Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Iγembab yarezun x wudem-nsen deg wudem n waman

Le poème amazigh dans la journée mondiale de la poésie

 

A l’occasion du printemps des poètes mars 2007 -centenaire René Char-, l’institut Français de l’Oriental -Oujda- a organisé une activité culturelle le 21 mars (premier jour du printemps), par le vernissage de l’exposition de 21 images de l’Oriental et 21 fragments poétiques, proposés par des photographes et l’atelier d’écriture de l’IFO(*).
Ensuite, des lectures poétiques ont eu lieu à la médiathèque. Des poèmes en arabe, en français, aussi en tamazight par la lecture d’un fragment poétique de Ahmad ZIANI (poète Rifain résidant au Pays-Bas), tiré de son troisième recueil : à la recherche de mon âme. On signale que cet œuvre est traduit en français par les professeurs: H.BANHAKEIA & A.BOUMALK.
La majorité des spectateurs ont dégusté pour la première fois l’âme de la poésie amazighe. Le poème récité est intitulé : Visages, en quête de leur sens sur la face de l’eau.

Iγembab yarezun x wudem-nsen deg wudem n waman

 

S min ssneγ, riγ.
S min γareγ, uciγ.
S min uciγ, nniγ :

« Ğem-ayi-d ijn yizri!
Wi yennan aqa tarjiγ ?
A t-csiγ d reεwin
Deg yebriden ugagi
Ad yesseγeγ ussan.
Twar, a t-γenajeγ
Di twarawin n useγdi,
Twara, ad as-tesriγ d aγennej
Deg uγennijen n waman.

Ğem-ayi-d ijn yizri!
A t-arḍeγ d aserham,
Mara war t-iriḍeγ,
Taciγ necc d aεaryan.

Ğem-ayi-d ijn yizri!
A zzay-s ğmeγ tiγnest
I tinni di yenta meẓri,
D tasut di rectu
Mani war qimen
Izerman i ufus, a ten-yefsi
D nnawat n yiḍes
Umi yuzeγ uceddi.

 

 

Visages, en quête de leur sens sur la face de l’eau

 

De ce que je connais, je vis.
De ce que je vois, je sentis.
De ce que je sentis, je dis :

« Tisse-moi un vers !
Qui prétend que je rêve ?
Je le porterai comme de l’air
Sur les routes de l’errance
Pour qu’il polisse les jours.
Une fois, je le chanterai
Dans les instants du silence,
Une autre fois, je l’écouterai chant
Dans les chants de l’eau.

Tisse-moi un vers !
Je le porterais comme un burnous,
Si je ne le porte,
Je me sens nu.

Tisse-moi un vers
J’en tisserai une mante
Pour celles qui ont enterré le désir,
Comme la couverture sur la litière
Où il ne reste pas
De tresse à la main, pour les démêler
Comme un sous-vêtement
Au nœud asséché.

Ahmad ZIANI, Iγembab yarezun x wudem-nsen deg wudem n waman (a la recherche de mon âme). Trifagragh, Berkane 2002. pp. 39-43.

Email: amazigh39@yahoo.fr

IFO = Institut Français de l’Oriental.




Auteur: Abdel Mottaleb ZIZAOUI


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Abdel Mottaleb ZIZAOUI
Envoyer l'article à un ami
Article lu fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non d√©structifs et dans le vif du sujet.

 

Headquarters : Amazigh World (Amadal Amazigh ), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002 Amazigh World. All rights reserved.