Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Ayyouche et Laroui dans la confusion des langues


Au commencement fut le verbe, nous dit la Bible. Dieu ordonna que le monde soit et le monde fut. Le verbe est donc à la base de la création, il a une fonction démiurgique au sens large. La pragmatique et l’énonciation le confirment. L’histoire témoigne : le mythe de la Tour de Babel est révélateur du poids des langues dans l’évolution de l’humanité. La diversité des langues relativise la prétention de certaines d’entre elles à s’ériger en idiome suprême et divin. Toutes les langues se valent en tant que vecteur de la communication et réceptacle d’une culture et d’une civilisation. Tout le reste est littérature.

Le débat télévisé entre Ayyouche et Laroui constitue un feu d’artifice médiatisé pour des desseins obscurs. Il témoigne de l’indigence « intellectuelle » et du publicitaire et du « penseur ». Plusieurs raisons justifient cette mascarade. M. Ayyouche a une marchandise à vendre, mais il en ignore la nature. Notre « intellectuel » navigue dans un univers dont il ignore les repères, nostalgique d’une vision baathiste arabiste qui prônait le nivelage des langues et des cultures pour la suprématie maladive de l’arabité.

Et de la langue maternelle, ils firent un massacre, pour une double raison. Le « darija » est le fruit d’une conjoncture historique ; son « moule » est amazighe, sa « surface » lexicale est en partie arabe. C’est la langue maternelle de la majorité des amazighes arabisés, qui ont conservé les structures profondes de leur langue amazighe, et des communautés arabes et andalouses que le Maroc amazighe a accueilli dans la détresse. Il n’a rien de commun avec les « darijas » arabes de l’Orient, si ce n’est le lexique.

Et de deux, l’amazighe, totalement ignoré lors du débat, constitue la langue maternelle, non seulement de la majorité des marocains, mais aussi des algériens, des tunisiens, des libyens, des malien, des nigériens et d’une population importante de la Diaspora, sans oublier les Guanches des Iles Canaries et les communautés amazighes d’Egypte et du Darfour. Ce qui donne à cette langue une dimension régionale et continentale. C’est un enjeu qui préfigure du destin de l’Afrique du nord et du Sahel en partie.

Mais notre « intellectuel » a opté pour un discours suranné, une chimère idéologique, un fantasme politique : le monde arabe ou du moins ce qui en reste. Après avoir contribué par ses écrits à falsifier l’histoire, Laroui « débarque en « expert » pour ergoter sur les langues, qu’il ne parle pas, avec une posture de « détenteur » de la vérité absolue, qu’il a hérité d’une idéologie liberticide, inspirée des théories cannibalises nazies. Pour notre éminent « phraseur », hors de l’arabe, point de salut.
En fait, l’arabe dont traite notre « penseur » n’est parlé par personne, ce n’est pas une langue vivante. C’est un cimetière de mots, dopé par les pétrodollars de l’Orient, qui continuent d’en faire l’idiome de la révélation, et la clef d’accès au paradis. Avec les 72 vierges au menu. Laroui refuse d’admettre que l’arabe classique, imposé arbitrairement au marocain, est une langue étrangère que les citoyens apprennent, dans un cadre institutionnel, comme moyen de renforcer leur aliénation et leur déracinement.

Et ce débat enflammé dans la presse où des marocains se sont élevés contre l’enseignement de leur langue maternelle ! De l’absurde à l’état pur. On s’est attendu à un discours serein et objectif, on a eu droit à des déclamations rhétoriques stériles. Lamentable.

Nous sommes toujours en quête de repères identitaires sur le plan linguistique. Et on oublie l’essentiel : l’amazighité que des apatrides narguent avec peur et n’osent pas affronter honnêtement et faire leur mea culpa. Nous ne sommes pas des Arabes. Ce n’est pas un choix, c’est un destin.


Auteur: Moha Moukhlis
Date : 2013-12-05

 


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Moha Moukhlis
Envoyer l'article à un ami
Article lu 11044 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: mazigh Le : 2013-12-06
Titre:
Pays: France  

\"Dieu ordonna que le monde soit et le monde fut\".


Dieu a bon dos ..les créationnistes imposteurs lui font dire e qu\'ils veulent. Une vraie escroquerie..

heureusement que tout le monde ne croient pas à leurs mensonges..


voilà le genre de sornettes que l\'on continue à véhiculer même en 2013 ..Dieu monothéiste, nous dit-on n\'a rein de cela car les musulmans se référent à Allah pour lequel les chrétiens ne reconnaissent rien de ces pseudo messages qui e sont finalement que la création des hommes pour manipuler les hommes et les femmes.
CROIRE QU\'UN DIEU PARLE REVIENT 0DIRE QUE C\'EST UN HUMAIN ET PAR CONSeQUENT IL NE PEUT ETRE UN DIEU DONT LA NOTION PAR AILLEURS RESTE VAGUE...je lui préfère les dieux païens comme les bouddhistes moins nocifs et plus en phase avec la nature comme anzar amazigh dieu de la pluie.
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 7v9n0ayc ici :  
 
 

 
Traduction de la préface (Tazwart)
Il est bien connu que dans l'histoire des peuples, rien n'est définitivement acquis ni figé pour toujours, qu'il s'agisse de conflits de délimitation de frontières entre nations, de luttes idéologiques, de lignes politiques ou économiques ou de religions. Tant qu'il y a des Hommes qui luttent, des peuples unis ou ennemis, ils peuvent à tout moment changer le cours des choses et tracer la voie qui correspond à leurs intérêts. L'histoire est vivante, mouvante, comme le sont les humains.... Lire la suite - - Auteur: U Lamara - Date : 2016-08-11

 

 
La glottophagie linguistique de la langue amazighe
1936466_1039814342728573_3565411105731805000_n.jpgLe néologisme de la glottophagie linguistique comme étant un concept sociolinguistique  consacré aux situations coloniales. Est un terme très proche au cannibalisme linguistique de (jean du Bois)  et de l anthropophagie linguistique de Houis mauris dans son ouvrage intitulé l anthropophagie linguistique de la Afrique noire. L auteur  critique la description linguistique de Delafosse et Westramane, en confirmant que cette description porte une caution savante a la politique coloniale, c est à dire la compromission de la science et dela politique ». ... Lire la suite - - Auteur: Lhoussaine Outouganne - Date : 2016-06-17

 

 
Manuel de L'Amazighe marocaine du capitaine Justanard
Le précieux Manuel de la langue Amazighe  (variante du Maroc le Tachelhite) établi par le capitaine Justanard. Vous pouvez le télécharger du lien suivant... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2015-12-13

 

 
Une école pour demain
A plusieurs reprises nous voyons les Amazighs du Maroc manifester contre ceci ou cela pour avoir droit à un enseignement digne, accompli et valorisant de leur langue "tamazight". Ils ne se rendent pas compte qu'en restant sur des schémas anciens cela  n'est pas possible. Le seul objectif de l'Education Nationale marocaine est de maintenir les Amazighs dans le sous-développement en les coupant de leur racines et de leur identité . Cela est encore plus flagrant quand ce système veut leur faire croire qu'il leur donnera les moyens pour réussir leur formation en tamazight alors qu'il ne cherche qu'à les dégoûter. ... Lire la suite - - Auteur: id Bawziki - Date : 2015-11-08