Arabe
English
 
 
Tamazighte: une culture et une civilisation
 
 Poésie
 Traditions
 Yennayer
 Langue
 Environnement
 Religions
 Contes
 Activités culturelles
 Prénoms amazighs
 Tadsa/ Rire
 Histoire
 Bibliothèque
 Dictionnaire
 Toponymie
 Centre de telechargement

Observatoire de la presse

Azz-ulawn

 

Le poète Amazigh Abdeslam Nassef vient de publier son troisième recueil de poèmes intitulé « Azz-ulawn ». A compte d'auteur et après ses deux premiers recueils: »Derst Isuqqas » et »Asenfu gh usafu », le poète d'Issafen continue à donner le meilleur de lui-même et à offrir à ses lecteurs amazigh une matière poétique de grande valeur malgré les difficultés qu'il rencontre sur le plan de l'édition,de la distribution et de la médiatisation.
Un titre qui rappelle étrangement celui de l'un des recueils du poète français Boris Vian « Accroche-coeur »; sauf que chez Nassef, le titre serait rendu ainsi « Approche-coeurs ». Le poète dans le souci de se rapprocher des lecteurs entame un périple spirituel et existentiel en glanant sur son trajet de voyageur errant des mots inspirés par sa vision singulière du monde,un monde sans frontières qui est fait pour tous les humains sans considération aucune et dans le droit à la différence qui fait sa richesse.

L'image de la couverture est à elle seule une illustration iconique qui représente parfaitement cet élan noble vers autrui;l'homme au regard lointain et visionnaire n'est autre que notre poète en son costume traditionnel ;le poète voit paraît-il ce que nous ne pouvons pas voir;le firmament amplement révélateur d'un départ vers une quête spirituelle;quelques nuages d'été qui n'annoncent guère d'orages,un moment propice du départ vers des horizons clairs et hospitaliers.
Le recueil de Nassef où plutôt la ruche de notre abeille butineuse comporte un miel sauvage et suave;rien que des mots pour guérir nos maux,rien que des vers de rêves pour rapprocher nos cœurs et ceindre en un notre espoir à tous .Soixante-douze poèmes en tout transcrits en trois graphies :Le caractère Tifinagh,le caractère latin et le caractère Arabe ou Araméen,chose qui faciliterait la lecture à un large lectorat Amazigh.
Nous félicitons notre ami poète Abdeslam qui continue son chemin dans la création poétique Amazigh pour son troisième «bébé »(...Il aime bien nommer ses ouvrages ainsi...) et lui souhaitons une très bonne continuation,brillant succès et fructueuse inspiration.

Farid Mohamed Zalhoud
Aday Tafraout
Le 09/04/2009

 

Biographie :

DRST YSUQQAS . ISBN : 9954-470-21-2   Editions Bouregreg - Rabat   2006
ASNFU X'USAFU . ISBN : 9954-8893-0-2 . Impressions Mario - Casablanca 2008
AZZ ULAWN . ISBN : 9954-8893-1-0. Editions El Maarif Aljadida - Rabat 2009
Abdeslam Nassef est né dans un petit village d'issafen en plein cœur de l'Anti-Atlas. Après une tentative ratée de finir ses études et une autre tentative inaboutie dans l'enseignement, il décide de quitter le pays à l'age de 22 ans .

Abdeslam Nassef s'est engagé dans l'expérience de voyage , c'est une  aventure qui va l'emmener à sillonner le monde pendant plus de 24 ans . C'est pendant son errance dans les chemins et les sentiers de Souss que l'idée d'écriture à commencer à se tracer dans son isprit.

L'objectif n'est pas de retracer la réalité des voyages vécus, c'est une autre forme de voyage que nous propose le poète,  un voyage dans l'imaginaire, le souvenir, le rêve, les séquelles … .Essayer de transcender la réalité des objets pour aller encore plus loin , pour leur donner un autre sens , leur trouver une valeur esthétique et les partager avec émotion , sensation et plaisir, c'est ce qui donne le mérite aux poème d'Abdeslam Nassef . Il écrit son premier recueil « DRST YSUQQAS » en 2006 ;  «ASNFU X'USAFU» en 2008. Le voilà dans son troisième «AZZ ULAWN».

Deux autres recueil sont en cours de préparqtion : «  ISAFARN ZLMNIN » - « TIZWA N'UDRAR»

Un Temoignage d' un Grand Ecrivain Amazigh :   FARID MOHAMED ZALHOUD :


Témoignage à  Abdeslam Nassef

"Ce n'est pas par le génie; c'est par la souffrance, par elle seule, qu'on cesse d'être une marionnette"

Emile Cioran "Aveux et Anathèmes"

Salut à toi ô poète ! "Le remède est dans la brûlure";j'en conviens moi qui suis féru de la poésie."La joute de dards" m'a appris que le poète est comme une abeille et que ce ne sont pas les fleurs qui manquent ni les ruches sauvages.C'est que le miel qui jaillit abondamment de nos lèvres, nous les "Imedyazen" et les "Ineddamen" fait à notre regret le festin des mouches.

La poussière qui s'entasse sur nos oeuvres par mévente et par mégarde,par indifférence triturant nos paroles rimées et la peine vaine subie pour offrir génréreusement des nos entrailles nos paroles auréolées de sagesse ,fruits juteux, délices enrobés,échange enchanteur né de l'étonnement premier d'enfants qui refusent le monde inculte des adultes,constat amer,révolte insistante,rêverie persistante,notre vocation est seule raison d'être et d'appartenir à la foule dans cette farce qu'est la vie;tout ce dilemme qui nous rend sidérés,déçus,déchus;mais qui ne peut heureusement point arrêter l'acte d'écrire et de dire nos peines et nos joies,de crier et de créer nos désillusions de détrompés et nos nouvelles illusions d'artisans du rêve;enfin,notre amertume tissée au fil des jours semblables au poil du porc-épic"Tazerziyt n tarucht".

Te voilà à ton deuxième "bébé", ton second recueil de poèmes, un florilège, une"taouchkinte" ou une"tadla" pour le dire en notre langue maternelle.Je t'en félicite tout en sachant en tant que poète les maux de la gestation mais aussi les mots de soulagement quand enfin tu as enfanté ce bel et bon ouvrage.Généreux comme toujours,le bouquet est à lire au pluriel à l'instar de "derst yisuqqas",ton premier recueil.

Te voilà semeur de graines à ceuillir par les futures générations de lecteurs amazighophones.Les routes vers les aires "Ibarazen" se souviendront d'un aneddam troubadour en sa gandoura bleue,ton ruban bleu,sa 4x4 noire et son cartable en cuir noir.La montagne quant à elle gravera à tout jamais en son chaos granitique la parole aisée,improvisée,partagée,auréolée de bribe de sagesse et en retentira l'écho d'un rire singulier presqu'enfantin d'un homme qui aime jusqu'à la folie le désert,les tombeaux des saints hommes,les démunis,les mômes,les chants,les champs, le basilic,les youyou et les femmes danseuses et diseuses de "Timaouachine".
Abdeslam, frangin que ma mère ne m'a pas donné, frère que la poésie m'a offert, je t'admire et te souhaite bonne route vers d'autres horizons, toi l'aventurier de la parole.Ami convivial,jovial,rieur,sage et bon croyant priant ponctuellement;je t'exprime mon admiration et te souhaite longue et heureuse vie.

Farid Mohamed Zalhoud    26-12-2007
Amedyaz
Aday Tafraout
Maroc

Abdeslam Nassef




Auteur: Farid Mohamed Zalhoud


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Farid Mohamed Zalhoud
Envoyer l'article à un ami
Article lu fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 

Headquarters : Amazigh World (Amadal Amazigh ), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002 Amazigh World. All rights reserved.