Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Assirem u Seggaws 2967 (Amazigh) Amaynut (Espoir du Nouvel An 2967 Amazigh)


Le sentiment d’espérance à répétition pour une Algérie guérie de la négation chronique de son identité, de ses souffrances et de ses blessures se moque bien de l'éloignement, de la distance du temps, de l'absence ; on peut espérer qui est au loin, on peut espérer qui n'est pas à portée de bras. C'est une autre forme d'espérance, qui fait la part belle à l'imaginaire, aux rêves… Qui a dit qu'on ne pouvait pas retrouver ses authentiques racines multimillénaires et sa fête annuelle «Yennayer», rêver d’espérance pour une meilleure Algérie bafouée, violée et trahie par certains de ses enfants d’hier et d’aujourd’hui, souffrante et pleurante, mais demeure toujours debout ? Le rêver et puis le vivre…Tel est le souhait que je formule pour une Algérie consolidée dans son unité inébranlable dans toute sa composante humaine, plurielle dans son identité, sa langue, sa culture, son histoire et sa diversifiée dans les faits sans prédominance aucune.

Il va de soi que je ne peux oublier de souhaiter, aussi, une bonne et heureuse nouvelle année 2967, correspondant à 2017, pour vous et vos proches tout en espérant, ensemble, faire face aux multiples difficultés, contraintes, faits sociaux et sociétales, économiques, financiers et politiques qui s’annonces pour ce nouvel an du fait d’une gestion non pensée et incertaine.

Comment ne pas espérer aussi à lauré de l'année 2967 amazigh, correspondant à 2017 grégorien, l'éveille rationnel et le sursaut de ceux qui ont l’Afrique et son authenticité dans le cœur de manière désintéressée et assister, à l’émergence d’une pensée qui permettra de mettre fin au dénigrement, au découragement de la population, aux persistances de greffage via de fallacieux motifs, à la recherche éhontée d’une identité, langue et culture venues d’ailleurs, de faire une lecture critique et radicale afin de reconstruire la citoyenneté dans notre continent débarrassé de toute forme de terrorisme, à la fin du besace, de la décadence financière et économique, sociale et sociétal, de la déchéance de ceux qui ne se soucient que d'eux même et de leurs environnement multiple,

Souhaitons aussi que le foisonnement de l’entame de la course aux cimes de certains sans s'interroger sur soi même, sur leurs comportement avant, durant et après la guerre d’indépendance, sur leurs assises dans la population qui s'en lasse de la chose politique et de l'apathie des systèmes passés et actuels, que ce ne soit pas un leurre, de la folklorisassions, du populisme et/ou du faire part destiné à la consommation extérieur ?

Dans tous cela, ne dit-on pas que l'espoir fait vivre ? Alors vivons dans l'espérance pour la renaissance d'une Afrique nouvelle, démocratique, républicaine, ouverte sur l’universalité, meilleure, souriante, ressoudée, rassemblée et officiellement unie et indivisible dans les faits dans toutes ses composantes identitaires, linguistiques et culturelles sans prédominance aucune.

Asseggaws 2967 Ameggaz i khanwi dhe widak i k ni di su mane
Bonne et heureuse année 2967 pour vous et vos proches

Notes: - Yennayer est le 1er mois de l’année solaire dans le calendrier amazigh.
‘’Amenzu n Yennayer ‘’ 1er jour du 1er mois de la nouvelle année’’
- Yennayer serait composé de deux mots jumelés qui sont « yan » qui veut dire
« un » et « Nayer » qui a pour sens « mois »
PS : ne pas confondre les parlés régionaux avec la langue amazigh.

- Il est fêté dans les pays et territoires habités parles
citoyen (ne) (s) de culture et langues amazigh (13) ainsi que dans les pays du monde où résident et travaillent les amazighs (berbères).Yennayer serait donc le premier mois de l’année amazigh (berbères)


Auteur: Madjid Ait Mohamed
Date : 2017-01-16

 


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Madjid Ait Mohamed
Envoyer l'article à un ami
Article lu 12272 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant t9fjyhre ici :  
 
 

 
Bonne année 2967 au peuple Amazigh du Monde entier
A l'occasion de la nouvelle année Amazighe 2967 qui sera célébrée de par le Monde le 13/01/2017 de l'ère Chrétienne, je tiens avec bon coeur à leur souhaiter qu'elle soit plus enclin à une solide et sincère mobilisation pour libérer l'être Amazigh où qu'il soit, de l'humiliation et de l'esclavage des "Arabo Musulmans" et les Régimes qui les guident depuis plus de 14 siècles.... Lire la suite - - Auteur: DASSARI Mohamed - Date : 2017-01-18

 

 
« Aseggwas Amazigh » : Le nouvel album du roi du Ribab Mbarek Ouakil
l’occasion du nouvel an Amazigh 2967, le chanteur Amazigh Mbarek Ouakil, roi du Ribab, a édité un nouvel album appelé « Aseggwas Amazigh », dont lequel il a commencé par une très belle chanson sur le nouvel an Amazigh et sa relation avec la culture profonde du peuple Amazigh.... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-01-16

 

 
Afrique du Nord : le festival Bilmawn , une vielle tradition Amazighe qui refuse de mourir
A l’occasion de chaque fête de Tafaska, les Amazighes en Afrique du nord célèbrent pendant trois jours continuent leur fête avec un carnaval appelé « Bilmawen » ou encore « Herrma ». C’est le terme traduit en arabe dans les régions arabisés par « Boujelloud » ou « Bou-lbtayen » ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2016-09-15

 

 
La divine sardine !
En été, nos pêcheurs sardiniers ont l’habitude de chanter pour égayer leur travail lorsqu’ils font monter les sardines en faisant passer l’un à l’autre le panier plein à l’allée ou vide au retour.
Pour les pêcheurs sardiniers de Safi :
Les uns disent: « « Hadda dazte men hna,
Les autres répondent: Labsa haïk filali ! » »
(Hadda est passée par ici,
Elle porte un haïk filali !)
... Lire la suite - - Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2016-07-26