Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Afrique du Nord : le festival Bilmawn , une vielle tradition Amazighe qui refuse de mourir



A l’occasion de chaque fête de Tafaska, les Amazighes en Afrique du nord célèbrent pendant trois jours continuent leur fête avec un carnaval appelé « Bilmawen » ou encore « Herrma ». C’est le terme traduit en arabe dans les régions arabisés par « Boujelloud » ou « Bou-lbtayen ».

Il s’agit d’une mascarade populaire, organisée pendant cette fête, accompagné d’une dizaine de personnes masquées, les « Bilmawens » se déguisent en peaux de chèvres et/ou de moutons et jouent des scènes théâtrales qui sèment la joie et la frayeur dans les ruelles et dans les places « Asays » des villes et villages.
Le terme « Tafaska » veut dire en Amazighe une offrande qui vient des termes « Fas : donne lui » et « Kra : quelques chose » et bien sur l’article d’identification féminin « ta ». La connotation et la symbolique montre bien ses racines ancestrales d’avant l’Islam.

Si tous les termes religieux en langue Amazigh sont venus de la langue arabe comme « Tazallit : de Assalat (la prière) », « Azum : Assawm (le jeûne du mois de ramadan) », « Timzgida : de Al Massjide (la mosquée) » …. Il y a un seul terme qui n’a pas une origine arabe c’est le « Tafaska ». Il n’a rien avoir avec le mot arabe « Aid Al Adha » avec qui il coïncide maintenant sur le calendrier, par conséquent, Il est très probable que cette fête ait été déplacée dans le temps pour qu’elle coïncide avec la fête musulmane du sacrifice du mouton.

Ce qui appuie encore cette thèse est le refus catégorique des mouvements islamistes de cette fête avec sa charge culturelle.
Quelques photos de la célébration :






Auteur: Amazighworld
Date : 2016-09-15

 


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Amazighworld
Envoyer l'article à un ami
Article lu 12719 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 8j1708yx ici :  
 
 

 
Bonne année 2967 au peuple Amazigh du Monde entier
A l'occasion de la nouvelle année Amazighe 2967 qui sera célébrée de par le Monde le 13/01/2017 de l'ère Chrétienne, je tiens avec bon coeur à leur souhaiter qu'elle soit plus enclin à une solide et sincère mobilisation pour libérer l'être Amazigh où qu'il soit, de l'humiliation et de l'esclavage des "Arabo Musulmans" et les Régimes qui les guident depuis plus de 14 siècles.... Lire la suite - - Auteur: DASSARI Mohamed - Date : 2017-01-18

 

 
« Aseggwas Amazigh » : Le nouvel album du roi du Ribab Mbarek Ouakil
l’occasion du nouvel an Amazigh 2967, le chanteur Amazigh Mbarek Ouakil, roi du Ribab, a édité un nouvel album appelé « Aseggwas Amazigh », dont lequel il a commencé par une très belle chanson sur le nouvel an Amazigh et sa relation avec la culture profonde du peuple Amazigh.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-01-16

 

 
Assirem u Seggaws 2967 (Amazigh) Amaynut (Espoir du Nouvel An 2967 Amazigh)
Le sentiment d’espérance à répétition pour une Algérie guérie de la négation chronique de son identité, de ses souffrances et de ses blessures se moque bien de l'éloignement, de la distance du temps, de l'absence ; on peut espérer qui est au loin, on peut espérer qui n'est pas à portée de bras. C'est une autre forme d'espérance, qui fait la part belle à l'imaginaire, ... Lire la suite - - Auteur: Madjid Ait Mohamed - Date : 2017-01-16

 

 
La divine sardine !
En été, nos pêcheurs sardiniers ont l’habitude de chanter pour égayer leur travail lorsqu’ils font monter les sardines en faisant passer l’un à l’autre le panier plein à l’allée ou vide au retour.
Pour les pêcheurs sardiniers de Safi :
Les uns disent: « « Hadda dazte men hna,
Les autres répondent: Labsa haïk filali ! » »
(Hadda est passée par ici,
Elle porte un haïk filali !)
... Lire la suite - - Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2016-07-26