Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Vague : traduction d'un poème amazigh


Ici un essai de traduction d'un poème du grand poète amazigh, Mohamed Ouagrar. Comme vous pouvez le voir, nous avons ici affaire à un niveau très supérieur. Je pense sincèrement que ce Monsieur va laisser une trace indélébile dans l'évolution de notre poésie en particulier et de notre littérature en général. Ce serait vraiment bien si on encourage les étudiants dans toutes les sections littéraires pour se pencher sur sa production et l'étudier. C'est un poète, au-delà du fait que je le connais en personne, qui mérite toute notre attention.

J’ai aperçu en vous
Les reflets de la lune
Maîtresse Vague
Vous caressent-ils?
Vous léchouillent-ils?
Ou vous guident-ils?
Où vous vous hâtez ainsi,
Maîtresse Vague?
Dans quel moment
Allez-vous vous consumer sur la rive?
Mais où vous vous pressez le pas ?
Qui vous a contraint
Ô Vague
À la malveillance?
À l’espièglerie ?
Dites-moi
Mais où vous vous pressez le pas !
Je suis un chasseur
Je connais tous
Les labyrinthes des abysses marins
Que je sois en haut de vous
En bas de vous
Ou devant vous
Je suis votre témoin
Chanceuse que vous êtes !
Mais où donc vous vous pressez le pas ?
Il vaut mieux
Il est même préférable
Si vous partez
En reculant derrière
Mais vous ne pourrez jamais
Apprécier mon témoignage
Que c’est dommage pour vous
Lorsque vous enfourchez votre folie!
Mais où donc vous vous pressez le pas !
Que de querelles!
Que de crasse!
Que de folie!
Et vous ne savez même pas
Où vous vous en allez!
Votre veille est domptée
Vos jambes ne font plus qu’errer
Bravo donc!
Mais où donc vous vous pressez le pas !
Que vous êtes haute, ô Vague!
Vous vous êtes dressée
Dites-moi au juste
Je veux savoir
À qui vous faites
Vos caprices
Quel est cet abîme
Auquel vous vous attachez tant?
Mais où donc vous vous pressez le pas !
Vous m’avez trouvé avec ma canne
Son silence, pourvu de son appât,
Vous embusque avec toute votre taille
Si celle-ci se courbe
Elle ne fait qu’attendre
Sa part
Dans vos pérégrinations
Que c’est triste pour vous!
Mais où donc vous vous pressez le pas !
Ô Vague, vous vous êtes échoué sur la plage
Comme si ce n’était pas le cas
Toute votre svelte taille s’est dressée
Pour se flétrir dans le sable
Pour devenir écume
Ou s’émietter sur les rochers
Maudite, fille de maudite
Qu’elle est votre taille!
Il n’a point raison
Celui qui vous a vue
Que c’est dommage, que c’est triste!
Où donc vous vous pressez le pas ?!
Mais où donc vous vous pressez le pas !


Auteur: Lahsen Oulhadj
Date : 2018-09-27

 


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Lahsen Oulhadj
Envoyer l'article à un ami
Article lu 3596 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant k5m9rllx ici :  
 
 

 

 

D'autres articles :