine amazigh, conférencier, poète et écrivain.


Auteur: Yahia Yanes
Date : 2009-01-06

 


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Yahia Yanes
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11247 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: Ait-Nekini Le : 2009-12-12
Titre: La Noyade douce
Pays: United States  

Je me demande pourquoi vous aimez vous noyer tant dans ce nationalisme sterile, ou l\'Amazighsm invisible... Pourtant, il n\'y a qu\'a faires quelques coups de brace dans baye pour atteindre l\'Atlantic, et vous noyez en faisant semblant de retourner vers cette patrie qui vous nie, et vous a deja symboliquement NOYE\'S !  
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: hmad Le : 2010-01-18
Titre: TUDERT I TMAZIGHT D IMAZIGHEN.
Pays: Morocco  

Ayouz nk a dda lm3toub  
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: anonyme Le : 2010-02-24
Titre: Lui rendre homage.
Pays: Canada  

Cinq rues portant le nom de Loun?s Matoub ont ?t? inaugur?es en France ? sa m?moire:
* A Paris
* A Aubervilliers
* Dans la commune de Saint-Martin-d\'H?res pr?s de Grenoble.
* ? Vaulx-en-Velin pr?s de Lyon le 22 novembre 2003.
* Dans la commune de Pierrefitte (Seine Saint Denis)

source music-berbere.com

cet espace devrait etre en tamazight/berb?re cela lui rendrait mieux homage chez lui en terres berb?res/imazighen.

 
 
 

 
Commentaire N° : 4
Par: MHAND Le : 2010-03-24
Titre: liberte
Pays: Morocco  

azul atous les vrais melitant veront tamazgha le nord d\'afrique ayouze a le grand militant matoub lounes et toutes les famille qui ont soufrance a cauze de le panarabisme et le racisme des arabe .  
 
 

 
Commentaire N° : 5
Par: matoub-lounes le rebelle Le : 2010-04-16
Titre: matoub loun?s une histoire d\'un r?volution.
Pays: Algeria  

azul tout le monde je vaudrais quelque choses que le nom matoub il signifie que ...
m.... mouvement
a.... artisetique
t.... tout allement
o.... originale
u.... unit?
b.... berb?re..... et je te remercie tous les gens qui d?fendent a leur langue natal.merci
 
 
 

 
Commentaire N° : 6
Par: jeef Le : 2010-04-19
Titre: a vous les responsables de l\'algerie
Pays: Algeria  

vous avez de la chance messieurs les gouvernants de cete malheureuse algerie que matoub a ete asssinne avant le mouvement de laarouche ,autremen on est maintenent en guerre civil ;dieu c\'est ce qu\'il fait .  
 
 

 
Commentaire N° : 7
Par: HABI Le : 2010-08-15
Titre: un reve dun kabyle
Pays: Algeria  

JE SUI UN BERBRE TOUT LE MONDE SAIS QUE JE SUI LIBRT...ET COMENT CHONGE LES CHOSE....CARE LE POUVOIRE PARALISE LA KABYLE...MAIS JE SUIS FIER DETRE UN KABYL...JAIME VIVRE EN PAIS.. LIBRT..ET UN REBELLE dans une kabyles indipandante je reve............  
 
 

 
Commentaire N° : 8
Par: idir Le : 2010-08-29
Titre: Juste cause ,mauvaise voie
Pays: Algeria  

Bonjour, je suis kabyle moi m?me de p?re et de m?re et j\'en suis fi?re moi aussi , cependant, en voyant ces commentaires l\'amazighit? m\'inspire plus l\'anarchie et le rattachement a un pass? r?volu.Il est vrais qu\'il ne faut pas oubli? nos racine, notre culture, notre langue.Mais la fa?on qui est utilis? ne donnera aucun r?sultat si elle n\'est pas porteuse d\'une id?e.Nous somme kabyles,certe.Nous avons une histoire , c\'est incontestable .Avons nous un future? je ne le pense pas;enfin si les chose reste comme elle sont.Le pouvoir ne veut pas reconnaitre notre identit?.ou est le probl?me? un identit? r?elle s\'impose d\'elle m?me t?t ou tard.Les discours r?volutionnaires ne sont pas une solution et galvanise les foules plus qu\'elle ne font bouger les chose.Il faut recouvrir notre identit? par la plume et le travail.Enseigner le tamazight et l\'histoire de ce peuple, dans des centre culturelles financ?s par des kabyles,Organiser des manifestation culturelles chaque semaine,que chaque date soit rattach? a un ?v?nement qui a marqu? l\'histoire de notre peuple,que chaque homme , femme et enfant sache de qui il est le descendent. Enfin, il faut former une ?lite a m?me de propager cette id?e , d\'activer dans ce sens et de b?tir une Alg?rie ou vie un peuple fier de son histoire, de sa culture et de son drapeau.Non pour diviser les alg?rien, mais pour rassembler cette majorit? qui se pense minoritaire dans un pays qui est et qui restera toujours le sien .  
 
 

 
Commentaire N° : 9
Par: hmed moulay Le : 2010-09-09
Titre: les kayles et les banou hillal.
Pays: Algeria  

en r?alit?, les kabyles n\'ont aucune origine et n\'ont aucun r?p?re historique,ils se sont accapar? l\'histoire des barbares, pour la transform?e en terme berb?re (ignorant en langue arabe), parfois amazigh ( tribus arabes), et que ces pauvres kabyles ignorent qu\'ils sont les enfants et les petits enfants des banou hillal. La kaylie vit et vivra dans l\'ignorance et dans son racisme.  
 
 

 
Commentaire N° : 10
Par: idir Le : 2010-09-10
Titre:
Pays: Algeria  

Merci de votre contribution monsieur Moulay,c\'est votre avis et nous le respectons .Cependant , laissez moi vous poser une question: Vous est-il possible de vivre chaque jour sans savoir qui sont vos anc?tres?Vous dites que nous sommes les descendants de Beni hilal ,cela n\'a aucun fondement!
Les hilaliens se sont install? en Afrique du nord au 6eme ciecle .Vous voyez donc l?erreur chronologique flagrante que vous avez faite.Les plus grand historiens s\'accorde a dire que les \"Amazigh\", et non les \"berbers\" comme vous dites qui un mot d?origine latine ( barbarus) car c\'est ainsi que les Romains nomm? tout peuple ?trange ? leur culture, on de tout temps ?t? l? , aucun explorateur venu en Afrique du nord ne l\'a trouv? vide, tous mentionne la pr?sence de ce peuple farouche,courageux et fier de sa culture et de ses traditions.Il n\'y a aucun racisme dans mes propos ni sentiment de sup?riorit?.Aujourd?hui
nous somme accus?s de racisme car nous voulons prot?g? ce qui reste de notre patrimoine et renouer avec ce qui en a ?t? perdu.Ce n\'est pas une croisade contre l\'islam , nous avons accepter cette religion de notre plein gr? et nous avons ?t? ses plus grand d?fenseurs( tarik ibnou ziad qui lui m?me ?t? Amazigh a envahi l\'espagne avec une arm?e compos? a 90% d\'Amazigh.Ce n\'est pas non plus une croisade contre \'l\'arabit? \' l\'arabe la langue de notre saint coran et de la R?publique Alg?rienne D?mocratique et Populaire dont nous avons ?t? et dont nous serons les Fid?les citoyens.
Nous ne sommes pas pour la division,nous consid?rons le peuple Alg?riens ainsi que les maghr?bins comme Amazighs.Nous ne sommes pas non plus pour une autonomie illusoire de la Kabylie,qui est pour moi une id?e des plus insens?e.
Alors je vous prie ,monsieur mouley, de reconsid?rer votre point du vue qui est a mon ,humble avis , totalement erron? et sans fondement.Peut ?tre devriez vous aller dans un village de kabylie et voir comme on vous accueille, on vous donnera comme nous disons \'de l\'orge et du bl? jusqu?? ce que vos pommettes soit rouges et saillante\"
Salutaions
 
 
 

 
Commentaire N° : 11
Par: faska Le : 2010-10-24
Titre: amazigh
Pays: Morocco  

azoul cv labas mlih  
 
 

 
Commentaire N° : 12
Par: Krisalyn Le : 2011-08-01
Titre: Waknlig in the presence of giants here. Cool thinking all around!
Pays: Germany  

Waknlig in the presence of giants here. Cool thinking all around!  
 
 

 
Commentaire N° : 13
Par: thiziri naagh Le : 2014-04-27
Titre: vive thamazighth
Pays: Algeria  

je suis fierte d'etre kabyle  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant nr0axwdb ici :  
 
 

 
Les corbeaux
Avant vous, nous étions en harmonie ;
Car, nous somme un peuple civilisé,
Nous vivions en liberté ;
Comme des aigles au ciel du paradis,
Mais vous êtes venus ! Ô les corbeaux !
... Lire la suite - - Auteur: Nasser Baha - Date : 2016-08-26

 

 
«TTiyt» , le chant Amazigh
Mon arrière grand-mère Yamna Ou Malk ,tanddamt, poétesse qui jouait de taguenza, tambourin, avait sa propre troupe mixte de jeunes , qu’elle entraînait chaque soir à l’anrar, lieu de dépicage sacré près de notre agrram et arganier sacré, s’est trouvée, lors d’un mariage, face à une troupe de danse d’ahwach de noirs .l’Anddam et poète de la troupe noire a commencé le premier et il a improvisé quelques vers qui ont un peu dérangé ma grand-mère et elle a réagi par ces vers qu’a retenu mon oncle paternel ...... Lire la suite - - Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2016-06-22

 

 
Le chant amazigh ancien : Rais Mouhamad Ou Tassourt!
Ce Raïs est originaire de Boutazarte , un village qui se trouve à deux kilomètres de mon village natal Foulouste et où j'habite actuellement .... Lire la suite - - Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2016-06-20

 

 
Chants amazighs sur les opérations de 1931–1932
Ces chants sont l’œuvre des « dissidents » amazighs qui ont résisté à la pénétration coloniale française au début du XX ème siècle. Leur valeur documentaire est incontestable. Ils nous informent sur la progression de la machine de guerre coloniale dans le Maroc Central principalement. Les noms des héros, des saints et des lieux nous permettent de suivre l’évolution des opérations, appréhender l’identité des soldats engagés par la France, connaître le type d’armes utilisées.... Lire la suite - - Auteur: Moha Moukhlis - Date : 2014-11-30